Pour vous présenter cette tiny house originale, nous mettons aujourd’hui le cap vers les États-Unis dans l’État de Caroline du Nord, plus précisément à Ashville. La « Bird house » (maison oiseau), c’est le surnom qu’ont donné les propriétaires à cette micro-maison et on comprend aisément pourquoi : elle a tout d’un nid douillet pour les voyageurs.

Devenue un symbole fort de l’habitat alternatif, on ne présente plus la tiny house. Pour les amoureux d’une vie libre et simple, elle possède quelques atouts de taille à faire valoir. Tantôt nomade, tantôt sédentaire, elle peut être envisagée sous différents angles, selon les besoins réels de chacun, et constitue un début de solution quant aux problèmes de concentration urbaine autant qu’au surendettement ou aux exagérations de nos modes de vie consuméristes.

Fièrement dressée entre deux habitations classiques d’Ashville, en Caroline du Nord, la tiny house qui nous intéresse aujourd’hui détonne par sa silhouette élancée autant que par son allure élégante et sobre. Située non loin du centre-ville, celle-ci est proposée en location sur Airbnb pour faire découvrir ses charmes aux curieux de passage. Visite.

08_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

Comme toutes les demeures du style, de l’extérieur, elle semble petite et étroite. C’était sans compter, une fois de plus, sur une maximisation ingénieuse de l’espace à disposition, puisque, l’air de rien, cette tiny house comporte pas moins de trois niveaux parfaitement agencés. Autant dire que l’encombrement est minimum et le superflu renvoyé aux calendes grecques. L’intérieur est quant à lui minimaliste et éclatant. La maison contient tout le nécessaire de vie pour un confort respectable, depuis le living aménagé, une cuisine modeste, une salle de bain à simple douche et des toilettes traditionnelles.

06_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

On ne le rappellera jamais assez, le trop est l’ennemi du bien dans la tiny house. Et pour cause, plus qu’un habitat, c’est surtout l’application concrète d’un souhait de décroissance et de simplicité volontaire. Ainsi, tout y semble simplifié et sans fioriture tout en ne faisant pas l’économie du nécessaire. Car modestie ne rime pas forcément avec inconfort. La chambre à coucher semble d’ailleurs parfaitement confortable. Les amateurs de ce type d’habitation et de la vie en toute simplicité le ressentent et en témoignent : « il en faut peu pour vivre heureux ». À l’heure de la crise écologique, il sera difficile de les contredire.

01_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

On rappellera enfin qu’un projet de tiny house en Europe est tout à fait envisageable, même en France, sous réserve du respect de règles métriques en la matière. On citera l’exemple de Laëtitia et sa « tiny » Baluchon entièrement montée et installée en France sans soucis légal. Par ailleurs, ce type de structure peut être écologiquement conçu pour vivre en adéquation totale avec des valeurs écologistes. Revoir l’histoire de Laëtitia.

02_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

03_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

04_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb

07_bird_tiny_housePhotographie à la discrétion de Dana/Airbnb


Sources : housebeautiful / tinyhousetalk

Donation