Comme tout produit qui se vend, les journaux font l’objet d’une stratégie toute particulière via des procédés marketing concernant leurs couvertures afin de toucher leur clientèle cible. Et il faut croire que ces procédés marketing marchent aussi bien pour les produits presse que pour n’importe lequel des produits de la consommation quotidienne. Avec ce détail en plus que le lecteur est peut-être moins conscient de cette manipulation lorsqu’il s’agit du domaine de « l’information » que lorsqu’il fait simplement ses courses.

Si nous savons tous que nous sommes soumis à la manipulation du marketing dans notre vie quotidienne et que nous l’acceptons plus ou moins, on peut légitimement se demander quel danger représente ces « stratégies marketing » dans la presse ? La nouvelle vidéo de Hacking Social (Gull) s’attache justement à décortiquer la stratégie marketing du magazine d’opinion de la droite dure Valeurs Actuelles, et la recette miraculeuse qu’ils ont utilisée pour être en constante progression depuis 2013, au moment où Yves de Kerdrel est devenu Directeur de rédaction. But de la vidéo : montrer comment le marketing de la presse peut rapidement devenir une propagande et, en l’occurrence, messager du discours de l’extrême droite.

Propagande contre profits

Pour Gull, au lendemain d’une élection marquée par la montée continuelle du FN, il est essentielle d’en identifier les biais de propagande pour les déconstruire. Et c’est précisément ce discours d’extrême droite banalisé qu’il dénonce chez le magazine Valeurs Actuelles. Et il n’est pas le seul, déjà en 2013, Acrimed avait exposé les méthodes du magazine suite à la couverture représentant une Marianne voilée avec le titre « naturalisés, l’invasion qu’on cache ». Le principe est simple, surfer sur les peurs, les préjugés populaires et les frustrations pour vendre du papier à coup de gros titres racoleurs.

« Depuis quelques mois, le magazine a clairement adopté un angle plus que droitier, notamment dans ses Unes, reprenant souvent mot pour mot le discours de l’extrême droite, sur des sujets comme les Roms ou plus encore l’islam. Ainsi, cette couverture mettant en scène une Marianne voilée, avec des titres sans ambiguïté sur les dangers d’une « invasion » musulmane par les naturalisations, et le risque à terme d’un « changement » de peuple dont la gauche serait complice. L’allusion au « grand remplacement » de l’écrivain Renaud Camus, qui voit dans l’immigration une opération de « changement de peuple » et de « réensauvagement de l’espèce » est limpide. »

Un discours plus que douteux, qui fait ouvertement référence aux mensonges et propagande de mouvements d’extrême droite. En 2015, le magazine était condamné suite à la parution de leur affiche d’Août 2013, pour « provocation à la discrimination, la haine et la violence envers les Roms, et diffamation« . Le virage à droite toute continue, entrainant des centaines de milliers de lecteurs vers des idées nauséabondes mais surtout déconnectées de la complexité du monde réel. Derrière la haine ordinaire, c’est aussi les discours des possédants qui s’inscrivent entre les lignes du magazines, n’hésitant pas à rappeler combien la redistribution des richesses est une mauvaise chose pour les français…

La vidéo

Dans la vidéo, Gull explique qu’Yves de Kerdrel a pris à cœur sa mission de donner un nouveau souffle au magazine en créant du « Bad Buzz » sur base d’une politique assumée selon laquelle il faudrait choquer, faire polémique, pour faire monter les ventes. Et, en toute logique, ça marche ! Mais que dire de cette recherche du buzz à tout prix, comme le ferait un magazine people ? Quelles conséquences de ces messages « chocs » sur l’esprit des lecteurs ? Pour Gull, cette radicalisation du discours serait la conséquence des logiques marketing mises en œuvre.

En donnant une vision du monde simplifiée et déformée, Valeurs Actuelles utilise le champ lexical de la guerre. Guerre de civilisations, guerre contre l’islam, guerre civile, guerre contre « les profiteurs », guerre « pour les valeurs françaises »… Et dans ce lexique belliqueux, on retrouve le vocabulaire de l’armement (armes, missile, torpille, dynamite, etc.). Et les fautifs sont bien identifiés : Islam, migrants, racaille, bobos, syndicats pousse au crime, assistés, fonctionnaires, anti-racistes, féministes, gauchistes, intermittents du spectacle, etc. Les cibles traditionnelles de l’extrême droite. Le journal alimente donc manifestement ces idées, mais aussi l’acceptation passive d’une possible guerre de civilisation sous l’égide de la violence, la rectitude et l’économie triomphante.

La recette de Valeurs Actuelles, des outils identifiés

Mais la manipulation va au delà des mots que nous pouvons retrouver sur la couverture de chaque numéro du magazine. Si Valeurs Actuelles se dit véhiculer des valeurs « traditionnelles, de mérite, d’autorité, de travail, d’effort, de famille et d’éducation » , quel est son message « non-dit » ? Le visuel même des couvertures est pensé pour façonner l’opinion du lecteur et même du passant. Ainsi, la typo avec empattement, majuscule est déjà pensé pour suggérer un magazine traditionaliste, sérieux et puissant. Quant aux couleurs, celles-ci sont étudiées pour créer les conditions d’une actualité alarmiste. Selon l’entreprise Kissmetrics, le rouge est là pour attirer le regard et créer l’idée d’alerte, d’urgence. Le jaune des titres, quant à lui, attire l’attention et rapporte à l’imaginaire de la sécurité. Sur fond noir, le jaune ramène à l’univers du polar, du morbide. Ainsi, le magazine réunit toutes les conditions graphiques pour s’imposer comme un média qui tire la sonnette d’alarme et qui attire par le catastrophisme.

« Détourner, c’est résister »

Dans ces conditions, Gull propose de s’amuser un peu avec le magazine et de montrer que leur stratégie marketing peut être comprise de tous et dénoncée. Dans la vidéo, il montre à quel point il peut être facile de jouer le jeu de Valeurs Actuelles et de s’amuser à convertir tout et n’importe quoi sous le spectre du syndrome du « Grand méchant monde » ! En voici quelques exemples:

 

Et Gull invite tout le monde à jouer, et à partager ses créations dans les réseaux, puisque détourner c’est résister ! Les modèles et conseils pour réaliser les détournements sont à retrouver sur le site de Hacking Social. Naturellement, l’exemple de Valeurs Actuelles est probablement le plus symbolique de France. Mais le magazine est loin d’être le seul à détourner les faits pour prospérer sur l’inconscience des lecteurs. Bonnes créations, et surtout bonne lutte contre tout ce qui tente misérablement de tirer ce monde un peu plus vers le bas.


Hacking Social / Le Monde / Acrimed / Kissmetrics