Céline Alvarez, une institutrice révolutionnaire

De nouvelles méthodes d’éducation dites alternatives voient le jour face aux lacunes du système éducatif commun. On peut citer la Pédagogie Montessori, Freinet ou encore la pédagogie Steiner-Waldorf par exemple. Céline Alvarez, qui a démissionné de l’éducation nationale continue d’explorer les voies d’une transition éducative qui apparaît de plus en plus souhaitable.


Par ailleurs le programme PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) considère le système éducatif finlandais comme étant le meilleur.

Quelques détails sur le système finlandais :

– Les petits finlandais commencent l’école à l’âge de 7 ans seulement.
– 30 % des élèves reçoivent de l’aide spécialisée pendant leurs 9 premières années d’école.
– Les élèves ne subissent aucune évaluation pendant les 6 premières années.
– Il n’existe qu’un seul test standardisé, et il est administré aux élèves de 16 ans.
– Difficultés d’apprentissage ou pas : les élèves apprennent dans les mêmes classes.
– Les classes de sciences sont limitées à 16 élèves pour qu’ils puissent faire des travaux pratiques à chaque période.
– Les élèves du primaire disposent de 75 minutes de récréation par jour.

Céline Alvarez elle, veut continuer par d’autres moyens de propager son message : «L’être humain possède un potentiel inné pour penser, créer, partager… et que le système scolaire l’empêche d’émerger.»

Voir la publication de Mr Mondialisation

Voir la vidéo « Céline Alvarez – Vidéo Dailymotion » de Le Monde.fr

Céline Alvarez, une institutrice révolutionnaire

Faute de pouvoir élargir l’expérimentation, elle a pris la lourde décision de donner sa démission. Ensuite parce que ce n’est pas pour « professer », comme elle dit, que cette jolie trentenaire a passé en candidat libre, il y a cinq ans, le concours de l’enseignement. Et elle le justifie sans s’embarrasser de fausse modestie : « C’était pour infiltrer le système et parvenir à le changer, pas pour enseigner. Je me laissais trois ans pour proposer un environnement de classe faisant l’effet d’une bombe pédagogique, explique-t-elle, trouver les bons outils permettant de révéler spontanément tout le potentiel des enfants, et réussir à les diffuser auprès des enseignants. »

Lire l’article de Le Monde.fr