Comment tout plaquer : la Transition pas à pas dans cette série documentaire inspirante

Faire un pas de côté pour mieux observer et comprendre : c’est le leitmotiv de Baptiste Henry, jeune documentariste indépendant. Avec sa caméra, il nous emmène auprès de femmes et d’hommes ayant fait le choix d’une autre vie et encourage ses spectateurs à porter un nouveau regard sur ces personnes en rupture avec un monde qu’ils ne comprennent plus. En quête de sens, ces individus construisent les alternatives concrètes pour le monde de demain.

Crédit image : Baptiste Henry

Si, dans les milieux écologistes, l’idée de la « transition » comme objet politique fait son chemin, il est souvent compliqué d’évoquer les modes de vie nouveaux dans le débat grand public. Ceux qui font le choix de montrer qu’un autre monde est possible en se lançant, à leur échelle, dans le développement d’une nouvelle économie et d’autres formes d’organisations sociales, sont régulièrement pointés du doigt, jugés parce qu’ils vivent en marge de la société ou parce qu’ils profiteraient du système en place.

Plus récemment, en réponse à un certain engouement pour les milieux alternatifs, s’est popularisée l’idée, séduisante mais fausse, que ces choix individuels ne serviraient à rien, que face au diktat des marchés, toute résistance individuelle face au capital serait veine par nature. Pour brouiller le débat, certains vont jusqu’à alimenter la confusion entre la récupération économique de l’écologie par certaines marques (greenwashing) et l’actuelle bonne volonté des individus à consommer mieux. Décidément, tout semble fait, dans les discours, pour rebaisser ces individus qui s’éloignent un peu trop du troupeau. Pourtant, il n’y a pas de changement structurel possible sans une masse critique d’individus partageant les mêmes valeurs et une même vision de la société. À travers ses reportages, Baptiste Henry nous offre ainsi l’occasion d’écouter ces personnes sans jugement hâtif et de les comprendre, proposant par la même de faire évoluer nos regards. Ainsi, il décloisonne notre pensée dans des courts-métrages qu’il est possible de consulter librement sur internet.

Crédit image : Baptiste Henry

Au cœur d’une famille en transition

Dans l’une de ses dernières vidéos, il nous emmène à l’EchoVert en Petite Camargue, là où, sous l’impulsion de  Bruno et d’Anne et de leurs trois enfants, quelques habitants construisent leur autonomie sans se soucier des jugements. À l’origine, le couple s’était installé dans une maison pour entamer une nouvelle vie et retrouver un peu plus de résilience à leur propre échelle. Essayer de faire soi-même plutôt que de dépendre d’autres structures, tout en saisissant l’occasion pour repenser le quotidien : pour Anne et Bruno, cette quête se matérialise aujourd’hui en réapprenant à produire leur propre énergie (grâce à une éolienne auto-construite) ou en fabriquant eux-mêmes de nombreux objets de tous les jours, comme un cuiseur et un séchoir solaires. Enfin, grâce à l’aide des voisins qui s’investissent à leurs côtés, il produisent une bonne partie de la nourriture qu’ils consomment.

Rapidement, raconte en effet Baptiste Henry, Bruno et Anne se sont ouverts au voisinage afin de « mettre en place un ensemble de principes et techniques d’autonomisation individuelle et collective ». Le projet se distingue par la démarche inclusive adoptée par le couple : « chacun peut participer »,  le tout « dans un esprit convivial ». L’expérience montre qu’il est possible de vivre à la fois mieux et plus simplement, et que le partage peut être le facteur de synergies positives à l’échelle locale.

Des vies au plus proche de la nature

C’est dans le même esprit que Baptiste Henry prépare déjà un nouveau projet documentaire, Utopie sauvage, dans lequel il propose une incursion intimiste dans la yourte de Sylvie Barbe, une femme qui a décidé de vivre en autonomie dans les bois. Artiste poétique et artisane aguerrie, elle nous témoigne de son mode de vie rebelle et radical, ancré dans une démarche de simplicité et de respect profond de la nature. Pour qu’il puisse voir le jour, le projet peut actuellement être soutenu à l’occasion d’une campagne de financement participative

Une fois de plus, Baptiste Henry poursuit sa volonté de faire un pas de côté, « intéressé par les modes de vie alternatifs et les dysfonctionnements de notre société dont on a tous conscience ». Il poursuit ainsi un idéal personnel, c’est à dire « l’envie de vivre et de travailler autrement, dans un esprit plus positif » tout en s’intéressant  » aux modes de vie alternatifs et aux autres manières de faire ». Car si le besoin de faire émerger un nouveau monde se fait sentir avec l’aggravation de la crise sociale et écologique, il faudra bien prêter une plus grande attention à ceux qui ouvrent déjà la voie vers des lendemains plus sereins.

Crédit image : Baptiste Henry

Pour découvrir le travail de Baptiste Henry, vous pouvez vous rendre sur son site internet. 


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé ? 😉