Situé au cœur de la ville de Montreuil, aux abords de Paris, le site des Murs à Pêches est un petit trésor de verdure qui s’étend sur une quarantaine d’hectares. Accueillant plusieurs associations et divers jardins et potagers, le lieu est aujourd’hui vraisemblablement menacé par un projet d’aménagement en lien avec le Grand Paris. En cause, la construction d’un complexe immobilier à la place de l’ancienne usine désaffectée présente sur le lieu. Des citoyens inquiets s’organisent.

Un éden de verdure aux portes de Paris

Les associations montreuilloises s’inquiètent depuis quelques semaines de la décision de la mairie de Montreuil, l’Établissement public territorial Est Ensemble et l’État de reconvertir l’ancienne usine « EIF » présente sur le lieu emblématique dit des « Murs à pêches ». Lieu agricole historique, qui se voit rétrécir sous la pression urbaine à partir des années 1970, les Murs à Pêches constituent encore aujourd’hui un lieu unique d’échange et d’action autour de l’agriculture de demain.

Source : Wikipédia, domaine public

Accueillant chaque année un festival multi-disciplinaire qui réunit plus de 12 000 personnes, les Murs à Pêches reçoit des initiatives diverses où interagissent plusieurs associations et projets centrés autour de l’écologie, de l’horticulture, de l’agroforesterie ou encore du lien social et de l’art. Véritable résultat d’une envie de perpétuer une agriculture urbaine rare et pourtant vitale, les Murs à Pêches montreuillois sont connus pour l’unicité de leur paysage. Les 8 hectares du site ont d’ailleurs été classés par le ministère de l’Environnement au titre des « sites et du paysage ».

Source : Emilie Fenaughty ©

Le Grand Paris et ses gros sabots

Alors que le calendrier du projet Grand Paris porté par le gouvernement Macron a récemment été publié et mis à jour, les associations et les riverains montreuillois s’inquiètent de la survie du lieu suite à un appel à projet métropolitain. En cause au cœur de ce projet, la reconversion de l’usine EIF, ancienne peausserie puis usine textile présente sur le lieu, en logements Bouygues.

Source : Wikipédia

Indignés, les membres de la Fédération des Murs à Pêches dénoncent le fait que la ville remettent à un promoteur privé des parcelles qui ont bénéficié pendant des décennies à la ville de Montreuil et à ses habitants. Ils craignent également la destruction d’une partie des murs emblématiques du lieu (murs sur lesquels poussent, entre autres, les fameuses pêches), et s’insurgent contre l’abandon de près de 2900 m2 de parcelles au géant immobilier. La construction des logements, au nombre de 85, impliquerait la destruction de 3700 m2 de murs attenants à l’usine — quand bien même une partie du lieu serait classée patrimoine national.

À l’origine d’une pétition en ligne, la Fédération des Murs à Pêches insiste pour que la ville de Montreuil retire son appel à projet métropolitain et mette en place une véritable concertation publique autour de la reconversion de l’usine, entre porteurs de projets, associations et riverains. « Les Murs a Pêches sont un patrimoine à conserver, c’est l’histoire de ce territoire. C’est une magnifique aubaine pour mettre le végétal à la portée de tous à une époque où les zones urbaines étouffent, victime de sur-urbanisation. » témoigne un signataire. Si la réhabilitation de l’usine en lieu viable leur apparaît également essentielle, les opposants au projet souhaitent que celle-ci se fasse en accord avec la richesse unique de ce lieu et ses différents acteurs locaux, afin de ne pas finir en nouveau grand projet « inutile » profitant à une poignée de grosses entreprises.


Sources : Change.org / Mursapêches.wordpress.com / LeParisien.frMontreuil.fr / Image d’entête à la discrétion de Ayyem Zamenmursapeches.wordpress.com