Drôme : comment Ljiljana enseigne la simplicité volontaire

Avec son projet intitulé « Belles Âmes », Hélène Gadoury se propose d’aller à la rencontre de personnes qui vivent différemment. Après un séjour au cœur d’une famille qui s’est lancée dans un projet d’autonomie alimentaire et énergétique, la réalisatrice nous emmène auprès de Ljiljana Milosavljevic. Dans son « oasis » dans la Drôme, cette femme cultive la simplicité volontaire et accueille d’autres femmes pour leur transmettre son expérience et les aider à se « reconnecter » avec la nature et adopter une sobriété heureuse.

Parfois nommée « La mamita des montagnes », Ljiljana Milosavljevic brille et se joue des années. Cette femme au parcours à la fois hors du commun et ordinaire a passé une enfance « paysanne » en Yougoslavie. Mais elle quitte ce pays à l’âge de 16 ans et prend les chemins de l’exil, parsemés de guerres et de violences. Elle a vécu dans 8 pays, une vingtaine de villes et 45 maisons. Elle a notamment passé 10 ans au Liban et s’est engagée au côté de la Palestine. Aujourd’hui, elle parle 5 langues, a écrit deux ouvrages portant sur l’alimentation – notamment végétale – et est engagée dans l’accueil des migrants. Elle a eu trois enfants.

Depuis plusieurs années en France, elle s’implique désormais dans le domaine de l’alimentation et défend des pratiques plus saines ainsi qu’une reconnexion avec notre environnement par la simplicité volontaire. Elle espère encourager les personnes qui l’entourent à faire évoluer leur imaginaire pour voir dans la nature un véritable prolongement des êtres humains. Dans son « oasis » elle milite très concrètement pour redonner une place plus importante aux femmes au sein de la société dans l’espoir de participer à « rééquilibrer le monde ».

Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury

« Être chez Ljiljana et surtout vivre avec elle est très apaisant. On se sent dans une bulle où la beauté est partout. Mais c’est aussi un moment de remise en question d’habitudes de vie, un moment pour faire un point sur la façon de mener sa vie », nous témoigne Hélène Gadoury. C’est après avoir découvert un article de blog d’une ses amis qui a visité le lieu, qu’elle a décidé d’y faire un séjour pour poursuivre la série « Belles Âmes ». « L’une des choses qui m’a le plus marquée, c’est le fait que Ljiljana me faisait part de ses besoins très régulièrement et elle m’a invité à faire de même de mon côté. Lorsqu’elle ressentait l’envie de prendre du temps pour elle, elle l’exprimait sans détour. Cette forme de communication permettait d’éviter que des conflits n’apparaissent. », poursuit la réalisatrice. En d’autres termes, l’écoute des autres est essentielle pour prendre soin de son prochain et est indispensable pour que puisse de développer une vie en communauté paisible.

Auprès de Ljiljana Milosavljevic, Hélène Gadoury nous livre un témoignage écrit et visuel inspirant d’une femme qui a su se recentrer sur elle-même pour mieux s’ouvrir aux autres. Un hymne à la simplicité volontaire et à l’écoute de son prochain. Car, n’en doutons pas, les temps qui viennent vont profondément remettre en cause notre rapport à nos consommations de choses matérielles, avec ou sans notre aval. Alors, autant s’y préparer ?

Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury
Crédit image : Hélène Gadoury

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉