Papa de deux petites filles, Damien a fait le choix de changer radicalement de mode de vie, adoptant la philosophie du « moins, c’est mieux » hérité de l’esprit décroissant. Au travers de son blog, il nous fait partager son évolution et ce changement, au cœur duquel se trouve la décision de vivre en tiny house, ces petites maisons minimalistes. Une micro-maison qu’il a imaginée selon ses désirs : fonctionnelle et chaleureuse. Rencontre.

Partant de l’adage « il en faut peu pour être heureux » et que le bonheur n’est pas dans l’accumulation, Damien Artero a décidé de réduire son mode de vie au nécessaire, délaissant son appartement pour une tiny house qui serait « comme dans ses rêves ». Baptisée « Neverland« , la petite maison accueille depuis peu le père de famille ainsi que ses deux petites filles. Auteur, réalisateur, vidéaste… Damien accumule les casquettes et n’est jamais en reste quand il s’agit de se lancer à l’aventure. Habitué pendant des années à vivre en communauté en habitat groupé, il décide, à la suite d’une rupture, de se lancer dans la conception de sa propre maison sur roues, aujourd’hui prête à accueillir sa petite famille.

Source : Planète.D , Damien Artero
Source : Planète.D , Damien Artero
Source : Planète.D , Damien Artero

Au cœur de l’architecture de la structure, conçue pour accueillir quatre personnes, des principes qui se recoupent tous autour de la simplicité : un espace ouvert, peu de portes, de l’ingéniosité pour le gain de place, des angles arrondis et beaucoup de lumière. Une simplicité à laquelle l’aventurier a pris goût au cours, en partie, de ses différentes vadrouilles à travers le monde, notamment en vélo. Car vivre simplement est plus qu’un choix, c’est un art de vivre en totale opposition avec les normes de la société marchande. Ceci implique donc introspection, remise en cause et courage à travers l’expérimentation.

Du côté des installations, il s’agit d’aller au plus simple pour limiter son impact environnemental : des panneaux solaires pour l’électricité, des lampes LED, des toilettes sèches, et une cuisine minimaliste, avec une seule plaque de cuisson. Pour les changements de saison, Damien espère pouvoir jouer avec l’élévation de ses voiles d’ombrages. L’orientation de la tiny a elle aussi été judicieusement pensée : un mur Sud plein de vitres, un mur Nord aveugle, et de petites fenêtres à l’Est et à l’Ouest pour que l’air et la vue circulent. Et pour parfaire le tout, le fourgon aménagé de la famille se relie facilement à la petite maison grâce à une terrasse facilement démontable sous laquelle se cache aussi un espace de stockage et de rangement. De quoi lier l’utile à l’agréable, et se rendre propriétaire, comme l’auteur l’écrit si bien, d’une « villa version roulante ».

Source : Planète.D , Damien Artero
Source : Planète.D , Damien Artero
Source : Planète.D , Damien Artero
Source : Planète.D , Damien Artero

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à toi, lecteur. Soutiens-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Source : Planeted.eu