N’est-il pas étonnant de constater que tous nos efforts contre le changement climatique semblent inutiles et qu’années après années, conférences après conférences, les concentrations de CO2 dans l’atmosphère ne cessent de croître inévitablement, suivant notre appétit insatiable pour les énergies fossiles et dérivés.

Sur le site internet de la 22ème Conférence des Parties (COP22), qui se déroulera dans moins de deux mois à Marrakech, on retrouve une rubrique destinée aux entreprises qui souhaiteraient « contribuer à l’organisation de [l’évènement], au titre de mécénat, via des contributions financières ou en nature.« (1. La liste de ces « partenaires » climatiques peut cependant s’avérer assez surprenante…

On s’étonnera par exemple de voir apparaitre, parmi les mécénats de la COP21 qui s’est déroulée à Paris en Novembre 2015, les noms de EDF, Air Liquide ou encore Engie (ex GDF-Suez)(2). Des noms que l’on retrouve également dans la liste des cinquante plus grands émetteurs de dioxyde de carbone au monde, publiée en 2013 par l’ex-Carbon Disclosure Project(3).

Les intérêts de ces entreprises ultra-polluantes entrent en conflit direct avec les objectifs des négociations climatiques si bien que la société civile est en droit de se questionner sur l’utilité de leur présence. Une présence d’autant plus gênante que notre consommation globale des énergies fossiles continue sans cesse d’augmenter grâce, notamment, aux développements des activités de ces même entreprises. Si écarter ces acteurs des prises de décisions semble nécessaire, leur relation aux pouvoirs doit être questionnée dans sa globalité.

changemxent_climatikeDessin : Seppo

Les intérêts douteux de l’industrie fossile

Devenir un « partenaire » des négociations pour le climat résulte trop souvent d’une tactique de manipulation de l’opinion appelée éco-blanchissement, ou “greenwashing” en anglais, ayant pour but de redorer l’image de marque d’une société auprès du public. Alors que certaines entreprises, comme Mc Donald ou Ajax, choisissent de repeindre leur logo en vert, d’autres préfèrent associer leurs noms à la cause environnementale en soutenant les conférences sur le climat. La participation financière d’une compagnie à un évènement écologique devient ainsi une fin en soi, car elle permet de manipuler l’opinion publique en sa faveur. L’objectif inavoué étant d’être automatiquement associé à la lutte contre le réchauffement climatique sans que ses actions réelles, positives comme négatives, ne soient nécessairement prises en compte par le public. Car, il faut le reconnaître, certains grands noms de l’industrie fossile se développent également dans les énergies renouvelables. Mais, comme le démontrent les chiffres, les déclarations qu’il est possible d’entendre dans la bouche des responsables lors des récentes réunions des actionnaires sont éloquentes : il faut produire et vendre toujours plus de barils de pétrole.

En parallèle, le parrainage des négociations sur le climat par le privé semble inévitablement influencer les prises de décisions. En effet, plus l’organisation de ce type d’évènement reposera sur la charité de grand groupe commerciaux, plus ceux-ci auront de poids dans le débat pour imposer leurs opinions et visions du monde, notamment axée sur la défense de leurs intérêts et la croissance des productions. De ce fait, le financement des conférences climatiques par l’industrie fossile pose la question, plus générale, de l’emprise de ce secteur sur nos représentants politiques et l’imaginaire collectif en général : croissance, consommation, productivisme.

Ces dernières années, de nombreuses scandales ont déjà révélés l’ampleur des liens existants entres instances gouvernementales et entreprises privées. Exxonmobil, société pétrolière et gazière américaine, a par exemple contribué à hauteur de 22 millions de dollars au financement de différents think tanks et lobbies climat sceptiques entre 1998 et 2004(4). Loin d’être un cas particulier, ces efforts furent la mise en œuvre d’un vaste plan de communication destiné à “faire du changement climatique une théorie et non plus un fait”(5), qui contribua grandement à l’échec du traité de Kyoto. Même en France, Vincent Courtillot, référence du climato-scepticisme dans l’hexagone, reconnait recevoir des fonds du pétrolier Total. Il faut ainsi comprendre que ces manœuvres sont vues comme des plans d’investissement, tel un organisme menacé qui n’a d’autre choix que de payer pour sa survie.

FoSBB2-LCampagne de propagande « Le soleil est la cause principale du changement climatique, pas vous, pas le CO2 »

Dans ce sens, l’influence des industries fossiles sur la politique américaine de George Bush, illustrée par l’affaire Phillip Cooney et la falsification de documents scientifiques par des membres de l’administration américaine, fut à l’origine d’un retard de dix ans en matière écologique(6). Il est impératif que cela ne se reproduise pas.

Si nier le réchauffement de la planète ne semble plus au goût du jour, les entreprises polluantes continuent à mettre ses causes en doute et souhaitent imposer leur propre vision du développement durable. Cette “stratégie du doute” n’est pas sans rappeler celle qu’ont utilisée les industries du tabac avant d’être définitivement écartées des prises de décisions en matière de santé publique(7). Faudrait-il adopter de telles mesures concernant la présence de l’industrie des énergies non-renouvelable aux conventions climatiques ?

Comment lutter contre les géants

Le 21 Novembre 2013, une lettre ouverte signée par plus de 70 organisations de la société civile appelait l’Organisation des Nation Unis (ONU) à “prendre des mesures appropriées pour protéger les décisions en matière de climat des intérêts de l’industrie des énergies fossiles – ou des entreprises dont l’activité principale repose sur l’émission excessive de gaz à effets de serre – et leurs tentatives pour saper et détourner le besoin urgent d’action en matière de climat(8)”.

Loup-NVanier-4Une épidémie d’anthrax frappe les nomades de Sibérie en raison du réchauffement

Sans remettre en question leurs rôle crucial dans la lutte contre le réchauffement climatique, l’argument du ban des industries fossiles, comme celui des industries du tabac avant elle, repose sur la reconnaissance de conflits d’intérêts fondamentaux entre leurs intérêts privés et le besoin urgent d’une politique climatique équitable et ambitieuse. Le constat est là, la solution est connue, mais sa mise en œuvre semble toujours tarder.

Nous ne laisserons pas imposer que des intérêts privés prime sur le destin de l’espèce humaine”, prononçait le vice-président américain Al Gore à la conférence de Kyoto de 1997(9). Vingt années se sont écoulées et le discours d’Al Gore sonne, ironiquement, toujours aussi adapté à notre situation. L’appel à des mesures concrètes contre l’influence néfaste de l’industries fossiles semble bien être resté sans réponse à ce jour.

Peut-être, pour en comprendre les raisons, ne faut-il pas se focaliser uniquement sur les entreprises du pétrole et du gaz, mais aussi sur “les banques, les compagnies de service pétrolier, l’armée et les agences de renseignements”(10). Bref, sur le système économique moderne dans son ensemble.

Contrairement à l’industrie du tabac, celle du pétrole est centrale à l’ordre économique mondial et au fonctionnement de nombreux Etats. Bannir l’industrie fossile des conférences climatiques ne résoudra donc pas entièrement le problème de son influence politique. L’importances des relations entre le pouvoir et la sphère privée pousse à voir la lutte contre le lobby d’évènements climatiques comme uniquement l’une des nombreuses actions à mener.

Réduire le pouvoir qu’exerce l’industrie des énergies fossiles sur nos représentants politiques exige également des mesures nationales et locales. Il est nécessaire, par exemple, d’appeler à la diminution, voir à l’arrêt total, des subventions étatiques au secteur des combustibles fossiles. Selon le Fond Monétaire International (FMI), celles-ci s’élevaient à 4900 milliard de dollars en 2013, soit 6.5% du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial(11). Difficilement justifiable à la vue de la situation climatique. Répondre efficacement à l’influence néfaste de l’industrie fossile sur la lutte contre le changement climatique nécessite de prendre en compte tout les échelons politiques sur lesquels elle s’exerce. Mais qui en aura le courage ?

– Léopold Salzenstein & Mr Mondialisation pour Climate Trackers


Sources :

1http://cop22.ma/fr/je-suis-une-entreprise-0

2http://www.cop21.gouv.fr/partenaires/entreprises-et-mecenes/

3http://www.lepoint.fr/economie/et-les-50-plus-gros-pollueurs-de-la-planete-sont-12-09-2013-1728777_28.php

4http://www.exxonsecrets.org/maps.php

5http://www.euronet.nl/users/e_wesker/ew@shell/API-prop.html

6Enfumés, Paul Moreira, 2009 disponible sur : https://www.mediapart.fr/journal/international/081215/documentaire-enfumes-enquete-sur-les-lobbies-petroliers?onglet=full

7http://lettre-cdf.revues.org/305

8https://france.attac.org/nos-idees/agir-pour-la-justice-sociale-et-ecologique/articles/lettre-ouverte-appelant-des-regles-pour-proteger-lintegrite-des-decisions-en-matiere-de-cli

9C.F footnote 6.

10La Face Cachée du Pétrole, Patrick Barbéris, 2010 disponible sur : https://www.mediapart.fr/journal/international/081215/documentaire-enfumes-enquete-sur-les-lobbies-petroliers?onglet=full

11Data Gueule, Énergies fossiles : mortelles subventions, disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=aUmJ35kMq1Q.

Donation