Avec le projet Benenova, l’association Empowernantes joue les passerelles entre des associations en manque de main-d’œuvre, et des personnes désireuses d’effectuer des missions de bénévolat sans engagement à long terme. L’idée ? Faciliter les connexions entre les citoyens et le monde associatif. Mr Mondialisation s’est rendu à Nantes pour rencontrer le coordinateur de l’association, Laurent Galazzo, afin d’en savoir plus sur cette initiative.

L’idée d’offrir un peu de votre temps à des causes qui vous semblent justes vous a peut-être un jour effleuré l’esprit. Dans ces temps troublés, où les mauvaises nouvelles s’accumulent, où la situation semble se détériorer de jour en jour, tant sur le plan socio-économique qu’environnemental, quoi de plus naturel ? Mais à quelle porte frapper et où trouver le temps ? Combien sont découragés par les démarches administratives et le risque de se faire exploiter par une ONG peu scrupuleuse ?

C’est pour répondre à ces difficultés qu’est né le projet Benenova, développé dans la Cité des Ducs par l’association Empowernantes. Le principe est simple : « il s’agit de mettre en relation des citoyens et des associations sur des missions clés en main, courtes et ponctuelles » nous explique Laurent Galazzo, cofondateur du projet sur Nantes avec Jérémy Torel, avant de poursuivre : « Nous sommes partis d’un constat simple, celui que les personnes que nous rencontrions avaient le désir d’agir pour des causes justes, mais n’osaient pas toujours franchir le pas en raison des contraintes de temps, et d’une méconnaissance des associations de leur propre ville « .

L’idée émerge en 2013 à Nantes, tandis qu’un projet similaire est déjà mis en place à Paris. Plutôt que de se faire concurrence, l’ensemble des protagonistes décide de faire œuvre commune en développant un même projet : Benenova. Fort d’un succès immédiat, le dispositif s’étend à Lille, formant avec Paris et Nantes le premier triptyque hexagonal de cette création, qui ne devrait pas tarder à s’étendre un peu partout à travers la France. Après plusieurs années d’activité, le projet a fait ses preuves sur le terrain.

Des missions à portée de clic

Grâce au site internet de Benenova, un large choix de missions dans des secteurs aussi variés que l’éducation, l’environnement, le  handicap, la solidarité ou le lien intergénérationnel, sont accessibles en quelques clics. Si vous avez du temps devant vous et que vous souhaitez consacrer cette journée à aider les autres, il vous suffit de vous inscrire en ligne aux missions proposées chaque semaine sur les créneaux horaires qui vous conviennent. « Désormais, la contrainte de temps ne sera plus une excuse valable, car tout le monde peut normalement dégager quelques heures, ici et là, pour venir aider les autres. L’idée c’est d’apporter un soutien aux actions de solidarité en permettant à chacun de participer selon ses disponibilités, que ce soit les citoyens ou les entreprises », explique Laurent Galazzo, heureux de l’engouement des Nantais pour ce dispositif.

En seulement quatre ans, le nombre de volontaires a été multiplié par dix, quand le volume de missions proposées est passé de 400 heures à 3 159 heures, entre 2014 et 2018. Riche de ces nouvelles expériences, le bénévole peut ensuite envisager de s’engager plus profondément dans une cause, voire même d’utiliser ce savoir pour lancer son propre projet ! Un succès qui montre que la fibre sociale française n’est pas morte et enterrée.

« Désormais, la contrainte de temps ne sera plus un excuse valable »

Avec le projet Benenova, l’ambition est double. Il s’agit dans un premier temps d’amener des citoyens à se familiariser avec le monde associatif, mais avec l’espoir que dans un second temps, ces personnes décident de s’engager de manière plus régulière. « L’idée derrière, ce n’est pas seulement que des citoyens viennent ponctuellement donner de l’aide, c’est aussi qu’à force d’expériences positives, ils prennent goût pour le bénévolat et s’engagent finalement auprès des associations sans nécessairement passer par nous ». Dans leur bilan annuel 2018, les membres d’Empowernantes constatent d’ailleurs que 60 % des volontaires de Benenova se sont par la suite engagés, ou comptent s’engager, auprès d’autres associations de façon régulière. Pour 36 % d’entre eux, il s’agissait de leur première expérience dans le monde associatif.

On le sait, la pensée libérale rationalise toujours plus le temps humain disponible pour l’orienter vers le profit et la consommation. Le monde associatif n’a pas les moyens de rivaliser avec cette marche triomphante du monde « moderne », si ce n’est par l’intelligence pratique. Les initiateurs de Benenova ont eu le trait de génie de répondre à cette réalité en adaptant la forme de l’engagement pour permettre à chacun de donner un sens plus humain à son temps libre.

– T.B.


 


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉☕