Dans sa dernière publication, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) pointe une aggravation des perturbations climatiques observables dans le monde entier. Les 10 premiers mois de 2018 ont été 1 °C plus chauds que la moyenne préindustrielle, une hausse qui s’inscrit dans la continuité des observations de ces dernières années.


C’est désormais l’organisation météorologique mondiale qui sonne la sonnette d’alarme dans sa version provisoire de son rapport 2018 sur l’état du climat. Selon son secrétaire général, Petteri Taalas, « il faut le marteler encore et encore : nous sommes la première génération à bien comprendre les changements climatiques et la dernière à pouvoir en contrer les conséquences ». L’année 2018 pourrait arriver au pied du podium des années les plus chaudes depuis le début des relevés avec une moyenne des températures de près de 1 °C au-delà de l’ère préindustrielle. Les trois premières marches sont occupées par les années 2015, 2016 et 2017. Les 20 années les plus chaudes ont quant à elles été enregistrées pendant les 20 dernières années. Actuellement la trajectoire des émissions de gaz à effet de serre nous propulse dans un monde à +3 °C voire plus +5 °C d’ici la fin de siècle.

Une tendance globale est de long terme difficile à nier est en train de se dessiner, avec des conséquences déjà bien perceptibles dans de nombreuses régions du globe : sécheresses, pluies diluviennes ou feu de forêt hors normes sont de plus en plus fréquents. L’OMM constate que 2018 a été le théâtre d’un nombre élevé de tempêtes dans les quatre bassins océaniques de l’hémisphère nord. Les derniers mois ont également été marqués par des inondations catastrophiques dans l’État du Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde, faisant au moins 250 victimes. Enfin, en raison des sécheresses répétées, l’insécurité alimentaire a augmenté, menaçant 821 millions de personnes.

« Nous ne sommes pas en voie d’atteindre les objectifs fixés dans le contexte du changement climatique et d’endiguer la hausse de la température», commente Petteri Taalas. « Les concentrations de gaz à effet de serre ont, encore une fois, atteint des niveaux record et si la tendance se poursuit, la température risque d’augmenter de 3-5 °C d’ici à la fin du siècle. Si nous exploitons la totalité des ressources connues en combustibles fossiles, la hausse de la température sera nettement plus importante », précise-t-il, confirmant les inquiétudes exprimées par d’autres experts.

Drought

Accords de Paris : des objectifs qui s’éloignent

En effet, depuis septembre, les études scientifiques alarmantes se sont succédé. D’abord le dernier rapport du Giec, qui mettait en évidence le défi qui s’annonce si les États veulent maintenir la hausse globale des températures sous 1,5 C° par rapport à l’ère préindustrielle : pour atteindre cet objectif, il faudrait réduire de 45 % les émissions globales de gaz à effet de serre d’ici 2030 et atteindre une neutralité carbone au niveau mondial d’ici 2050. Puis, au début de cette semaine, le rapport annuel de l’ONU soulignait pour sa part le fossé grandissant entre les politiques environnementales et les engagements de Paris. La communauté internationale devrait multiplier par cinq ses efforts pour espérer tenir le cap des 1,5 C°. Pendant ce temps, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse en 2017, atteignant un nouveau record de concentration dans l’atmosphère, 405,5 ppm en 2017, contre 403,3 en 2016 et 400,1 en 2015. En dépit de toutes les promesses, nous nous éloignons chaque jour de la possibilité d’éviter un emballement climatique général.

INDIA/

La France n’est pas épargnée

Dans une publication récente, Météo France notait que les températures ont été encore une fois particulièrement élevées sur l’Hexagone en 2018. « Sur les 11 premiers mois la température moyenne a dépassé de plus de 1,2 °C la normale de référence calculée sur 1981-2010″ en métropole, note le service officiel de la météorologie et de la climatologie en France. Un chiffre d’autant plus percutant qu’il prend comme référence la période 1981-2010, déjà marquée par une hausse globale des températures. Autre élément interpellant, les déficits importants de pluie dans le nord et l’est du pays (de -10 à -30 %) durant l’été et l’automne pendant que le pourtour méditerranéen a connu des phénomènes pluvieux très importants en septembre et en octobre, conduisant à un fort excédent pluviométrique (jusqu’à 70%). Dans cas comme dans l’autre, les anomalies posent de vraies difficultés aux agriculteurs ou causent des dommages importants aux infrastructures (inondations).

Rappelons qu’un peu partout en Europe et dans le monde des individus concernés et personnalités s’organisent pour faire pression sur les autorités afin de prendre le sujet en main. On citera par exemple Stromae qui a lancé un appel à ses 6 millions de fans sur Facebook pour rejoindre les marches pour le climat qui se tiendront les 2 (Belgique) et 8 décembre (France). « J’ai décidé d’apporter mon soutien à toutes ces initiatives, qui me paraissent plus que nécessaires » explique l’artiste. En effet, si les actions individuelles des « colibris » tirent évidemment le monde dans le bon sens, il faudra nécessairement, tôt ou tard, choisir une réorientation collective des objectifs et structures de nos sociétés modernes afin d’éviter un drame qui n’épargnera personne. Et ceci doit passer par des décisions politiques courageuses dont on ne voit pas encore la couleur.

Rappel de la liste des évènements à faire suivre :

Bruxelles – 2/12 : https://www.facebook.com/events/1169152256556461/
Paris – 8/12 : https://www.facebook.com/events/340482030052960/
Montréal – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2132552647007811/
Genève – 8/12 : https://www.facebook.com/events/707135406339439/
Londres – 1/12 : https://www.facebook.com/events/2117459931903770/
New York – 8/12 : https://www.facebook.com/events/992205514295709/
Barcelone – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2177495112490585/
Copenhague – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2421048034834139/
Stockholm – 8/12 : https://www.facebook.com/events/188687648709410/
Lisbonne – 8/12 : https://www.facebook.com/events/260771704636366/

J'PEUX PAS, J'AI CLIMAT ft. Angèle, Abdel en vrai, Philippe Geluck… et 18 autres !

La semaine prochaine, plusieurs marches en faveur du climat auront lieu en Belgique, en France, en Europe et partout ailleurs…J'ai décidé d'apporter mon soutien à toutes ces initiatives, qui me paraissent plus que nécessaires, en vous partageant ici les différentes actions auxquelles vous pourriez prendre part dans votre ville. Il est encore temps d'agir alors unissons nos forces ! #jpeuxpasjaiclimat #claimtheclimate #citizenforclimateBruxelles – 2/12 : https://www.facebook.com/events/1169152256556461/Paris – 8/12 : https://www.facebook.com/events/340482030052960/Montréal – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2132552647007811/Genève – 8/12 : https://www.facebook.com/events/707135406339439/Londres – 1/12 : https://www.facebook.com/events/2117459931903770/New York – 8/12 : https://www.facebook.com/events/992205514295709/Barcelone – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2177495112490585/Copenhague – 8/12 : https://www.facebook.com/events/2421048034834139/Stockholm – 8/12 : https://www.facebook.com/events/188687648709410/Lisbonne – 8/12 : https://www.facebook.com/events/260771704636366/

Publiée par Stromae sur Mercredi 28 novembre 2018


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail,soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉