La Réunion : tout quitter pour y vivre en dehors de sa Zone de Confort

Elle est positive de naissance. Il est proactif depuis toujours. Ils se sont trouvés. Amandine Collard et Thomas Hayot ont fait le grand saut il y a 11 ans déjà : la décision simple mais parfois compliquée de prendre sa vie en main, la vivre comme on la rêve, là où on l’a souhaité. Un an et demi après leur rencontre, c’est sur l’île de La Réunion que leurs prochains chapitres vont s’écrire. Portrait.

L’île de La Réunion, une palette de merveilles naturelles, un petit territoire inspirant et intense, où il est possible de passer en quelques kilomètres d’un tranquille lagon de l’océan indien à un îlet créole typique, la haute montagne ou encore le décor dramatique d’un des volcans les plus actifs au monde. « Une île ? Non. Des montagnes perdues au milieu de la mer », nous dit-on. En effet, ce petit territoire de 2512km2 est à 40% couvert de cirques, pitons et remparts naturels qui font sa renommée, une merveille reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2010.

Photographies: Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Dans ce petit bout Français de l’océan indien, nous les retrouvons en bord de mer, à Saint-Leu sur la côte ouest de l’île. Parmi les quelques 700 Belges installés ici, Amandine et Thomas n’ont pas seulement choisi le soleil et une vie plus douce, mais La Réunion est une escale dans leur voyage en quête de sens et de bonheur. Un mode de vie tourné désormais vers l’autre au travers d’un site dédié à ce sujet : positif-et-proactif.com. Par leur travail, ils invitent les gens qu’ils rencontrent à devenir “une meilleure version de nous-mêmes.notamment en apprenant à faire des choix courageux qui changent la vie.

Mais pour arriver jusqu’ici, il a fallu oser ! Accepter de changer diamétralement de vie, de pays, de métier, quitter sa zone de confort : “la zone de confort, c’est confortable à certains niveaux, mais aussi très inconfortable”, nous dit Amandine. “Le fait d’en sortir nous permet de décupler nos forces, d’apprendre plein de choses, d’être créatif”. “C’est très lié à la peur la zone de confort”, complète Thomas, “on y reste car on a peur de changer, des peurs souvent alimentées par les autres ! Une fois que tu l’as fait, tu te rends compte que ce n’est pas si fou.” Il faudrait donc avant tout s’éloigner des critiques négatives des gens autour de nous.

Amandine Collard et Thomas Hayot, les « Positif et Proactif » – Photographie: Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Flashback : la vie d’avant en Belgique. Thomas, assoiffé de liberté et d’aventures est diplômé de l’Inraci, l’école de cinéma à Bruxelles. Réalisateur indépendant, il a très vite utilisé sa caméra pour donner du sens à ceux qui l’ont perdu. Il travaille pendant plusieurs années en tant que formateur audiovisuel pour des jeunes en réinsertion sociale et professionnelle. Son objectif, est d’aider ces jeunes à retrouver un sens à leur vie via l’image, la création et le partage. Amandine est diplômée de l’Université Libre de Bruxelles, un master en neuropsychologie. Elle travaille à l’époque auprès d’enfants, d’adultes et de personnes âgées pour les aider à comprendre leur fonctionnement cérébral, leurs faiblesses et tenter, malgré tout, de croire en leurs forces. « Une évidence : l’humain, son développement comme son épanouissement, sont un centre d’intérêt professionnel commun à tous les 2 », disent-ils !

Mais, à l’aube de la quarantaine, après des années de vie commune au bord de l’océan indien, une maison, deux enfants, un chien, du travail, une perte de sens pointe le bout de son nez ! Et une nécessité : se poser les bonnes questions pour reprendre sa vie en main pendant qu’il est encore temps. « Si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même ! », disait Gandhi. Alors, ils l’ont fait : retour en Belgique pendant un an où les formations en coaching et en développement personnel se succèdent puis cap sur leur île de cœur avec un beau projet dans les valises : La source positive.

Cette source de bonheur, eux ils la trouvent sur l’île de La Réunion, une île au pouvoir attractif sur ce jeune couple belge. Il faut dire que l’endroit est propice à la réflexion et à l’introspection. Sans doute pas son littoral, hyper construit et au rythme finalement assez occidental, mais surtout ces paysages volcaniques époustouflants, ces cirques, des formations géologiques assez uniques au monde. Inutile de rappeler que chacun trouve son bonheur là où il aura décidé de la chercher : dans une activité, dans un grand départ, dans une destination lointaine ou tout simplement près de chez soi.

Photographies: Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Pénétrer dans le cirque de Mafate, au yeux du couple, c’est un peu quitter la société comme on la connaît trop, le développement, le rythme soutenu, le consumérisme… Ici, plus de routes, plus de voitures, juste des pentes très raides, unique manière de relier les petits villages isolés de tout. Anna Bellissens, journaliste à La Réunion depuis 5 ans, confirme ce sentiment : « se confronter aux sentiers mafatais, c’est un peu comme remonter le temps, changer de fuseau horaire, pour se reconnecter avec les capacités de l’Homme à se déplacer avant que l’avion, la voiture ou le train ne le poussent à aller plus loin, plus vite ! Le randonneur de passage ne peut qu’admirer la capacité de ces descendants des premiers esclaves fugitifs « les marrons », à vivre en autonomie, en phase avec cette nature abrupte. »

Photographies: Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Dans ce décor, Amandine et thomas multiplient désormais « les projets de sens » : livres, documentaires, coaching, formation, développement personnel…  Faire briller le positif de nos vies quotidiennes, c’est leur objectif. Leurs valeurs s’expriment joliment au travers de leur site et leur page YouTube truffés de bon conseils : « transforme tes doutes en certitudes », « une astuce pour vaincre ses peurs », « pourquoi tu ne fais pas ce que tu rêves de faire ? » et bien d’autres petites capsules de coaching. « On a envie de semer des graines d’optimisme. Il y a plein d‘outils qui peuvent aider chacun à surmonter les freins, les croyances : les ‘ce n’est pas possible’ et les ‘je n’ai pas le choix’», explique Amandine, «  c’est important pour nous de dire qu’on a tous du potentiel en nous, il faut juste aller le chercher et apprendre ! ». Des messages qu’ils ont hâte de partager lors de formations : « dans les piliers du développement personnel, il y a vraiment l’état d’esprit positif. Ce que je conseillerais à tous, c’est d’écouter qui on est et d’essayer de répondre aux besoins que nous avons. Si chacun peut faire ça, on sera chacun un peu plus heureux ! »

Photographie: Pascale Sury pour Mr Mondialisation

Au gré de leur parcours personnel, ils ont retrouvé le sens de l’attention de soi et des autres, le sens de l’audace et d’une vie intense. L’envie de poser des actes positifs et concrets à son niveau plutôt que de développer une colère contreproductive contre le monde entier. Apprendre à devenir acteur de nos vies, c’est l’histoire inspirante d’Amandine et Thomas, aujourd’hui heureux de partager leur expérience avec ceux qui le désirent.

– Pascale Sury