L’Apocalypse Trump vu par le photographe Benjamin Wong

Dans une série photographique surréaliste intitulée « Mad Max meets Trump’s America« , l’artiste canadien Benjamin Von Wong nous livre une vision très sombre d’un futur possible, engendré par la funeste relance des énergies fossiles initiée par Donald Trump, nouveau président des États-Unis et ami des lobbies pétroliers. Dans une interview, il nous partage son analyse personnelle des défis auxquels la population américaine et mondiale est confrontée aujourd’hui.

Benjamin Von Wong est un jeune artiste de 30 ans habitant au Canada. Depuis 2012, il a fait de la photographie son activité principale, souvent avec un regard original et engagé qui caractérise son art. Auparavant, il avait suivi une formation d’ingénieur. Depuis le projet « Stormchasing » son œuvre se concentre sur les questions environnementales. Sa dernière série est d’ailleurs consacrée à Donald Trump. Le lien ? Ce même risque d’accélérer un avenir distopique à la Mad Max.

Un futur obscur ?

Le travail récent de Benjamin Von Wong est marqué par son penchant pour les photographies surréalistes sur fond de culture Steampunk. Par ce biais, il exagère volontairement le trait de ses œuvres pour interroger son public. Chacune de ses séries est accompagnée d’un documentaire vidéo pour expliquer sa démarche derrière l’objectif. Dans un décors de science-fiction, le plus souvent des zones industrielles bien réelles, on découvre une Amérique abandonnée aux bandes armées dans laquelle l’air est devenu si irrespirable que chacun doit se munir de bonbonnes d’oxygène. Et pourtant, la fiction pourrait rattraper un jour la réalité. Sur son blog, Benjamin Von Wong rappelle que la Chine s’adapte d’ores est déjà à la pollution atmosphérique en important de l’air pur. Le sort des États-Unis pourrait être le même si la course aux énergies fossiles se poursuit : alors que les alternatives écologiques sont nombreuses, l’administration Trump est déterminée à relancer l’industrie du charbon par intérêt économique.

« La série est une exagération volontaire, dans la mesure où je ne pense pas que le futur sera tel que je l’ai représenté dans mes photographies » nous confie-t-il. Néanmoins, ajoute-t-il, « je pense que, dans le futur, l’oxygène s’achètera » et que « cette réalité est proche de nous ».  Benjamin Von Wong indique qu’on ne peut pas nier l’urgence de la situation environnementale. En effet, si on peut constater une « résurgence de l’intérêt pour les questions environnementales depuis 15 ans, le climat politique actuel tend à mettre cela en danger ». Pourtant, la réalité sociale et économique devrait pousser à accorder une plus grande importance à ces questions. Ainsi, Benjamin Von Wong nous renvoie vers un article du National Geographic à propos du conflit syrien et souligne le rôle du changement climatique dans l’émergence de nouvelles tensions nationales et internationales. « Tant que tout ceci ne sera pas sous contrôle, suggère-t-il, nous devrons faire attention ».

« Nous devons être prêt à parler haut et fort »

Benjamin Von Wong veut aller à l’essentiel : lorsque nous lui demandons quelles conclusions il tire des premières semaines de présidence de Trump, il nous répond que l’analyse ne devrait pas se concentrer sur la figure politique mais sur ses décisions concrètes. « Personnellement, ajoute-t-il, ma principale préoccupation est l’environnement, car l’environnement n’a pas de voix ». Dans ce contexte, les nominations auxquelles à procédé Donald Trump sont inquiétantes. En effet, il s’est entouré d’une équipe composée de personnes dont l’idéologie s’oppose radicalement à la préservation de l’environnement. Plus grave encore, ces dernières ont fait du combat contre la science un de leurs chevaux de bataille. Enfin, l’une des premières décisions du Sénat américain sous Trump, à majorité républicaine, a été de ré-autoriser la pollution des cours d’eau pour faciliter l’extraction du charbon pour les entreprises.

Pour le photographe, résister n’est pas une option. Ainsi, martèle-t-il, « nous devons être prêt à parler haut et fort » de nos convictions. Pour médiatiser la cause, il considère que les artistes ont un rôle tout particulier à jouer. Nul doute possible, ses photographies critiques et engagées ont le mérite d’interpeller.


Toutes les photographies à la discrétion de Benjamin Von Wong. Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation auprès du photographe.