La ZAP de la friche Saint-Sauveur, une ZAD version nordiste ? C’est que ce que laisse entendre la mobilisation lilloise menée contre un projet d’urbanisation passéiste et destructeur, porté par les pouvoirs publics sur l’ancien site ferroviaire de 23 hectares. Une Zone à Protéger s’est érigée, sous l’impulsion de citoyens, là où il est prévu de construire une nouvelle piscine olympique. Leur objectif : protéger la biodiversité et la santé publique menacées par ce vaste réaménagement urbain.

Depuis quelques jours Lille compte un nouveau « beffroi » quelque peu original et politiquement incorrect. Sur la butte du Belvédère, qui surplombe la friche Saint-Sauveur, se dresse désormais une structure en bois peu courtoise : une imposante main exhibe son fier majeur face à la mairie. Le monument contestataire, désigné comme beffroi par ses artisans, laisse deviner le message que les militants veulent faire passer ici…

Le monument contestataire, désigné comme un nouveau beffroi par ses artisans, laisse deviner le message que l’on veut faire passer ici. Crédit photo : L.R

Côté mairie, c’est un tout autre message qui est adressé : le projet est dans les tiroirs depuis un certain temps ; il concerne la gare de marchandises Saint-Sauveur, située en plein cœur de Lille, laquelle cesse ses activités ferroviaires en 2003. Ses 23 hectares sont définitivement acquis par la Métropole européenne de Lille (MEL) en 2016, qui y nourrissait quelques ambitions depuis plusieurs années…

Un modèle d’urbanisation passéiste

2.400 logements, 35.000 m2 de bureaux, 20.000 m2 de commerces et d’activités, 20.000 m2 d’équipements, une piscine olympique… et 80.000 m2 d’espaces verts tout de même. « Des m2, toujours des m2 de béton et de bitume » : le collectif Fête la friche, principal opposant au  projet annoncé, se lasse d’un modèle d’urbanisation « passéiste » qui ne s’appuie que sur le béton et le bitume, faisant fi du climat, de la nature et de la santé humaine. « Un modèle d’un processus de densification urbaine, imposé comme solution miracle aux maux de la ville, mais qui fera de Lille une ville toujours plus congestionnée et polluée si l’on ne se décide pas à penser le vide comme un espace nécessaire », écrit le collectif. « Entre 2000 et 2010 la Ville de Lille et la MEL lançaient une vaste réflexion sur le renouvellement urbain, narre Bénédicte Vidaillet, militante active et coprésidente de l’association PARC (Protection Aménagement Réappropriation Collective du site Saint Sauveur et de son Belvédère), le pendant administratif du collectif. Ce qui n’était que sur papier commence maintenant à sortir de terre : des énormes constructions uniformes qui correspondent  à l’ancien modèle, à l’avant COP 21,  où l’impact écologique n’était absolument pas pris en compte. »

Ce qui n’était que sur papier commence maintenant à sortir de terre, comme ici aux abords du Belvédère Saint-Sauveur. Crédit photo : L.R

Déloger la nature pour loger des humains citadins

Donation

Le discours politique part d’un bon sentiment, la métropole entendant profiter de cette dent creuse, ce no man’s land, avant tout pour loger du monde et éviter d’empiéter sur les surfaces agricoles périphériques (un grappillage qui se produit tout de même dans la réalité). Selon cette idée générale de l’étalement urbain : ici il n’y a rien, alors autant y habiter, s’amuser, travailler, consommer, etc. Au détriment de personne, puisqu’il n’y a « rien ». Pour autant, « un espace libre est-il un espace vide ?, questionne Camille Olivier-Verseau, l’autre coprésident de l’association PARC. Martine Aubry annonçait qu’ils allaient construire à partir de rien. Ce genre de vision amène à des projets barbares et pharaoniques, à faire surgir un quartier à partir de ce que l’on considère comme rien, avec des habitants, des employés, et leurs voitures. Pourtant la friche n’est pas un no man’s land, mais un réservoir de biodiversité. »

La biodiversité, ce « petit rien », semble être la première raison de lutter. D’où cette ZAP, la zone à protéger. Comme tout espace délaissé, la nature y retrouve un rythme de croissance spontanée. Les plantes pionnières préparent le terrain, les oiseaux, dont certains appartiennent à des espèces protégées, ont installé leurs nids. Depuis 15 ans, insectes, plantes, oiseaux et mammifères repeuplent l’ancienne plate-forme ferroviaire. « La friche est recolonisée par des espèces végétales des milieux arbustifs et des prairies, qui sont justement en voie de disparition sur le territoire !, signale Bénédicte Vidaillet, qui met en corrélation la disparition des espèces avec la disparition des milieux naturels, donc de leurs habitats. On doit regarder ça comme un trésor. » Un trésor d’autant plus précieux quand on sait que la biodiversité mondiale dépérit à petit feu sous notre regard inquiet, mais inactif.

Depuis 15 ans, insectes, plantes, oiseaux et mammifères repeuplent l’ancienne plate-forme ferroviaire.

La friche Saint-Sauveur représente l’opportunité de bénéficier d’un deuxième poumon vert dans le centre de Lille, après le parc de la Citadelle de 60 hectares. Comptabilisant seulement 14m2 d’espace vert par habitant —la moyenne est de 48 m2 — la capitale des Flandres pourrait ainsi reverdir davantage son territoire. Et justifierait peut-être un potentiel titre de Capitale verte européenne, label dont elle est aujourd’hui candidate et finaliste (une aberration, estiment dix associations locales, dont la plupart sont investies sur la friche Saint-Sauveur).

Mais que représentent quelques plantes et une flopée d’oiseaux menacés face à la nécessité d’intérêt général de loger des milliers de Lillois ? Les oiseaux, dont 24 espèces nichent sur place et 21 d’entre elles sont protégées, pourront-ils cohabiter avec les nouveaux venus dans un quartier urbain qui modifiera de fond en comble leur façon de vivre ? « 16.000 Lillois attendent un logement à loyer modéré dans notre ville, défend la municipalité. Saint-Sauveur recherche l’équilibre entre le logement pour tous, la nature et la vitalité urbaine. »

Parmi les 2.400 logements programmés, 30 % le seront en locatif social. « En réalité ce sont les PLAI (prêt locatif aidé d’intégration) qui correspondent à la vraie demande de logements sociaux, et cela ne représente que 7,5 % des logements prévus », décrie Bénédicte Vidaillet, qui y voit un argument de façade. « Dans la région, il y a des villes moyennes qui se vident, poursuit-elle. Il faut arrêter cette politique de compétition, d’attractivité et de métropolisation qui consacre toutes les ressources à un endroit et vide le reste du territoire. » Une logique qui entraîne une concentration d’activités humaines, une densification, donc de pollution locale accrue de l’air. Jérémie, riverain et membre de Fête la Friche, en fait les frais : « L’air est mauvais à Lille, on le ressent directement : mon fils et moi, on ne cesse de tousser depuis cet hiver. Ce quartier est l’un des plus pollués. C’est un axe routier très emprunté, il y a l’autoroute à proximité et des bureaux tout autour. Et ils veulent encore construire des bureaux ! Ici on veut préserver ce qui représente l’un des derniers poumons verts de la ville, c’est important. »

« La friche n’est pas un no man’s land, mais un réservoir de biodiversité.« 

En faire un poumon vert, la mobilisation citoyenne, qui cherche à donner la parole à une nature qui n’a pas voix à l’assemblée des décideurs, se joue essentiellement sur ce terrain.

Cartographie de la pollution de l’air au NO2 en Europe. Source : ESA

Une alternative proposée : ne pas défricher la friche et valoriser la nature déjà existante

Le collectif Fête la friche soutient un projet alternatif qui veut toucher le moins possible à ce qui existe déjà sur place. « Il y a déjà du potentiel sur place, l’idée est de valoriser l’existant, ainsi la faune et la flore qui vivent déjà sur place, de soutenir cette nature sauvage, la préserver, l’étayer, la renforcer. Nous ne voulons rien d’artificiel », avance Claire, cofondatrice et administratrice de l’association PARC, qui prend exemple sur le parc berlinois de Templehof, ancien aéroport devenu le plus grand parc urbain au monde, où peu de choses ont été transformées, où les pistes ont par exemple été conservées.

Se calquant sur ce type d’aménagement, qui modifie le moins possible, les défenseurs de la friche Saint-Sauveur rêvent d’un espace public entièrement non marchand, incluant entre autres une forêt urbaine, un espace sauvage, un parc public, une zone reliant les quartiers avoisinants (Moulins, Fives, Wazemmes, Centre), un espace de respiration et de circulation.

En résumé, il s’agirait de ne pas défricher la friche pour les opposants. « Fête la friche. Faire la friche, donc. La fêter, pas la défricher », scande le collectif qui souhaite associer les habitants au maximum. Les rassemblements et les événements en tout genre s’organisent naturellement, spontanément. Fête la friche de la musique, le 21 juin 2016, a été la première manifestation citoyenne, suivie de la Fête la friche de la bastille, le 14 juillet. Un an après, un sommet de la transition de la friche regroupait toutes les personnes mobilisées. Plus de 300 arbres ont été plantés par les habitants et les militants. Plantation sauvage et libre, donc illégale. Au même titre que la ZAP, la Zone à protéger, qui a pris place sur le Belvédère avec quelques constructions de bois, dont une cabane-refuge baptisée El Gourbi, un potager, un composteur, des sculptures de bois, comme ce beffroi bien malpoli. La résistance s’est installée sur ce promontoire encore verdoyant qui surplombe la friche et jouxte la ligne de métro aérienne. Là où s’érigera peut-être, si leur combat échoue, une reluisante piscine olympique.

Plus de 300 arbres ont été plantés par les habitants et les militants. Plantation sauvage et libre, donc illégale.

Une piscine qui fait déborder le vase

Une goutte d’eau qui sonne le réveil de la contestation collective. Dans le quartier Bois Blanc, il y a pourtant la piscine Marx Dormoy, piscine…presque olympique. Un titre qui lui est passé sous le nez à cause d’une couche de carrelage de trop qui rétrécit le grand bassin. Considérée comme trop onéreuse, la rénovation a laissé place à un projet de construction d’une nouvelle piscine olympique pour la métropole. Décembre 2016, le conseil municipal annonce que la future infrastructure sportive verra le jour sur le Belvédère, réservé jusqu’alors à un parc. « D’un seul coup, sans aucune concertation, Martine Aubry (maire de Lille, NDLR), décide de retirer l’idée du parc pour y construire une piscine olympique », s’étonne encore Bénédicte Vidaillet. Un cri d’alarme résonne : « Vous ne pouvez pas décider à la place des gens ! » Le collectif Fête la friche, qui existait depuis début 2016, formule une demande principale : la réouverture de la friche au public pour une réappropriation citoyenne.

La mairie et la MEL restent sourdent à cet appel, et font emmurer la friche en août 2017, puis le Belvédère en février 2019. Une mobilisation s’organise pour protester contre les palissades en métal dressées sur des plots en béton. « La pose des barrières a révolté, c’est à partir de là que l’occupation du Belvédère a débuté. » Occupation illégale, puisque la friche devenue ZAC, zone d’aménagement concerté, est interdite au public. La ZAP à l’initiative citoyenne la rouvre à sa manière.

La friche devenue ZAC, zone d’aménagement concerté, est interdite au public. La ZAP à l’initiative citoyenne la rouvre à sa manière. Crédit photo : L.R

Des bulldozers qui coupent court toute concertation

La mobilisation n’agit pas que dans l’illégalité, puisqu’elle passe aussi par les armes juridiques. Du collectif Fête la friche est née l’association PARC, plus formelle, dans le but de contester le projet urbain devant le juge administratif. Première victoire en octobre dernier, le juge des référés suspendant la déclaration d’intérêt général du projet Saint-Sauveur par le conseil métropolitain. Parmi les motifs : des insuffisances quant à l’impact du projet sur la qualité de l’air.

Après enquête publique complémentaire, le commissaire enquêteur donne malgré tout un avis favorable au projet, assorti toutefois d’une réserve concernant la location de la piscine olympique. La qualité de l’air « dégradée » aurait mauvais effet sur la pratique du sport à cet endroit… Il reconnaît tout de même que « la réalisation du projet aggravera la situation, avec une augmentation des concentrations en polluants atmosphériques » et que, de manière générale, « la santé des Lillois est en jeu ».

La question de la préservation de la biodiversité n’occupe qu’une place minime dans le rapport du commissaire enquêteur. « Des espèces protégées ont été recensées (…) les dommages faits ne permettent pas de retour en arrière », est-il mentionné. Car, oui, des dommages ont été faits. En novembre 2018, les bulldozers ont commencé à défricher malgré la suspension ordonnée par le tribunal administratif. Émoi du côté des associations qui constatent la poursuite des travaux. Une grande partie du couvert végétal aurait été éradiquée. « Un déni de nature et de démocratie », clament-elles. C’est à se demander si le chantier opéré par la mairie n’est pas moins légal que l’occupation du Belvédère.

Pas de problème du côté de la MEL, dont le conseil métropolitain du 5 avril a annoncé l’avancée d’un projet urbain largement concerté et développé. Bénédicte, Claire et Mathilde (PARC) ne l’entendent pas de cette oreille : « Ils agissent comme si de rien n’était, faisant croire que c’est irréversible, mais ce n’est pas vrai. Nous avons déjà réussi à retarder le projet pour pas mal de temps. »

El Gourbi, le refuge de la ZAP. Crédit photo : L.R

La lutte se poursuit donc sur place par une occupation temporaire. Le mouvement de contestation s’est désormais élargi avec la voix d’associations et réseaux locaux, notamment Les Amis de la Terre, Aspi (pour la suppression des pollutions industrielles), Entrelianes (valorisation des trames vertes et bleues locales), Alternatiba, Action pour le climat. Si PARC réunit un noyau dur de 140 militants, le collectif Fête la friche brasse quant à lui plusieurs milliers de personnes sensibilisées, alors qu’ils n’étaient qu’une poignée en décembre. « Depuis janvier la mobilisation a changé d’échelle, des militants de Bure et de Notre-Dame des Landes apportent leur soutien », signalent les membres de l’association. Alors ? La ZAP de Lille Saint-Sauveur aura-t-elle le même retentissement que la ZAD de Notre-Dame des Landes ?

    L.R


Nos articles sont gratuits, sans publicité et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉☕

Donation