« Marre de l’impunité des multinationales ? Boycottez-les ! » – Vidéo TEDx

Nous vous en parlions dès la genèse du projet : fondé par deux français, le site i-boycott se présente comme une plateforme citoyenne et participative qui redonne du pouvoir et de la voix aux consommateurs. Après seulement quelques mois d’activité, il semblerait que les entreprises visées par les premières campagnes soient bien ennuyées par ce boycott organisé. Elles souhaitent aujourd’hui dialoguer. Bienvenue dans l’ère du « boycott bienveillant ».

Du pouvoir citoyen d’être « consom’acteurs »

« Chaque fois que vous dépensez de l’argent, vous votez pour le type de monde que vous voulez ». C’est en partant de cette citation de l’écrivaine et experte en alimentation durable Anna Lappé que deux jeunes français, Levent et Bulent Acar, ont eu l’idée de créer i-boycott. Conscients que le consommateur est l’acteur clé de nos sociétés de consommation ultra-développées, les deux français ont décidé d’apporter leur coup de pouce à la mise en place d’actions citoyennes visant directement les entreprises génératrices d’externalités négatives.

Leur but ? Permettre aux consommateurs de faire entendre leur voix et leurs revendications face à des entreprises multinationales que rien, ou presque, n’éclaboussait jusqu’alors — et ce malgré les scandales à répétition relayés dans la presse. Au cœur de la logique d’i-boycott, dont Levent ACAR exprime les grandes lignes lors d’une conférence TEDx qui s’est déroulée à Lyon début 2017, il y a la certitude que chacun peut travailler à l’émergence d’un monde meilleur et plus juste en étant conscients de la portée de ses actes d’achats.

Afin de rendre possible la mise en pratique de ce pouvoir, ils ont créé une plateforme et une association, financées de façon totalement indépendante, qui visent à centraliser les différentes réclamations au travers de campagnes en ligne. Les montages fiscaux de Starbucks vous horripilent ? Vous ne voulez plus voir Coca-Cola piller l’or bleu de la planète pour la transformer en poison ? Alors il ne tient plus qu’à vous de prendre part à une campagne déjà existante, ou de lancer la vôtre. Si vous optez pour la deuxième option, il vous restera à décider du nombre de soutiens nécessaires pour passer à la seconde étape, et aller frapper à la porte de la prochaine entreprise dont l’impunité doit cesser.

Les firmes interpellées

En parlant ainsi de campagnes de « boycott bienveillant », les créateurs du site entendent permettre aux consommateurs de se saisir de thématiques au cœur des différentes crises actuelles. Environnement, droit des travailleurs, droits des femmes, expropriations, droit des animaux, ou encore sécurité alimentaire et finance sont des thèmes qui peuvent faire l’objet d’une campagne et justifient un appel au boycott. Et la recherche de solutions ne s’arrête pas là : la plateforme permet aussi la mise en avant d’initiatives et d’alternatives positives. Il s’agit alors d’un « buycott ».

À ce jour, une petite dizaine de campagnes ont déjà été lancées, amassant à chaque fois plusieurs milliers de participants. Si le site n’en est qu’à ses débuts, les marques interpellées commencent d’ores et déjà à mesurer les possibles répercussions en termes de réputation, et à réagir en conséquence.

Une consomm’actrice refuse de consommer ses boites Petit Navire.

Ainsi, le 5 février dernier, i-boycott publiait la réponse envoyée par Lactalis à propos de la campagne demandant à la marque de rémunérer à juste titre ses fournisseurs français. Seulement quelques relais dans la presse ont suffit à donner assez de visibilité à la campagne pour qu’elle attire l’attention du premier groupe laitier et fromager au monde. Suite à la réponse apportée, les internautes ont pu signifier leur satisfaction ou leur insatisfaction — marquée par la volonté de poursuivre ou non le boycott. À l’heure actuelle, 798 personnes se sont dites insatisfaites des mesures prises par la marque (contre 147 convaincues). Reste à voir si Lactalis poursuivra ses efforts. Quoiqu’il en soit, il semblerait bien que l’ère du boycott nouveau soit arrivée : les multinationales n’ont plus qu’à bien se tenir.


Sources : i-boycott.org