Nantes : ils font pousser des micro-forêts 100 fois plus riches en biodiversité

« MiniBigForest » ou comment faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking ! Même si l’idée peut paraître surprenante, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle. Un duo de nantais a entamé cette révolution arboricole discrète dans l’agglomération nantaise.

À une dizaine de kilomètres de Nantes, aux Sorinières, l’abbaye de Villeneuve abrite depuis peu la première micro-forêt native de la métropole. À l’entrée, derrière le mur d’enceinte, 600 tiges pointent le bout du nez à travers le paillage. Hautes de quelques centimètres, elles s’étalent sur une petite surface 200 m2. Ça, une forêt ? On pourrait en rire, en effet. Pourtant, d’ici deux ans, quelques jeunes pousses de chênes sessiles, de frênes, de bourdaines, d’hêtres, d’aulnes, de bouleaux pubescents, d’érables, et tant d’autres essences locales atteindront les deux mètres. Dans trois ans, ce sera une forêt autonome. Et son potentiel dépassera de loin les forêts plus classiques, consacrées à la sylviculture industrielle, où les arbres sont plantés en monoculture, en rangs d’oignons, avec beaucoup d’espacement, de manière à pousser droit pour les besoins des consommateurs. Ici, c’est plus sauvage, plus dense, plus libre, plus résilient… et nettement plus performant, écologiquement parlant. « Ce n’est pas une forêt de production, mais de transmission : nous voulons léguer ces forêts aux générations futures », déclarent Stéphanie et Jim, qui ont fondé l’association Minibigforest.

Jim et Stéphanie à l’Abbaye de Villeneuve.

Elle est membre des Colibris depuis quinze ans, cherchant à faire sa part à petits pas. Lui est naturaliste autodidacte, gambadant avec passion dans la nature sauvage et ayant passé son enfance dans une cabane construite dans un orme. Tous deux exprimaient l’envie « d’œuvrer plus grand pour la planète », mais ne savaient pas trop comment s’y prendre. Jusqu’à cette rencontre « électrisante », en juin dernier, au festival Aux Arbres, à Nantes. Le couple a vibré devant Shubhendhu Sharma, un petit homme énergique qui montrait au public six places de parking en photo : « Ici, vous pouvez planter 300 arbres », annonçait-il. Ancien ingénieur automobile indien, il a planté une micro-forêt sur le site de son entreprise, sur une initiative du botaniste japonais Akira Miyawaki, le père de la micro-forêt. Shubhendu Sharma a lui-même poursuivi l’aventure au fond de son jardin, sur 100 m2, puis avec son entreprise de micro-forêt, Afforestt.

Akira Miyawaki, lui, en est à 40 millions d’arbres dans le monde entier, en suivant une méthode qu’il a découverte en Allemagne dans les années 1960 : le potentiel naturel de végétation.

Crédit image : Afforest.
Crédit image : Urban Forest
Reproduire une forêt naturelle et autochtone : comment ?

«  Le potentiel naturel de végétation consiste à identifier méticuleusement, dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de la future zone de plantation, les essences spontanées et indigènes, c’est-à-dire celles  qui repoussent sans la main de l’homme, définit Jim. On revient ainsi à des forêts naturelles et autochtones. »

Les arbres se plantent de façon très dense, au minimum trois au mètre carré, cinq au maximum, sur de petites surfaces. 3.000 m2 au plus. « Cela étonne les gens, mais c’est le mécanisme naturel des forêts ! », défendent les deux planteurs nantais. Et la nature préfère la diversité à la monoculture. Le potentiel naturel de végétation mixe ainsi de 15 à 30 espèces différentes, choisies avec soin, pour créer une forêt à étages. Cela permet de favoriser la coopération et éviter la propagation des maladies. « Dans une forêt en monoculture, les arbres tombent facilement malades, car ils sont de la même espèce », étaye le naturaliste en herbe.

Donation

Il semblerait que la méthode mise au point par le botaniste japonais rejoigne la permaculture des Australiens Bill Molisson et David Holmgren. « Comme en permaculture, on y retrouve de la diversité, de l’autonomie, et surtout pas d’alignement, confirme Stéphanie. Tu observes ce que fait la nature, et toi, en tant qu’humain, tu as juste à le refaire ! La forêt Miyawaki, c’est reproduire ce qui existe à l’état naturel. »

Faire barrière à une future autoroute… et annihiler toute la pollution du monde

Le projet de construction d’une future quatre-voies en face de chez eux, à l’abbaye de Villeneuve, a incité Stéphanie et Jim à prendre le pas. Un de leurs voisins avait suggéré l’idée : « Il faudrait des gens qui plantent des arbres. » Il ne leur en fallait pas plus à ces deux créatifs, qui se sont aussitôt formé dans les Ardennes, auprès d’un autre spécialiste de la micro-forêt, le Belge Nicolas de Brabandère, biologiste et fondateur d’Urban forests. Parmi toutes ses qualités naturelles, la micro-forêt érigera une barrière végétale entre les habitants et l’autoroute, étouffant une bonne partie des nuisances sonores et de la pollution engendrées.

Image : Afforest

Espace de ressourcement, réserve de biodiversité, captation de carbone et de pollutions, barrière sonore, ce genre de mini-forêt, plantée un peu partout en zone urbaine, a plus d’un tour dans leur sac. « Elle a aussi une capacité à restaurer les sols dégradés et à purifier l’eau, ajoute Jim. Il est fondamental de retrouver des sols vivants… Comment faire si ce n’est avec la forêt qui a le pouvoir de générer du vivant ? » La micro-forêt de Miyawaki serait donc un remède local immédiat au dérèglement climatique et aux perturbations écologiques de tout ordre, et ce sans attendre le mirage aux alouettes d’un monde politique réduit à une manivelle d’ajustement des marchés.

« Disparition des insectes, des oiseaux, des mammifères…les chiffres du GIEC nous alarment ! 400 espèces de la flore sur 4000 risquent de disparaître d’ici quelques années. A contrario on sait qu’en 2017, la forêt a absorbé 30% des émissions de carbone humaines… On sait où est la solution ! » Elle serait notamment dans ces petits poumons verts, adaptables à la moindre surface, le tout couplé bien évidemment à une protection urgente de nos océans, le premier poumon de notre planète. Que chaque espace libre devienne, demain, une micro-forêt : tel est le credo de MiniBigforest.

« Nous voulons léguer ces forêts aux générations futures »

Potentiel humain de plantation

« Notre intention est double, souligne Stéphanie : Reforester rapidement et durablement en tout lieu avec cette technique, qui permet d’investir les pelouses des entreprises,  les friches urbaines, les espaces verts et les parcs, les cours d’école, etc. et faire appel au potentiel humain de plantation. » Cette fois, le nom est de leur invention. Le PHP invite tout type de public à devenir gardien de ces forêts, en plantant puis en entretenant les jeunes pousses. Les deux premières années correspondent à une période de latence, où la micro-forêt a besoin de soins. À deux, le boulot serait trop gros, et le couple ne veut pas garder pour eux seuls ce plaisir de planter, cette reconnexion vitale avec la nature.

Crédit image : Minibigforest

En décembre 2018, 300 arbres ont été plantés par une trentaine d’amis. Le 8 mars dernier, ce sont des élèves de CM2 qui ont agrandi la micro-forêt de l’abbaye de Villeneuve avec 300 nouvelles pousses. Demain, ce seront 2018 arbres qui s’élèveront près d’une autoroute. Les deux aventuriers forestiers partiront ensuite à la conquête du Grand Ouest, à la manière d’Astérix et Obélix dans le Domaine des dieux, qui reboisent la forêt armoricaine en un clin d’œil. À quand les 40 millions d’arbres ?

Quantité, mais surtout qualité, le duo refuse de tomber dans le greenwashing. Aujourd’hui, on retrouve de plus en plus de démarches de reforestation où il est promis de planter un arbre avec 1 euro ou 1 clic. « Il convient de rester vigilant avec ça car la plupart de ces forêts meurent parfois au bout de six mois. Hormis la production de bois, ce qui reste utile malgré tout, la biodiversité ou les services écologiques que peut apporter une forêt diversifiée n’y sont pas toujours pris en compte. Ce ne sont pas toujours des arbres locaux et ce n’est pas toujours planté avec la bonne essence, sans parler des expropriations d’habitants ! » Planter des mini-forêts, c’est jouer plutôt la carte de la durabilité, en sortant d’une logique de production et de profit immédiats. C’est semer de la vie et de l’espoir sur le long terme, pour que les futures générations puissent en récolter les fruits.

                                                                                                L.R

 

Donation