Des jardins à l’intérieur de bulles au fond de la mer : pourquoi pas ? Cette idée a priori absurde est pourtant pleine de bon sens, tant les caractéristiques du milieu maritime (bonne luminosité, température stable, absence d’insectes, etc.) offrent des avantages pour la culture. Ce pari, nommé Nemo’s Garden, a été testé et approuvé. La prochaine étape sera sa démocratisation et généralisation. Découverte !

Cultiver des légumes et des fruits sous le niveau de la mer : voilà une idée bien incongrue. En effet, l’idée même de mettre en contact la plante avec l’eau salée est un non-sens. Mais ce projet inspirant est plus complexe… Cette idée nous vient du concepteur italien de Nemo’s Garden (« le Jardin de Nemo », donc, dans le nord de l’Italie), Sergio Gamberini, président d’une société d’équipements de plongée. L’homme a imagé des jardins sous-marins capable de produire fruits et légumes avec une efficacité étonnante. Placées sur le sol marin, à 6 mètres de profondeur, des bulles à armature métallique accueillent des cultures vivrières… et ça marche !

05_Nemos_GardenImage : Nemo’s Garden/Facebook

Comme l’explique ce dernier, la mer présente divers avantages, et pas des moindres, depuis la luminosité ou la chaleur jusqu’à l’absence de nuisibles, qui en font une option aussi bonne qu’insolite pour la culture de légumes, fruits ou plantes aromatiques. Le taux d’humidité dans ces bulles sous-marines atteint naturellement jusqu’à 83% : les gouttes d’eau douce que provoque la condensation ruissellent jusqu’aux plantes, qui sont donc ainsi alimentées. Les plantes renouvellent l’air naturellement et un taux élevé de dioxyde de carbone favorise une croissance plus rapide. Ainsi la plante crée son propre biotope favorable à sa croissance.

Bien entendu, le concept ne peut pas s’exporter sous toutes les latitudes. La mer, dans la baie de Noli où l’expérience a été conduite, présente en plus l’avantage d’une température relativement constante d’environ 25°C, permettant une température de 29°C dans la bulle.Enfin, la situation sous-marine de ces bulles met les cultures à l’abri à la fois des aléas climatiques (grandes chaleurs, pluies…) et des nuisibles. Autant de conditions qui exonèrent donc totalement du recours aux intrants chimiques ! La production est donc « biologique » ou presque. Sans compter sur le fait que ce mini-écosystème n’a aucun besoin d’électricité… Un projet en somme écologique et autonome.

En 2015, une campagne de financement participatif a permis d’apporter des améliorations au Jardin de Nemo. La famille Gamberini souhaite maintenant exporter ce projet vers les pays pauvres « où les environnements hostiles entravent la croissance des cultures ». En effet, certaines îles manquent d’espaces verts pour produire de la nourriture localement. Reste les problèmes la production et de la récolte. Fantaisie ou modèle diffusable ? Pourra-t-on voir demain de larges fermes sous-marines ? l’avenir nous le dira.

03_Nemos_Garden

02_Nemos_GardenImages : Nemo’s Garden/Facebook


Sources : Nemo’s Garden / DécisionsDurables.com.

Donation