« Nothing to hide » : quand la surveillance généralisée devient la norme (Documentaire)

Sorti fin 2017, le documentaire « Nothing to Hide » propose  un regard critique à propos des lois sur le renseignement mises en place par de nombreux États ces dernières années, partout à travers le monde. Opérant un rappel nécessaire des révélations qui ont suivi le scandale liant Edward Snowden à la NSA, le documentaire est un incontournable pour quiconque pense être à l’abri des dérives gouvernementales ou corporatistes en matière de surveillance des individus.

« Nothing to Hide » de Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic a l’ambition d’être un documentaire coup de poing. Les deux réalisateurs reviennent de façon pertinente sur les différentes lois relatives au renseignement mises en place aux États-Unis, et dans d’autres pays comme la France, ces dernières années. Alors que le sujet a été progressivement écarté du débat public en dépit de son importance, le film franco-allemand rappelle à quel point le débat sur l’usage des données personnelles est actuel et questionne les fondements de nos démocraties.

Big Brother WallpaperDes États-Unis à la France, la surveillance se généralise

La France n’a pas été épargnée par la fuite en avant vers une surveillance généralisée. La loi relative au renseignement votée en 2015 avait provoqué de nombreuses controverses en raison des outils qu’elle permet de déployer pour suivre les individus, en particulier sur internet et les dérives que de telles dispositions peuvent entraîner. Chacun pouvant être suivi en permanence, chacun devient suspect. L’outil justifie la fin.

Par ailleurs, ces dernières années ont montré que toute nouvelle disposition peut facilement être instrumentalisée. C’est ainsi que, sur fond d’anxiété collective après la vague d’attentats qui a touché l’a France, des militants écologistes se sont vus interdire de manifester, sous prétexte de menace terroriste. Dans un contexte de peur, donc de confusion, la mesure n’aura susciter que relativement peu d’indignation, alors qu’il s’agissait d’une atteinte directe aux règles démocratiques et d’un contournement des objectifs « officiels » de la dite loi. De quoi rien n’envisager de bon pour l’avenir.

« Dire que vous ne vous souciez pas de la vie privée parce que vous n’avez rien à cacher, c’est comme dire que vous ne vous souciez pas de la liberté d’expression parce que vous n’avez rien à dire. » – Edward Snowden

« Dire que vous ne vous souciez pas de la vie privée parce que vous n’avez rien à cacher, c’est comme dire que vous ne vous souciez pas de la liberté d’expression parce que vous n’avez rien à dire. » Les mots d’Edward Snowden, repris dans le documentaire, ne peuvent être, dans ce contexte, plus justes. Alors qu’éclatait en 2013 le scandale liant le lanceur d’alerte Edward Snowden à la NSA — l’Agence Nationale pour la Sécurité américaine, le documentaire expose les différentes façons dont chaque jour nous fournissons des informations privées à différentes entités, sans même nous en rendre compte.

Qu’il s’agisse du gouvernement capable de fouiller dans votre smartphone ou d’entreprises avides de récolter des données sur votre mode de vie, l’information n’a jamais autant été à portée de main. Certains considèrent d’ailleurs l’information comme le nouveau pétrole de notre génération. Une bien mauvaise nouvelle pour la vie privée, quand bien même certains continuent de n’y voir aucun problème, se targuant d’un fier « rien à cacher » ou de l’éternelle indifférence du consommateur modèle. Pourtant, ces intrusions permanentes dans nos vies privées présentent un réel problème, notamment au regard des pressions qu’elles permettent aux institutions d’exercer sur les individus, menaçant la liberté de penser et d’agir. Nos gouvernements évoluant sans cesse, à qui seront remis demain les clés de ces puissants outils de contrôle ?

Mêlant interviews d’experts à l’expérience menée sur un volontaire ayant accepté de laisser ses données « trackées », le documentaire prouve de façon percutante la nécessité de protéger nos données personnelles à l’époque des smartphones et de l’internet omniprésent. Au micro de Marc Meillassoux et Mikhalela Gladovic, on retrouve entre autre Jérémie Zimmerman de La Quadrature du Net, Alison Macrina du projet Tor (navigateur anonyme), ou encore Fabrice Epelboin, professeur à Sciences Po spécialisé dans les questions liées au numérique.

Big Brother WAS Watching!Les métadonnées, de l’or dans les codes

À l’heure du tout numérique, la surveillance d’État n’est d’ailleurs plus la seule menace qui pèse sur les libertés individuelles et collectives. Réseaux sociaux, applications de santé, dating en ligne… les différentes applications et sites internet que nous utilisons tous les jours récoltent, que nous le voulions ou non, des informations sur nos habitudes, nos goûts, nos façons de communiquer.

Si ces données collectées semblent trop opaques ou imprécises pour susciter de l’inquiétude chez une âme non avertie, elles constituent en réalité une mine d’or et d’informations pour les entreprises et les institutions. En effet, ces « métadonnées » permettent d’étudier les comportements humains à grande échelle et de constituer différents groupes en fonction de différents critères. Au point où de grandes entreprises finissent par nous connaître souvent mieux que nous mêmes. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à évoquer une menace directe pour la démocratie, alors que des multinationales comme Facebook et Google en savent désormais plus à propos des citoyens que les États.

Soumises à des algorithmes puissants, les données personnelles permettent de dresser des portraits effrayants de précision des individus. Les géants de l’information, magnats du marketing et Hommes politiques « ultra modernes » en ont bien compris l’intérêt. L’information est un pouvoir. Les récentes élections françaises démontrent à quel point le contrôle des données est aujourd’hui plus important pour un candidat que les idées qu’ils portent. Comme l’indiquait un reportage de la RTS en avril 2017, la victoire d’Emmanuel Macron, fut également et surtout la victoire d’un système : celui du #BigData et de la réduction des citoyens à des données bien plus facilement manipulables.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Source : Nothingtohidedoc.wordpress.com