Donner la parole aux plus jeunes afin d’orienter l’avenir vers la coopération et le respect des autres et de la nature ? C’est possible, et c’est même le projet développé par une maison de production française en lien avec des enseignants et animateurs, prêts à ouvrir les portes de l’audiovisuel à plusieurs centaines de jeunes. À la découverte du projet « Graines d’espoir ». 

Lancé par la compagnie de production « Bas Canal Productions », le projet « Graines d’espoir » compte donner la parole aux plus jeunes dans l’exploration des possibles de demain. Réunissant près de 400 jeunes sur plusieurs territoires du monde, le projet, réalisé avec l’aide d’enseignants et d’éducateurs, est ambitieux. Au programme : un long-métrage d’une heure et demi destiné aux salles obscures, et réalisé non par un réalisateur, mais 400 jeunes apprentis-réalisateurs âgés de 10 à 25 ans. Partagés entre Grenoble, la Savoie, l’Ardèche, ou encore la capitale espagnole Madrid, le Burkina, l’îles de la Réunion et Madagascar, les jeunes vont avoir l’occasion d’enquêter sur les questions qui leur importent.

Santé, écologie, et équité sont au cœur du projet, qui cherche à co-créer les récits de demain en impliquant ceux directement concernés par l’avenir : les jeunes. Guidés par les enseignants, les animateurs, mais aussi épaulés par un réalisateur expérimenté – Pierre Beccu, ils vont avoir l’occasion de découvrir toutes les facettes du travail de réalisateur. Enquête, interview, mais aussi tournage, son, et montage sont au programme. L’échange, également, fait partie intégrante du projet. Au cours des mois de tournage, les jeunes auront l’occasion d’échanger d’un territoire à un autre, créant l’ouverture nécessaire à l’autre et à ses expériences, parfois différentes.

« Quelles solutions pour lutter concrètement contre les inégalités de traitement, quelles actions sociales, éducatives, culturelles ?
 », « Comment réussir la ville de demain par la transition ? », « Comment peut-on s’inventer un avenir positif ?
 ». Autant de thèmes et d’interrogations qui seront abordées par les fiers représentants des générations à venir.

Un projet transmédia complet

Si le film, destiné au cinéma et à la télévision, est voué à explorer tant les dessous de la démarche (avec notamment des plans tirés de tout le travail réalisé en amont avec l’équipe encadrante), que son résultat, une plateforme sera également mise en place. Son but ? Permettre de démocratiser l’accès à des ressources essentielles sur les thématiques de développement durable et de citoyenneté. Les porteurs du projet souhaitent en effet donner à la voix de ces jeunes toute l’ampleur qu’elle mérite. C’est pour cela qu’une plateforme numérique sera également mise en place, mettant à disposition de tous des ressources pédagogiques développées avec l’aide d’enseignants sur toutes les thématiques abordées par le projet. Les bases de la réalisation documentaire, également, y seront expliquées sous forme de tutoriels.

Réalisé sous l’œil et la caméra du réalisateur Pierre Beccu, habitué à travailler avec des étudiants, le projet a déjà reçu le soutien de Pierre Rabhi, ainsi que de l’acteur José Garcia. Fondateur de l’association 6labs, Pierre Beccu est un habitué des questions de santé publique et de développement durable. Il sortait en 2015 le documentaire « Regards sur nos assiettes« .

Cette fois, le projet « Graines d’espoir » s’inscrit dans une ampleur encore plus grande, l’un des défis majeurs reposant dans la coordination des différentes équipes présentes sur les sept territoires différents impliqués. Quoi qu’il en soit, ce projet, ambitieux, mérite toute notre attention. Un crowdfunding est actuellement en cours pour faire de ce rêve de co-création intelligent et artistiques une réalité.


Article gratuit, rédigé de manière 100% indépendante, sans subvention ni partenaires privés. Soutenez-nous aujourd’hui par un petit café. 😉 Sources : Grainesdespoir.fr / Kisskissbankbank.com

Donation