Voilà un petit cadeau surprise : Monsanto, l’ogre américain des biotechnologies, s’est vu refuser un brevet portant sur des tomates issues de sélection traditionnelle et naturellement résistantes à un champignon nommé Botrytis cinerea. L’organisme No Patent on seeds ! (« pas de brevets sur les semences »), un collectif d’associations engagées contre le brevetage du vivant, a obtenu sa révocation devant l’Office européen des brevets.

Ce genre de nouvelle est rare, alors ne boudons pas notre plaisir : l’Office européen des brevets a refusé à Monsanto un brevet portant sur des tomates résistantes à un champignon. Contrairement à ce qu’avançait la firme américaine, coutumière des mensonges et des études biaisées, la variété de tomate concernée a été obtenue par sélection traditionnelle et non par manipulations génétiques. Par définition, elle ne peut donc pas être brevetée et privatisée.

Le collectif No Patent on seeds indique que « Les tomates originales utilisées pour ce brevet proviennent de la banque internationale de gènes de Gatersleben en Allemagne, explique la coalition. La résistance recherchée était déjà connue chez ces plantes. Or, Monsanto a publié un brevet formulé de façon à créer l’impression que des techniques de génie génétique avaient été utilisées pour produire lesdites tomates. »

Cependant, la guerre contre le brevetage des végétaux, des semences et des animaux d’élevage continue plus que jamais. Le collectif rappelle que « plus d’une centaine de brevets ont déjà été accordés par l’Office européen des brevets sur des plantes issues de méthodes de sélection conventionnelles ». Ceci n’est donc qu’une petite bataille gagnée dans la lutte contre la privatisation du vivant au profit des multinationales, et par extension, pour la souveraineté alimentaire.


Source : Basta ! / No Patent on seeds

Donation