Proxidon, la plateforme web de la banque alimentaire pour réduire le gaspillage

Avec sa nouvelle plateforme en ligne « Proxidon », la Banque alimentaire espère encourager tous les commerces, y compris ceux de petite taille, à donner leurs invendus. Et ainsi améliorer l’aide aux personnes les plus démunies.

La banque alimentaire, active sur le plan de la lutte contre la précarité, expérimente depuis trois ans un nouveau service internet gratuit afin de mettre en relation les commerces et les épiceries qui ont des invendus et des associations d’aide aux plus démunis. L’idée est simple, est pourtant elle pourrait contribuer à réduire considérablement le gaspillage au profit des personnes dans le besoin.

Crédit image : Banque alimentaire du Rhône

Un nouveau service, facile et gratuit

« La Banque alimentaire travaille depuis plus de 30 ans contre le gaspillage alimentaire au service des personnes précaires », explique Éva, l’une des personnes impliquées dans le développement de Proxidon. Dans le Rhône, chaque jour, une centaine de bénévoles de la Banque alimentaire font des collectes de grandes quantités dans les grandes surfaces et auprès des industriels. Les denrées sont alors triées avant d’être récupérées par d’autres associations qui interviennent auprès des personnes dans le besoin et procèdent à des distributions auprès des personnes les plus démunies. Elles sont 120 associations partenaires dans le Rhône, comme la Croix rouge, des épiceries sociales, des centres d’hébergement, ou des groupes de maraude.

La plateforme Proxidon doit permettre de compléter ces actions. Le projet, initié en 2015, propose une mise en relation directe entre des commerces alimentaires et des associations pour le don alimentaire. « ProxiDon est né du constat que de nombreux commerçants souhaitent donner leurs invendus encore consommables, mais ne trouvent pas de solution logistique adaptée », précise Éva. Autrement dit, Proxidon permet de réduire le gaspillage là ou les bénévoles de la Banque alimentaire ne peuvent pas se rendre pour des raisons logistiques, soit que les distances sont trop importantes ou que les quantités à récupérer ne sont trop réduites. Ce système permettrait également d’accéder plus facilement à des produits frais, ou biologiques.

Crédit image : Banque alimentaire du Rhône

Lutte contre le gaspillage et la précarité : une priorité

Depuis 2016, la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire impose aux supermarchés de plus de 400 m2 de conclure une convention avec des associations pour leur faire don des invendus. Mais les magasins de taille inférieure ne sont pas concernés par cette obligation. Ce sont des structures que la Banque alimentaire espère convaincre de passer à l’action. Ainsi, Proxidon fonctionne de manière simple. Le donateur indique les types de produits et les quantités qu’il souhaite donner et les associations situées à proximité sont prévenues du don par sms et par mail. L’association qui est intéressée par le don réserve le panier en ligne avant de récupérer les denrées à l’adresse indiquée et à un horaire convenu au préalable. Ces dons peuvent être défiscalisés. Le service est déjà présent dans le Rhône (Lyon), les Bouches-du-Rhône (Marseille), en Meurthe-et-Moselle (Nancy), en Moselle (Metz), à Paris-Île-de-France et dans le Calvados (Caen). La Banque alimentaire nourrit à présent l’ambition d’étendre Proxidon au reste des départements de l’Hexagone.

En France, environ 33 % du gaspillage alimentaire a lieu au niveau des ménages. Le reste est réparti entre la production, la transformation et la distribution. Des efforts peuvent donc être réalisés à toutes les échelles. D’autant que ces chiffres contrastent avec la précarité d’une partie importante de la population : 21 % des Français et des Françaises déclarent avoir des difficultés à se nourrir sainement 3 fois par jour. 27 % d’entre eux affirment ne pas être en capacité d’acheter des fruits et des légumes tous les jours (baromètre ipsos secours populaire septembre 2018). Des chiffres saisissants, comparés au 10 millions de tonnes de consommables gaspillées chaque année en France.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation