Quand on évoque Compostelle, c’est souvent en référence au religieux. Pourtant, il n’existe pas un, mais une multitude de chemins menant à Saint Jacques de Compostelle. À l’origine, lieu de pèlerinage catholique, cette ville du nord-ouest de l’Espagne voit désormais affluer des milliers de pèlerins de toutes les orientations idéologiques. Devenu aujourd’hui une destination touristique, ce pèlerinage recouvre des réalités hétéroclites parfois étonnantes, si bien qu’il serait présomptueux de vouloir en donner une image univoque. Santiago’s Way, un court-métrage et documentaire indépendant, nous donne à voir une réalité alternative et peu connue « du Chemin » à travers le témoignage de plusieurs hospitaleros (1).

« Durant des siècles, des millions de pèlerins ont foulé le chemin menant à Saint Jacques de Compostelle. Au delà du pèlerin ou du simple voyageur, aujourd’hui nous donnons la parole à ceux qui vivent le long de ce chemin et partagent cette expérience chaque jour… », c’est sous cet angle que cette réalisation franco-espagnole (Jabuba Films & RedHouse) tente de dresser un portrait atypique du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. D’Astorga au Cap Fisterra (le Finistère espagnol) les protagonistes du film, pour l’essentiel des hospitaleros, nous livrent un témoignage unique en son genre sur leur parcours de vie et sur l’histoire du chemin selon leur vision des choses.

compostelle

David, Antonio ou encore Thomas, à l’instar de l’ensemble des hospitaleros, ont en commun deux choses. La première est certainement leur amour pour le Camino de Santiago, ses pèlerins, son histoire et ses légendes. La deuxième est qu’ils ont fait du Camino le point central de leur vie, en accueillant chaque jours les nouveaux pèlerins venus arpenter son tracé. Leurs expérimentations de vie apparaissent comme autant de témoignages inédits d’un mode de vie à contre-courant du monde moderne, proche d’une recherche de simplicité volontaire.

À la manière d’un road-trip, la découverte des discours et des univers de chacun des protagonistes démontre comment la pluralité peut être unicité. C’est donc par le biais de ses personnages atypiques que sont abordées des thématiques plus générales concernant l’histoire du chemin, ses philosophies, mais aussi un reflet de notre époque tourmentée. Le discours, loin d’être dénué de critique sociale, de ceux qui ont fait le choix de s’écarter de la modernité pour revenir à quelque chose de plus essentiel, qui se concentre sur l’homme, sur l’être, et sur l’expérience de soi et de l’autre, nous amène à réfléchir et à prendre du recul sur nos propres perceptions du monde.

Le reportage : Santiago’s Way

Donation

Loin des horizons mercantiles que l’on peut habituellement observer le long du chemin (comme partout ailleurs), ce documentaire s’apparente davantage à un voyage initiatique qu’à une représentation exhaustive de ce que pourrait être le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. Il nous invite à découvrir une réalité dont les croyances originelles ont lentement mué pour se présenter aujourd’hui comme une forme de lutte contre l’individualisme et la course folle de l’économie triomphante. C’est finalement une hymne à la lenteur et à l’introspection dans notre rapport à l’autre que nous livre ce court-métrage indépendant à découvrir gratuitement.


Production et distribution : Triumph productions / Jabuba Films / RedHouse

1 : Hospitaleros est un terme espagnol que l’on pourrait traduire par « hospitaliers ». Il désigne les personnes qui se chargent de l’accueil des pèlerins dans les auberges que l’on trouve tout le long du chemin.

Donation