Matthieu et Violette sont à l’origine d’un projet social et écologique ancré dans son temps : donner la voix à des femmes réfugiées en France pour confectionner leur propre marque de prêt-à-porter éthique dans un cadre d’insertion socio-professionnel. À l’occasion du lancement de leur campagne sur Ulule, on s’est penché sur cette envie de « faire avancer les choses » et de retrouver ce sentiment d’humanité qui semble parfois s’oublier au pays des Droits de l’Homme.

Mr Mondialisation : Bonjour Matthieu et Violette. D’abord, est-ce que vous pourriez nous présenter en quelques mots, qui vous êtes et sur quoi porte votre projet ?

Violette & Matthieu : Bonjour ! Matthieu, 30 ans et je viens du monde des startups digitales. Et moi c’est Violette, 25 ans, et je viens de la mode ! Notre projet s’appelle Atelier Unes, c’est une marque de prêt-à-porter qui veut apporter de l’impact par la collaboration. Chaque année, nous travaillons avec une association avec qui nous co-créons une partie de la collection. En 2018, nous travaillons avec l’association Zafraan Project qui travaille avec des réfugiées qui ont un savoir-faire dans la mode.

Mr M : Vous venez tous les deux de mondes plutôt différents (styliste-modéliste et formation ingénieur-commerce). Quelles sont les valeurs qui vous ont rapprochés et que vous souhaitez transmettre à travers votre projet ?

Violette & Matthieu : Nous sommes tous les deux passionnés par l’art et la créativité d’une manière générale. D’ailleurs c’est autour de ce domaine que nous nous sommes rencontré ! C’était il y’a 3 ans à notre école de musique où Violette faisait du chant et moi de la guitare. Nous sommes chacun convaincu que la créativité doit jouer son rôle dans le changement de consommation et c’est tout naturellement que nous nous sommes investis dans la mode car elle est la deuxième industrie la plus polluante et génère un chiffre d’affaire supérieur à l’industrie automobile ! Il y a donc, pour nous, un lien direct entre la consommation et l’impact !

Source : @AtelierUnes

Mr M : Comment en êtes-vous venus à collaborer avec l’association Zafraan Project ? Et comment fonctionne exactement votre travail ensemble ?

Violette & Matthieu : Chaque année nous voulons aider des causes qui nous touchent. En 2017 nous avons rencontré Guillaume Capelle co-fondateur de Singa à travers notre incubateur Ticket For Change. Sa volonté à travers son association Singa est de montrer que la diversité est créatrice de valeur en non destructrice. En cela il aide les réfugiés à s’insérer par l’entreprenariat.

Cela a fait comme un déclic chez nous. Nous avons contacté Singa pour leur présenter notre projet puis rapidement nous sommes entrés en contact avec Zafraan Project. Cette association a vu le jour à travers Singa et sa vocation est de réinsérer dans la vie active les réfugiés avec un savoir-faire dans la mode.

Pour le fonctionnement, notre volonté est de mettre en avant des individus plutôt que des groupes. Nous avons donc présenté notre thème de collection « Prendre Son Envol » puis chargé l’association de nous proposer des personnes dont l’univers était similaire au notre. Après quelques échanges de plusieurs mois nous avons rencontré Vajira avec qui nous avons co-créé l’imprimé Papillon de notre collection.

Mr M : Que vous apportent concrètement les femmes avec lesquelles vous collaborez ? Est-ce que vous créez des liens au-delà du professionnel ? Et savez-vous quel est leur futur après votre collaboration ?

Violette & Matthieu : Nous n’avons pour l’instant collaboré qu’avec une seule personne car nous avons voulu prendre le temps et travailler sur l’individu. Vajira est originaire du Sri Lanka et est mère de 4 enfants. Tout d’abord, elle nous a apporté un regard différent sur notre collection et nous a montré qu’il existe un lien fort qui va au-delà de la langue. Elle était en train d’apprendre le français et toute la discussion s’est faite en anglais. Au début ce n’était pas facile car nous étions chacun timide mais rapidement le sourire est venu. Nous nous sommes rendu compte que nous partagions la même sensibilité sur le choix des couleurs de leur agencement et des imprimés. Son rapport à la nature est encore plus fort que le nôtre et comme nous, elle trouve étrange cette mode des chaussettes dans les claquettes !

Avec elle nous avons créé un tableau d’ambiance et développé un imprimé autour du papillon. Car par rapport à notre thème « Prendre Son Envol » cela lui faisait rappeler le souvenir d’un papillon qu’elle voulait garder et de son père qui lui demandait de le relâcher car les belles choses doivent rester libres. Concernant son futur nous ne pouvons malheureusement pas nous prononcer car rien n’est certain concernant ce projet. En revanche nous distribuons 10% de nos bénéfices à l’association afin qu’elle puisse continuer son impact après nous.

Source : @AtelierUnes

Mr M : La question des réfugiés et de l’immigration sont des sujets « sensibles » qui agitent souvent les discussions de comptoir. Avec une société dans laquelle on peut aujourd’hui être condamné pour « délit de solidarité », comment vous situez-vous vous et votre projet face à cette situation ?

Violette & Matthieu : Pour nous, « Réfugié » et “Immigré“ sont des étiquettes mises sur des personnes qui sont extrêmement différentes. Il nous parait déjà évident que ces mots créent des amalgames en soi. Avec ces mots nous parlons de personnes qui ne viennent pas du même pays, n’ont pas les mêmes niveaux d’études, de vie, immigrent pour des raisons toutes très variées et aussi n’ont pas les mêmes statuts. Leur seul point commun est qu’elles arrivent en France avec la même étiquette négative. À travers Atelier Unes nous voulons montrer que ce terme est complexe et nous essayons de casser sa signification par la créativité d’une personne.

Car pour nous la créativité est une forme d’expression à part entière, elle exprime une histoire, une réflexion, une identité sous un angle qui parle à tous. Il faut aussi rappeler que la France est une terre de passage et c’est un des seuls pays à posséder autant de frontières différentes. Dans l’histoire, cela a créé une diversité culturelle incroyable ! L’immigration est en fait quelque chose d’assez normal en France. Qui n’a pas de grand parent immigré dans sa famille ?

Mr M : Vous savez que l’industrie textile fait partie des acteurs les plus destructeurs de la planète écologiquement parlant. D’un point de vue environnemental, comment vous-y prenez-vous pour garder un contrôle sur votre impact écologique ?

Violette & Matthieu : Pour réduire notre impact nous avons regardé avec attention chaque étape qui permettent de créer le produit final et nous avons fait des choix. Premièrement nous trouvons invraisemblable les aller-retour liés à la matière. Certain achète du coton qui vient d’Inde le font teindre dans un autre pays puis le confectionne dans un autre. C’est déjà un problème en soi. Nous avons choisi de réduire tout notre circuit à un seul pays. Nos produits sont entièrement tissés, teints et confectionnés en Inde dans un atelier éco-responsable. Ensuite nous avons choisi avec soin notre matière : le Coton Khadi, car c’est une matière locale et dont la consommation d’eau est inférieure à la moyenne.

Source : Flickr – Coton d’Inde

Mr M : Pensez-vous que votre façon de faire pourrait-être un « modèle à suivre » pour le futur ? Serait-ce réalisable à une plus grande échelle ?

Violette & Matthieu : On espère bien ! Pour nous, « La mode doit être vecteur de changement ». S’exprimer par sa créativité doit être quelque chose de plus naturel et avec les outils numériques il est de plus en plus facile de créer du lien. A nous de le faire !

Mr M : Pour finir, quel futur imaginez-vous pour Atelier Unes, et dans quelle direction aimeriez-vous évoluer ? Dans un monde où la concurrence est sans pitié et dans un secteur qui fait rarement de cadeaux, avez-vous une « technique secrète » pour ne pas perdre vos valeurs morales et éthiques en cours de route ?

Violette & Matthieu : Comme dirait nos amis des Futurs Souhaitables : « l’avenir ne se prévoit pas, il se prépare ». Afin de garder le cap, nous poursuivons l’objectif de développement durable, et nous sommes entrain de créer un comité d’éthique pour nous garantir de toujours avoir au centre de nos actions nos valeurs morales et éthique.

Comme dirait Paul Claudel : « Le pire n’est pas toujours certain » alors autant le faire de manière belle ! D’ailleurs, pour soutenir Violette et Matthieu dans leur projet, Atelier Unes lance sa campagne sur Ulule jusqu’au 08 juillet.

Source : @AtelierUnes

M.D


Sources : Atelier Unes / Mr Mondialisation

Article gratuit, rédigé de manière 100% indépendante, sans subvention ni partenaires privés. Soutenez-nous aujourd’hui par un petit café. 😉