Viol conjugal : 30% des viols commis en France. Un court-métrage expose « l’ordinaire ».

Si les préjugés sur les circonstances d’un viol perdurent, continuant de se concentrer sur l’image de l’inconnu prédateur tapis dans une ruelle sombre, la réalité est souvent bien plus banale. Alors que la majorité des viols en France sont perpétrés par une personne connue de la victime, un court-métrage finement réalisé revient sur ce crime qui prend parfois place au sein même du foyer.

Des images pour dénoncer un crime tristement banal

Le sujet est hautement délicat, et trouve encore difficilement sa place dans les colonnes des journaux en dépit de sa banalité. Pourtant, le viol conjugal continue d’exister en France aujourd’hui. Reconnu par la loi seulement depuis 1990, et circonstance aggravante depuis 2006, le viol conjugal (perpétré par le mari ou le compagnon de la victime) constituerait 30% des viols commis en France. Un crime qui est souvent passé sous silence par les victimes et difficilement quantifiable. C’est ce que Chloé Fontaine a voulu évoquer dans son court-métrage indépendant intitulé « Je suis ordinaire ».

La question n’a pas été évidente à approcher et il a fallu éviter les écueils : « L’idée d’aborder ce thème me trottait dans la tête depuis quelques temps déjà, au départ sous la forme d’une chronique plutôt cynique comme je peux les faire sur mon blog. Cependant, je me suis vite retrouvée face à une difficulté majeure : comment aborder le sujet pour que ça interpelle le plus grand nombre ? Je ne voulais pas d’un discours moralisateur ayant pour message « ne faites pas ça chez vous », et l’usage d’un ton cynique voire ironique à visée provocatrice me paraissait complètement inapproprié ici. Je voulais justement dénoncer cette banalisation du viol conjugal. Ça me désole de devoir apposer ces deux termes côte à côte mais pourtant, c’est le cas. Je voulais que les gens voient comment cela se passe, vraiment », nous dit la jeune co-réalisatrice.

Et l’effet est plutôt réussi, les deux minutes de film suffisent en effet à poser un décor et des personnages auxquels il est facile de s’identifier. Ici, tout est fait pour montrer que le viol conjugal ne concerne pas un type de personnes en particulier, mais peut bien avoir lieu à n’importe quel moment entre deux personnes, mais où l’une décide cruellement que l’autre n’a plus son mot à dire, n’a plus sa liberté. Au travers de cette scène, Chloé Fontaine voulait interroger la « normalité » de certaines situations qui n’ont rien d’anodines. Comme elle le dit, Il s’agissait alors de montrer « un homme et une femme ordinaires confrontés à une situation qui est malheureusement “ordinaire“, pour bon nombre de français. Quelque chose qu’on ne note même plus. Quelque chose que l’on subit sans même avoir conscience de notre rôle de victime, ou d’agresseur. Quelque chose d’inhérent à notre sexualité. Une sorte d’habitude qu’on aurait prise et qui nous a amenés un jour à nous dire “bon, du coup ça doit être normal“.»

Extrait de « Les Crocodiles » (éd. Le Lombard) par Thomas Mathieu

Le viol en France : entre peurs et réalité

Au travers de ce court-métrage, c’est tout le débat autour de la nature des violeurs et des victimes qui refait surface. Un thème qu’il est encore aujourd’hui très important d’exposer, étant donné que le viol est toujours entouré d’idées reçues et de sombres préjugés très éloignés de la réalité. Alors qu’il est facile d’imaginer le profil-type du violeur comme étant celui d’un inconnu sujet à une pathologie qui attaquerait les femmes au détour d’une ruelle sombre, les faits et témoignages racontent une réalité toute autre. En France, 83% des femmes victimes d’un viol connaissaient leur agresseur. Parfois, leur bourreau n’était autre que leur conjoint ou un membre de la famille — il s’agit d’ailleurs de la majorité des cas.

Le nombre de plaintes, également, ne peut être tenu comme représentatif du nombre de victimes d’agressions sexuelles. Dans le cas d’un viol, on estime que seulement 10% des victimes oseront aller porter plainte, la plupart craignant les représailles de leur agresseur, ou encore le regard et le jugement de leur entourage, quand il ne s’agit pas directement d’un manque de confiance en les forces de l’ordre, encore aujourd’hui rarement bien formées pour faire face aux victimes de ces agressions. S’entendre demander comment elles étaient habillées le jour de l’agression reste par exemple une expérience hautement humiliante pour les personnes violées, et témoigne d’aprioris patriarcaux qui continuent de blâmer les victimes pour les actes inhumains de leurs agresseurs. Dans le cas d’un viol conjugal, le taux de plaintes déposées tombe à 2%.

Lorsqu’on lui parle de « devoir conjugal », Chloé Fontaine nous dit que ça lui « hérisse le poil », et enchaîne : « Le but de “Je suis Ordinaire“ est de mettre fin à ces discours abjects qui sont pourtant monnaie courante, visant à dédramatiser voire à décrédibiliser le crime sous prétexte qu’il y ait une institution légitimant le couple. Les gens peuvent dire “Son mari l’a violée ? Vraiment ? Mais comment est-ce possible ?“ Eh bien, regardez. Voilà comment ça se passe. J’aimerais aussi que ce film ait un impact sur les hommes qui pourraient le voir. L’idée n’était pas de faire un film « à charge », mais de faire un film qui interroge. Qui amène la discussion, le débat. »

Le film

Pour parler avec un spécialiste, il existe le numéro de la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF), le 3919 ainsi que le numéro vert du Collectif Féministe Contre le Viol : 0800 05 95 95.

En complément, consulter l’article : « 7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel. »


Sources : Dossier de presse du Collectif Féministe Contre le Viol sur le viol conjugal (2011) / Ellesimaginent.fr / Haut-conseil-égalité.gouv.fr