Granny, l’orque « grand mère » a été vue en mai 2014 au large des Îles de Vancouver et aurait été revue récemment avec son groupe au nord de Trinquemalay (Trincomalee) une ville du Sri Lanka. Mère et grand mère, Granny continue pourtant de se montrer très vigoureuse en parcourant de longues distances et en guidant des groupes entiers. Voici pourquoi cette observation gène fortement l’industrie des parcs marins.

Selon la communauté scientifique et spécialiste sur le sujet, les orques femelles peuvent vivre entre 50 et 90 ans. La National Oceanic and Atmospheric Administration ainsi que des spécialistes en cétologie estiment de 50 à 60 ans la durée de vie moyenne d’une orque femelle. Les mâles quant à eux vivent moins longtemps, leur durée de vie est estimée entre 30 et 50 ans en moyenne (parfois plus).

Granny (également appelée J2) est une orque femelle centenaire qui a été observée pour la première fois dans les années 30. Granny fut repérée depuis son jeune âge spécifiquement car elle est « facilement reconnaissable de part la marque blanche sur son dos et l’encoche dans sa nageoire. » selon le site freedolphinsbelgium.com. Le groupe de Granny, dont elle est la grande matriarche, serait l’un des plus étudiés au monde selon le site rtl.be (à noter que les orques vivent au sein de sociétés matriarcales).

GGranny et un individu de son groupe aperçu mi-février / Credit photo : Nature’s Keeper Photography

Là où Granny représente un symbole de l’activisme contre la captivité, c’est que sa longévité s’oppose aux déclarations (et croyances) des parcs zoologiques détenant des mammifères marins. Les parcs zoologiques comme SeaWorld aux États-Unis ou Marineland en France*(1), affirment que les orques ne vivent qu’entre 25 et 35 ans environ à l’état sauvage. Ces déclarations permettent de justifier la mortalité précoce des animaux en captivité. En réalité, c’est uniquement en captivité que la durée de vie des orques est anormalement courte. Granny démontre donc qu’en liberté, ces animaux pourraient vivre bien plus longtemps, en particulier les femelles.

Plusieurs facteurs expliquent cette haute mortalité dans les bassins. Tout d’abord, la capture des premiers orques en milieu naturel a généré un immense taux de stress chez ces mammifères complexes. La séparation avec leurs groupes d’origine est à l’origine d’un véritable traumatisme. L’insémination artificielle, également pratiquée au sein des parcs, est vivement critiquée par des experts car elle est responsable de naissances consanguines et non-naturelles. Il existe d’ailleurs un taux de mortalité en bas âge non négligeable.

En bassin, les épaulards sont mélangés entre espèces différentes (il existe plusieurs catégories d’orques qui vivent différemment). Des espèces qui ne partagent pas le même langage*(2), ni les mêmes « coutumes » . Un des intervenants du film Blackfish parle de « nations différentes » . La brutalité des captures, les naissances non naturelles et les différences notables au sein d’un espace restreint, créent des tensions qui mènent à de nombreuses agressions entre individus. Des agressions parfois mortelles.

Les différentes catégories d’orques en images 

Killer_Whale_TypesLes différents types d’orques / Credit photo : Albino.orca / Wikipedia 

Par ailleurs, les orques captifs, imposants par nature, manquent clairement d’espace. Ces animaux qui peuvent parcourir des centaines de km par jour se retrouvent dans des bassins aseptisés et bétonnés, privés de toute stimulation extérieure que leur procure le grand large. C’est probablement à cause de l’addition de toutes ces raisons que l’on peut observer des orques très âgées en milieu naturel et non en bassin. Mais cette réalité est volontairement niée par les parcs qui préfèrent probablement mentir aux consommateurs qui risqueraient d’avoir l’esprit critique.

Selon les chiffres du Center for Whale Research, « sur les 158 orques captives décédées, plus de 2/3 d’entre elles n’ont jamais réussi à survivre plus de 10 ans en captivité. Moins de 30 orques ont survécu plus de 20 ans en bassin.(…) La durée de vie moyenne de toutes les orques nées captives est seulement de 7 ans et 9 mois, rapporte Stephen Jacobs. Pour celles qui ont été capturées en mer, elle s’élève à 9 ans. » (lire également l’article sur freedolphinsbelgium.com). Une dizaine d’années de vie en captivité alors que Granny approche les 104 ans dans la nature ? Qui peut décemment accepter une telle réalité ? Voilà pourquoi Seaworld et les parcs maritimes équivalents tremblent devant Granny.

Est-il temps de mettre fin à l’esclavagisme de ces animaux majestueux ? Après avoir vu le film  « Blackfish – L’orque Tueuse » vous n’aurez plus de doute sur la question !

800_Blackfish


Compléments 

(1) Après la mort de l’orque femelle Sharkan John Kershaw, le directeur du Marineland d’Antibes a indiqué « Sharkan avait été infectée il y a trois mois. Elle est morte à 27 ans alors que l’espérance de vie oscille entre 30 et 40 ans. » (on sait que l’espérance de vie des orques femelles est beaucoup plus élevée, cf.plus haut).
Source : www.30millionsdamis.fr
(2) L’utilisation de langages chez les orques est reconnue par certains spécialistes des cétacés. (voir le film blackfish)


Lire l’article de Demotivateur.fr – Sources : freedolphinsbelgium.wordpress.com / lematin.ch / rtl.be / Reseaucetaces.fr / Blackfish – L’orque tueuse

Image à la une libre de droit : Joe Goldberg