Indigo est un nouveau réseau social voulant tourner le dos à une société jugée individualiste, égo-centrée et divisée. Axé sur l’échange intégralement gratuit de services, les promoteurs d’Indigo promettent un monde « où tous les biens sont accessibles, où tous les services sont bénévoles et où l’on s’entraide tous ». Leur objectif est clair : créer une plateforme sociale révolutionnaire où s’échangeraient des biens et des services sans argent !

Lever une vague d’entraide

Indigo est un projet de défi associatif sorti de l’imagination de Stéphane de Freitas, alias « SdF ». Fruit de trois ans de travail, la plateforme, qui sera également disponible en application pour smartphone, met en relation l’utilisateur et une personne prête à lui offrir gratuitement le service ou l’objet dont il a besoin. La plateforme serait également ouverte aux associations afin que quiconque puisse soutenir diverses actions caritatives par des actes concrets.

L’utilisation d’Indigo est entièrement gratuite. Par ailleurs, contrairement aux géants du domaine, la plateforme promet de ne pas revendre les données de ses utilisateurs et refuse l’affichage de publicités. En cas de succès, celle-ci devrait même être disponible en plusieurs langues pour atteindre une population plus large. Indigo veut tout simplement « lever une vague d’entraide » au cœur de notre société ultra-connectée. Optimiste ? Verdict prochainement !

part4.1-1434561462

Comment ça fonctionne ?

Indigo fonctionne sur le principe de l’échange, un peu comme un SEL 3.0 à grande échelle. Les Systèmes d’Échange Locaux ont finalement toujours eu cet objectif mais à un niveau très localisé. Tout comme dans ces systèmes, l’argent ne fait pas partie du fonctionnement d’Indigo. Seul l’échange est autorisé à l’aide d’une fausse monnaie symbolique. La plateforme a mis au point un crédit d’échange : le Digo. En offrant de son temps ou des objets à d’autres membres, l’utilisateur reçoit des Digos qui lui permettent à son tour d’obtenir ce dont il a besoin. Par exemple, si un membre a besoin d’un coup de main pour un déménagement, l’utilisateur qui décide de l’aider recevra plusieurs Digos qu’il pourra dépenser à son tour lorsqu’il aura besoin de quelque chose.

Le réseau social a également mis en place un coefficient qui valorise la générosité des utilisateurs : le Goodvibes. Et plus ce coefficient est élevé, plus la valeur des biens et des services diminue ! Bref, plus vous donnez, plus vous recevez. Le calcul du niveau de « Goodvibes » (ou bonnes vibrations) prend en compte quatre critères :

– Le nombre d’utilisateurs aidés sans demander de «Digos»

– Le nombre de personnes différentes que l’utilisateur aide

– Les évaluations par les autres utilisateurs

– L’aide apportée aux associations

Quant aux associations, elles bénéficient d’un profil spécial qui ne participera pas au système de Digo mais qui augmentera le Goodvibes des utilisateurs qui les aideront. L’association française explique dans une vidéo de présentation comment les bonnes actions peuvent être récompensées à travers leur système :

Et Indigo c’est pour quand ?

L’ouverture au public de la version Beta Test d’Indigo est prévue aux alentours de l’automne 2015 pour un lancement officiel début 2016. Mais à ce jour, Indigo est toujours à la recherche de financements pour terminer le développement de l’interface. Une campagne de crowdfunding lancée sur le site Kiss Kiss Bank Bank cherche à atteindre les 20 000 euros avant le 21 juillet 2015.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, 76% de la somme a déjà été récoltée (118% en fin de programme). En cas de dépassement de ces 20 000 euros, l’équipe compte élargir l’application sur tablette ou encore embaucher des créateurs de communauté pour faire découvrir la plateforme partout en France. Certains artistes tels que Matthieu Chedid, Blanca Li, Kery James et Lisa Azuelos se sont joint au projet. En finançant Indigo, le donateur remporte des contreparties en fonction du montant donné, et ce dès 5€ : inscription à la beta-test privée (qui débute cet été), nom inscrit sur le Wall of Fame, stickers, t-shirts et même des cours particuliers avec les artistes.

Nous vous laissons découvrir ce projet innovant qui ambitionne de porter le principe du réseau d’échange local à un niveau national.

12540998_565682603585777_7163189320100865326_n

Mise à jour au 18 janvier 2016

Quelques jours après la rédaction de notre article, le projet Indigo atteignait son objectif de financement participatif avec 118% de la somme espérée, soit 23 694 ! 92 pays ont participé à l’opération et 5000 membres les suivent sur Facebook. L’application tant attendue est aujourd’hui dans une phase de test « alpha » qui s’étendra de janvier à mai 2016 notamment dans les universités françaises. À l’issue de ce test de « terrain », le concept sera diffusé au plus grand nombre.

En attendant de devenir la référence de l’économie du partage, Indigo s’est vu sélectionné pour participer au concours de la Fabrique d’Aviva qui récompense les projets communautaires. Les gagnants verront leur projet d’entreprise solidaire financé jusqu’à hauteur de 50 000 euros. Au total, près d’1 million d’euros viendront soutenir quelque 200 projets utiles et innovants. Ce sont les internautes, par leurs votes, qui décideront des gagnants qui mériteront ces primes. Vous pouvez choisir de soutenir Indigo ou tout autre projet sur le site de l’évènement.


Source : kisskissbankbank.com / lafabrique-france.aviva.com