Pour protester contre le suremballage de nos aliments, des citoyens et des citoyennes organisent un nouveau « plastic attack » le 2 juin prochain. Ce jour-là, ils déposeront les emballages superflus devant les points de vente dont les produits sont issus en guise de protestation. Une manière d’interpeller les grandes surfaces, mais également de conscientiser les autres consommateurs à la problématique. Explications avec Fanny Vismara, organisatrice de l’évènement en France. 

Ce n’est plus un secret pour personne : le plastique est devenu une pollution mondiale qui touche les cours d’eau, les mers et les océans, asphyxie la faune et la flore. Les chercheurs estiment que chaque année, entre 6 et 8 millions de tonnes de plastique sont rejetées dans les eaux. Même les endroits inhabités de la planète, comme les pôles, se trouvent impactés. En cause ? La surconsommation frénétique de cette matière produite à partir de pétrole et que l’on trouve non seulement dans les emballages, mais aussi dans bon nombre d’autres produits du quotidien, comme les habits en matières synthétiques ou les cosmétiques.

Dans l’espoir de faire bouger les lignes, Fanny Vismara a décidé de s’engager contre cette pollution ordinaire qui menace l’environnement et la biodiversité. S’inspirant des évènements de même nom qui ont eu lieu en Angleterre et à Bruxelles en mars dernier, la coordinatrice de « Plastic Attack » France propose à tous ceux qui le souhaitent de manifester contre les emballages plastiques inutiles en se joignant au mouvement. Les villes qui accueillent l’évènement peuvent être consultées ici.

Mr Mondialisation : Qu’est-ce qu’une « Plastic Attack » ? 

Fanny Vismara  : « Plastic Attack » est un mouvement international qui a comme objectif de sensibiliser tous les acteurs – les consommateurs, les distributeurs et les industriels – au problème du plastique. C’est une action citoyenne et non violente qui consiste à se délaisser, après avoir fait ses courses, de tous les emballages superflus et de les laisser à la charge du distributeur en espérant qu’il y ait, un jour ou l’autre, un effet boule de neige sur les industriels. Et donc in fine, pousser le développement de la vente en vrac, y compris au sein de la grande distribution, ainsi qu’à la création systématique de rayons 0 pastique dans les supermarchés (comme cela commence à se faire aux Pays-Bas et en Belgique).

Mr Mondialisation : Pourquoi lutter contre le suremballage plastique dans la grande distribution ? 

Fanny Vismara : L’alimentaire hyper et supermarché représente 66% des consommations, soit la majorité des consommations alimentaires françaises. S’il est bienvenu de développer des magasins « zéro déchet », il faut agir de toute urgence au niveau des grandes surfaces pour démocratiser la pratique et la rendre accessible à tous.

Mr Mondialisation : Comment participer à l’évènement du 2 juin ? 

Fanny Vismara  : En s’inscrivant à l’événement Facebook et en se rendant dans l’une des 10 villes françaises métropolitaines, ainsi qu’en Martinique et en Nouvelle-Calédonie, où se tiendront simultanément des « Plastic Attack ». À ce jour, il y a déjà 400 personnes inscrites à Paris et il est encore possible de les rejoindre !

Mr Mondialisation : Et concrètement, comment cela se passe ? 

Fanny Vismara  : Les personnes sont invitées à se joindre munis de bocaux et sacs réutilisables aux lieux de rencontre définis au préalable avant d’aller faire leurs courses « normale » ensemble dans une grande surface. Une fois leurs achats effectués, elles pourront déballer leurs aliments et les mettre dans des bocaux et des sachets en tissu qu’elles auront apportés. Les emballages superflus seront entassés devant les enseignes : avec plusieurs centaines de participants et de participantes, la quantité totale de déchets devraient être importante. À Bristol, où s’est récemment tenu un évènement de ce type, 25 personnes ont a elles seules rempli six cadis d’emballages !

Plastic Beach


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉