Sous le coup d’un mandat d’arrêt européen après avoir été filmé lors d’une manifestation anti-G20 en Allemagne, Loïc, jeune militant anti-nucléaire, a été arrêté vendredi dernier à Laxou. Le jeune homme de 23 ans n’en finit pas avec ses démêlés avec la justice, alors qu’il a également été poursuivi pour avoir participé à des attaques informatiques symboliques contre des sites institutionnels. Loïc dénonce un acharnement judiciaire pour détruire sa vie privée et museler l’action directe.

Pour avoir été filmé par des caméras de sécurité à Hambourg en juillet 2017, lors d’une manifestation jugée « violente » contre le G20, Loïc Schneider, 23 ans, est tombé sous le coup d’un mandat d’arrêt européen. Après avoir été arrêté vendredi 17 août non loin du lieu de résidence de ses parents et écroué dès le lendemain, la Cour d’Appel de Nancy devait vérifier ce 22 août la validité de ce mandat et donc de la demande d’extradition vers l’Allemagne.

Une sixième démêlée avec la justice pour Loïc Schneider

Selon l’Est Républicain, le procès s’est tenu « sous haute surveillance », en présence d’une douzaine de policiers. À la question de savoir s’il acceptait d’être remis aux autorités judiciaires allemandes, Loïc Schneider a répondu « non », ce qui n’a pas empêché la chambre d’instruction de valider le mandat émis par l’Allemagne. Le militant va désormais se pourvoir en cassation, mais il restera détention préventive d’ici la prochaine étape de son procès.

En juin dernier, alors qu’une première perquisition musclée avait eu lieu chez ses parents en vertu du mandat émis par l’Allemagne, Loïc Schneider avait publié un long texte sur son blog médiapart pour expliquer sa démarche. Condamné dans plusieurs autres affaires liées à ses actions militantes, où il estime les jugements disproportionnés et à caractère politique, il dénonce dans cet article « l’acharnement judiciaire et policer » dont il est victime et rappelle que « cette affaire sur le G20 sera [son] 6ème procès ». 

Loïc à terre, sous les pieds d’un CRS. Photographie d’archive par StreetVox

Une vie consacrée à la défense de l’environnement

Loïc Schneider s’est distingué ces dernières années par ses nombreuses actions militantes en faveur de l’environnement et sa critique de l’industrie nucléaire. Sur internet, on le connaît également pour ses talents d’écriture. Ses amis le décrivent comme particulièrement tolérant et en cohérence avec lui même. Il témoigne de son envie indéfectible de bâtir un monde meilleur et d’un courage rare. Mais Loïc va plus loin que ses publications sur internet et agit, à travers l’action directe, sur le terrain. C’est cette composante concrète qui lui vaut aujourd’hui des ennuis.

Cet engagement de terrain lui a valu d’être condamné à plusieurs reprises. En 2015, alors à peine âgé de 19 ans, il participe à des attaques informatiques contre l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le conseil départemental de la Meuse et le conseil régional de Lorraine, dans le but de dénoncer la politique d’enfouissement des déchets nucléaires et le meurtre de Rémi Fraisse. Arrêté quelques mois plus tard avec deux autres personnes ayant participé à cette action, il est une première fois condamné à 4 mois de prison avec sursis et à dédommager la Région lorraine pour les dommages occasionnés. Dans l’attente de son jugement, le jeune homme avait publié un poème qui avait alors fait le tour du web.

Loïc Schneider avait notamment produit cette vidéo faisant 4 millions de vues sur Facebook :

Depuis, il a connu plusieurs déconvenues judiciaires, notamment pour « Outrage et rébellion » et « Incitation directe à la rébellion » lors de la manifestation du 15 septembre 2016 à Paris contre la loi travail. Des accusions qu’il conteste, vidéos à l’appui. Il est également poursuivi pour avoir fait tomber une clôture de l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) autour de son projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure. Dans cette même affaire, il est accusé de diffamation envers un gendarme.

Sur son blog, il conteste point par point la version retenue « officielle » par les juges. Aujourd’hui enfermé, le jeune Loïc est à deux doigts de se faire extrader vers l’Allemagne sous les yeux impuissants de ses parents. Malgré lui, il semble peu à peu devenir un symbole de l’action directe, c’est à dire, le souhait de ne plus simplement être un spectateur passif d’un monde qui s’effondre devant un écran, mais donner, à travers les actions individuelles et collectives, du concret à ses idées, quitte à être broyé par le système.

« J’aime l’homme, mais je hais l’uniforme, cette légitimation de la domination et de l’impunité. » – Loïc Schneider

InsomniaqueTourmenté dans la nuit, au néant des pensées,J'ai hanté l'insomnie, sentier des évadés.Avançant se…

Publiée par Loïc Citation's sur Jeudi 19 juin 2014


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉☕