« Partout enfants et adolescents se lèvent pour réparer un monde mis en danger »

Comme en écho aux récentes manifestations pour le climat de jeunes et d’étudiants, la réalisatrice Flore Vasseur* est partie à la rencontre des adolescents qui tirent la sonnette d’alarme et s’engagent à travers le monde. Elle nous présente ce film, Bigger than us, qui devrait sortir l’année prochaine. Interview.

Mr Mondialisation : Comment en êtes-vous venue à vous intéresser aux enfants qui s’engagent pour l’environnement ?

Flore Vasseur : C’est la suite logique de mon travail et donc de mon cheminement personnel. Après avoir passé pas mal de temps à essayer de comprendre pourquoi l’intérêt général, la démocratie, les communs en fait, n’étaient plus défendus ou protégés (dans 3 romans différents), je me suis intéressée à celles et ceux qui, comme moi doutaient et essayaient de proposer des alternatives. Et donc j’ai commencé à suivre les activistes, les lanceurs d’alerte, jusqu’à réaliser un film avec Edward Snowden à Moscou ou consacrer un livre qui vient de paraître, « Ce qu’il reste de nos rêves », à Aaron Swartz, figure méconnue, mais chère au cœur de celles et ceux qui luttent. Il y a un point dénominateur commun à toutes ces personnes : elles n’ont pas renoncé à leurs rêves, à leur indignation et au sens des possibles. Soit donc à leur part d’enfant.

Parallèlement, mon propre fils, de 6 ans à l’époque, m’a un jour interpellée en m’expliquant que mon travail ne servait à rien, qu’il en avait assez que je ne fasse rien pour que « la planète ne meurt pas ». Je suis alors tombée sur le travail de deux jeunes-filles à Bali, Melati et Isabel Wijsen, 13 et 15 ans alors, pour faire interdire les sacs plastiques. J’ai réalisé un premier documentaire pour Arte et sur leur initiative, Bye bye Plastic Bags, et me suis rendu compte alors que toutes les idées, la rage, la lucidité des activistes les plus accomplis que j’avais croisés jusqu’alors, s’encapsulaient-là, dans ces toutes jeunes-femmes. Cela m’a bouleversée. J’ai voulu comprendre si cela était un épiphénomène, quelque chose d’isolé. Et j’ai vu le merveilleux : partout enfants et adolescents se lèvent pour réparer un monde mis en danger par les générations précédentes. Pas que sur l’environnement d’ailleurs.

Crédit image : Flore Vasseur

Mr Mondialisation : Pouvez-vous nous raconter plus précisément ce que raconte votre film en cours de production ?

Flore Vasseur : Il est cours de préparation à ce stade. Nous sommes dans la période critique et difficile de recherche de financement. C’est l’histoire d’une quête, celle de Melati auprès de ses pairs, ses semblables : des jeunes, comme elle, qui aident les autres, changent les comportements et parfois sauvent des vies, partout dans le monde. Elle veut comprendre quelque chose qu’on n’a pas résolu : alors que tous les faits, les preuves, les données scientifiques sont là, pourquoi est-ce que nous ne changeons pas ? Quelle est cette loi, plus forte que tout, BIGGER THAN US, qui explique notre indifférence, notre sentiment d’impuissance, notre inaction. Les jeunes activistes qu’elle va rencontrer ont réussi à ouvrir des brèches là où là société a échoué. En changeant des lois, construisant des écoles, créant leur propre outil d’information, empêchant des projets odieux qui allaient contre la Nature. C’est remarquable et pas assez raconté.

Mr Mondialisation : Que nous enseignent ces jeunes selon vous ?

Flore Vasseur : Un tas de choses ! Que si des enfants peuvent le faire, des adultes aussi ! Que nous n’avons pas le choix ! Et surtout, que ces combats, difficiles, sont aussi une très grande source de joie, de fierté. De dignité. C’est merveilleux de s’engager. Difficile aussi. Mais c’est aussi un formidable rapport au monde et à la vie. Oui, ces jeunes sont lucides et vivants, ultra-vivants même, dans un monde qui se meurt d’avoir peur de son ombre et de compter ses dernières économies.

Donation

Mr Mondialisation : Que vous a inspiré le mouvement des lycéens belges qui descendent dans la rue tous les vendredis depuis quelques semaines ?

Flore Vasseur : C’est remarquable et une nouvelle manifestation de cette idée. Les générations qui arrivent comprennent, captent quelque chose dont souvent, nous les adultes ne savons pas quoi faire. Ils n’ont pas peur de perdre leur confort. Ils savent que nous n’avons pas le choix. Et ce monde mécaniquement est le leur. Regardez ce que la société dit de la jeunesse ! Qu’elle est irresponsable, flemmarde, décérébrée. Mais qui au juste a posé ce diagnostic ? Au nom de quoi ? Qui est dans la rue ? Qui sont les grandes personnes dans cette histoire ?

Mr Mondialisation : Les nouvelles générations expriment parfois un ressenti vis-à-vis de leurs parents qui ont pu, en partie, fermer les yeux sur le développement de la catastrophe environnementale planétaire. Comme éviter que ce sentiment ne se transforme en nouveau conflit stérile et uniquement accusatoire ?

Flore Vasseur : Vous avez raison, un énorme conflit de générations se prépare, une sorte de Perfect Storm, tant l’apathie, l’indifférence, l’égoïsme peut-être semblent incompréhensibles à hauteur d’enfant.

Tout dépendra de notre attitude à nous les adultes. Serons-nous capables de reconnaître que nous n’avons pas pu faire autrement ? Serons-nous capables d’accueillir ce qui vient pour ce que cela est : non une rébellion infantile, mais un formidable appel à la vie.

Et puis, être parent, c’est forcément avoir tort (c’est une citation de Winnicott, le père de pédopsychiatrie).

Être responsable, c’est faire de son mieux avec son cœur. Être digne, c’est choisir la vie dans un monde qui par peur, par confort, par automatisme, choisit la mort. Nous y sommes. Combinés ensemble (l’humilité, la responsabilité, la dignité), ces trois éléments peuvent générer un renversement incroyable.

Il nous faut faire le deuil de nos réussites tristes, de nos objets qui n’ont rassuré personne. Nous sommes déjà dans l’effondrement, tétanisés, coupables, malheureux. Un effondrement qui nous dépasse. Qu’y a-t-il de plus perdre ? Qu’avons-nous de mieux à faire que, pour une fois, tout essayer. Je vois dans ce qu’il se passe en ce moment une formidable opportunité de renverser la table, le cours des choses. Une opportunité d’alliance intergénérationnelle, plus grande que tous les partis. Quelque chose qui nous mette tous d’accord. Enfin. Car nous sommes à la corde. C’est ça l’autre grand débat : en tant qu’espèce, voulons-nous survivre ? En tant que civilisation, voulons-nous demeurer ? C’est plus grand, plus fort que nous.

Pour plus d’information sur le film et soutenir l’équipe de réalisation, une campagne de financement participatif est en cours.

* Auteur, réalisatrice, co-productrice, Flore Vasseur s’est notamment distinguée avec le film Meeting Snowden et vient de faire paraître le livre Ce qu’il reste de nos rêves (Des équateurs) consacré à Aaron Swartz.

F70A4183


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉

Donation