3 gros producteurs de viande polluent autant que la France entière

Les chiffres laissent sans voix. Une étude publiée en novembre dernier par l’organisation internationale GRAIN et la Fondation Heinrich Böll dénonce « l’empreinte climatique démesurée des grandes entreprises du secteur de la viande et des produits laitiers ». Ainsi, les trois plus gros producteurs de viande dans le monde émettent autant de pollution que la France entière. Pour espérer pouvoir atteindre les objectifs climatiques fixés par l’accord de Paris, des efforts importants sont à réaliser dans le secteur sous l’impulsion des États, seuls à pouvoir soutenir les modèles agricoles alternatifs qui peinent à se développer sans une intervention politique.

Chacun le sait aujourd’hui, l’élevage industriel est l’un des secteur les plus polluants parmi les activités industrielles humaines. Selon l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture, toutes filières de production animale confondues, le secteur de l’élevage serait à l’origine de 14,5 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre de source anthropique. Pour que la lutte contre le changement climatique soit efficace, il s’agit donc de l’un des secteurs, au même titre que celui des énergies fossiles ou des transports, dans lequel les efforts à réaliser sont les plus importants. La critique est d’autant plus cruciale qu’il existe d’importants leviers pour faire évoluer la situation de manière positive, non seulement en se détournant de l’élevage intensif, mais également en réduisant la part de viande dans notre alimentation. Pour l’organisation Grain et la Fondation Heinrich Böll, l’engagement politique doit être le moteur de ce changement.

Selon les résultats de leur étude, « la croissance exponentielle de la production de viande et de produits laitiers rend l’accord de Paris impossible et la catastrophe climatique inévitable ». Pour étayer le propos, le document apporte un nouvel éclairage sur un secteur qui n’en fini pas d’être montré du doigt, au même titre que l’industrie fossile.


Les trois plus gros producteurs de viande polluent autant que la France

Pour cause, les chiffres ont de quoi faire sursauter : « trois producteurs de viande, JBS, Cargill et Tyson, ont émis, l’an dernier [2016. nddl], davantage de gaz de serre que la France toute entière et presque autant que les plus grandes compagnies pétrolières comme Exxon, BP et Shell » apprend-t-on notamment. Le document relève également que « les 20 plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers ont émis en 2016 plus de gaz à effet de serre que toute l’Allemagne, pourtant de loin le plus gros pollueur d’Europe. » 

Ces chiffres qui ne laissent pas de doute quant à la catastrophe environnementale, et pas juste climatique, de la production industrielle de viande. Ils n’épargnent pas d’autres effets induits par l’élevage, notamment via la déforestation, comme la désertification des sols ou la perte de biodiversité. Une alimentation comprenant une plus grand part végétale dans l’ensemble de nos assiettes permettrait de réduire cette pression sur l’environnement. En effet, selon le type de viande produit, il faut entre 2,5 et 10 kg de protéines végétales pour produire 1 kg de protéine animale seul. Par corrélation, plus l’alimentation de la population mondiale est composée de viande, plus le besoin en espace agricole est important.

Crédit image : GRAIN / Heinrich Böll Stiftung

Les États appelés à ne plus éviter la question alimentaire

Les chiffres sont effrayants : non seulement l’industrie de l’élevage doit se transformer profondément, afin de retrouver une dimension humaine, mais en plus nous devons réduire notre consommation de viande de manière générale. Dans les deux cas, nous avons tendance à faire totalement l’inverse, avec une généralisation des logiques agro-industrielles dans le secteur alimentaire européen et une augmentation de la demande en viande à l’échelle mondiale. Les solutions ne manquent pourtant pas.

Selon GRAIN, « les solutions existent. Elles demandent juste à être mises en place de toute urgence ». Ainsi, il faudrait notamment « rediriger l’argent public » de manière raisonnable, afin de soutenir un modèle agricole plus respectueux de l’environnement et « soutenir les petits producteurs ». Dans le même temps, diverses mesures pourraient être mises en place afin « d’empêcher les géants de la viande et des produits laitiers de détruire le climat et de réorienter nos mesures de soutien pour renforcer la résilience des petits paysans et des éleveurs. » Globalement, c’est donc un changement structurel que réclament les auteurs de l’étude, afin de mettre fin aux soutiens économiques des activités les plus polluantes, au profit de solutions alternatives comme l’agroécologie.

Faisant le même constat, l’ONG Greenpeace a lancé il y a quelques jours une campagne médiatique remarquée avec des propositions allant dans le même sens, demandant notamment au gouvernement français de mettre en place au moins deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires. D’ailleurs, certains éléments laissent à penser qu’une partie de la population serait désormais en train de changer sa relation à la viande, et ce malgré le fait que ce type de nourriture représente un élément culturel fortement ancré dans les esprits.

Ainsi, selon un sondage de 2017 IFOP/Lesieurn, près de 30% des Français se décrivent comme flexitariens et 50% déclarent vouloir augmenter leur consommation de produits végétaux. Ces chiffres montrent que les Français sont de plus en plus conscients de la nécessité de réguler leur consommation de viande, en accord avec les études scientifiques les plus récentes. Et vous ?

Crédit image : GRAIN / Heinrich Böll Stiftung

Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un café. Source : grain.org