Avoir accès au monde de l’informatique grâce à un petit ordinateur produit en Europe à un prix démocratique, le tout « sponsorisé » par le libre et l’open source, c’est désormais possible et ce n’est plus réservé qu’aux bidouilleurs.

L’ordinateur est au cœur d’une civilisation en plein changement. Pour le meilleur ou pour le pire, il est devenu l’outil essentiel de l’éducation, des relations sociales, des activités ou des loisirs. Sans ordinateur de bureau, 70% de nos lecteurs n’auraient pas accès à cette information. Seulement, l’accès à l’informatique reste très inégal, principalement en raison de son coût. Si en Occident ces inégalités sont moins palpables, cette fracture numérique sévit lourdement dans les pays en voie de développement. Autre problème : le monde du hardware n’est pas des plus écologiques. La puissance des équipements, la consommation énergétique, les matériaux utilisés pour la production ainsi que les transports (car il ne faut pas oublier que la majorité des équipements viennent d’Asie), représentent une menace démontrée pour l’environnement.

« Monsieur tout le monde » a-t-il vraiment besoin d’un ordinateur dernier cri dont il n’exploitera jamais le quart de la puissance (à l’exception des gamers) ? Il existe depuis quelques années des projets qui tentent de proposer des solutions peu onéreuses mais suffisantes pour entrer dans l’univers de l’informatique « libre » lorsque vous ne voulez pas nécessairement jouer aux derniers jeux HD…

Raspberry PI 2

Citons d’abord le Raspberry PI (Framboise en français) dont la vente a débuté en 2012. Il s’agit d’un nano-ordinateur produit au Royaume-Uni dont le prix varie entre 30 et 45€ selon la version et la marge du revendeur. Avec son processeur de 4 coeurs cadencé à 900MHz et son Go de RAM, il offre assez de puissance pour faire tourner une foule d’applications.

Donation

Mais la « Framboise » n’est pas le seul nano-ordinateur sur le marché. Il existe par exemple le « Banana PI made in Germany ». Ces nano-ordinateurs sont fournis « nus » : une carte de la taille d’une carte de crédit munie de la connectique nécessaire : 4 USB, HDMI, slot micro SD, audio. On peut trouver des « kits » ou choisir soi-même les composants : boîtier, alimentation, clavier, souris, écran.

Kit Raspberry PI

Ces nano-ordinateurs apparaissent comme autant de solutions abordables produites en Europe qui relocalisent à leur niveau la fabrication de certaines technologies. Dans une logique d’auto-production et d’écologie, certains vont jusqu’à façonner leur propre boitier d’ordinateur (qui protège les éléments internes) à l’aide de l’impression 3D ou d’une coque en bois.

Pour un budget restreint, vous pouvez acquérir un mini ordinateur qui tient dans la poche et qui consomme aussi peu qu’un smartphone. Voici quelques exemples d’applications :

✓  pour les applications de bureau, la navigation internet, blogging, mail, etc. Un ordinateur, en bref !
✓  pour en faire un serveur privé (cloud, vpn, mail) bien pratique en ces temps de violation de vie privée…
✓  pour transformer un téléviseur ordinaire en « smartTV » et centre multimédia HD discret et compétent
✓  pour la découverte et l’apprentissage de l’informatique, programmation et électronique par les petits et les grands
✓  pour toutes les applications domotiques, automatisation, drônes, etc. (si vous savez bricoler un minimum)

Raspberry PI et apprentissage de la robotique

Ces ordinateurs d’un nouveau genre offrent une foule de possibilités. Les possibilités sont sans limites pour des petites ou grandes applications, comme, par exemple, créer votre propre borne d’arcade en émulant vos consoles vintages préférées.

En cas de manque de puissance, il est possible d’assembler plusieurs de ces nano-ordinateurs. Des « super-ordinateurs » ont déjà été assemblés à partir de plusieurs Raspberry PI inter-connectés (« clusters »). En pratique, ces machines peuvent réaliser de gros calculs utiles dans les domaines de la recherche universitaire, par exemple.

Cluster de Raspberry PI

Microsoft s’intéresse déjà à ce marché naissant en préparant une version de Windows 10 capable de tourner sur un Raspberry PI, mais quitte à acquérir un ordinateur, autant y installer un système d’exploitation libre : une distribution de GNU/Linux vous donnera plein accès aux ressources de votre nano-ordinateur.

Sachez toutefois que si vous n’êtes pas un bricoleur, il reste l’alternative du nano-ordinateur déjà monté, prêt à être utilisé. C’est ce que prévoit d’offrir d’ici peu une société française avec son « PIQO » disponible à moins de 100 euros.

Pour résumer, les nano-ordinateurs peuvent être produits plus localement que nos matériels électroniques conventionnels. Ils consomment 8 fois moins qu’un ordinateur portable et jusqu’à 40 fois moins qu’un ordinateur de bureau d’ancienne génération. Ils sont ouverts afin d’élargir leur utilisabilité à tous les domaines. Ils sont très petits, donc, prennent peu d’espace mais surtout, produisent peu de « déchets électroniques ». Du fait de leur prix très abordable, ils peuvent équiper écoles, services publiques ou vous-même…


Source : framboise314.fr / framablog.org

Donation