Situées entre le fantasme d’une croissance verte et la vision d’un véritable futur durable, les « œuvres » architecturale de Vincent Callebaut ne cessent de fasciner, aussi bien chez les écologistes progressistes que chez les simples adeptes de la modernité. Son mot d’ordre : concevoir en symbiose avec l’environnement.

Trentenaire d’origine belge, Vincent Callebaut a su attirer l’attention sur son travail grâce à des infographies 3D qui font clairement rêver. On y trouve, entre autres, des habitations coniques, des systèmes de filtration d’eau, des matériaux durables, des espaces verts omniprésents, des systèmes de production d’énergie et des potagers communs, le tout assemblé dans un design post-moderne que certains jugeront de luxueux. Un résultat inspiré du biomimétisme qui a tout pour surprendre.

0019b91ed6e0147fd14b01

Si certaines réalisations semblent plus de l’ordre du fantasme à ce jour (faute de moyens et/ou de vision politique ?) d’autres en revanche pourraient donner jour à des projets réels. L’architecte fut notamment chargé de réaliser les plans d’une ville entièrement écologique pour Kunming, ville chinoise située dans la province du Yunnan. Il estime qu’en France, il n’est pas assez pris au sérieux avec ses projets au look de films de science-fiction. Mais à l’étranger où les finances le permettent, surtout en Asie, les décideurs n’ont pas peur d’investir dans des projets durables futuristes. Ce visionnaire intervient également lors de conférence TEDx, section polytechnique, où il milite pour une évolution des mentalités en matière de projets architecturaux.

Depuis ses bureaux à Paris, l’architecte eco-responsable fut notamment chargé par la Ville de Paris d’étudier l’intégration d’immeubles à énergie positive dans huit quartiers de la capitale (Paris Smart City 2050). De ses différentes visions va naître un ouvrage, recueil de ses travaux, publié chez Michel Lafon : PARIS 2050, les Cités Fertiles face aux Enjeux du XXIe Siècle. « Les projets présentés dans cet ouvrage sont de véritables manifestes qui militent pour rapatrier la nature et la campagne dans la ville. Pas une nature cosmétique qui maquille les bâtiments pour la seule beauté, mais une nature proactive, qui transforme nos cités énergivores en biotopes nourriciers, et les citoyens en jardiniers. » précise l’éditeur. En voici quelques extraits à la discrétion de l’auteur.

V:VCAGREEN CAIRNCADESQUISSE FIN Model (1)

jardins-a-la-verticale

dragonfly-ferme-verticale-new-york-callebaut

Model

Model

vincent-callebaut-architectures-paris-smart-city-2050-green-towers-designboom-03

vincent-callebaut-architectures-paris-smart-city-2050-green-towers-designboom-09

« Le monde occidental importe de la matière première et exporte de la pollution et des déchets. Il faut casser ce cycle pour permettre à l’homme de retrouver l’harmonie avec la nature. » – Vincent Callebaut

vincent-callebaut-architectures-paris-smart-city-2050-green-towers-designboom-08

V:VCAGREEN CAIRNCADESQUISSE FIN Model (1)

Screen-Shot-2015-01-17-at-11.35.30

vincent-callebaut-architectures-paris-smart-city-2050-green-towers-designboom-02

Comme l’affirme Vincent Callebaut, ses villes écologiques (dont certaines sont flottantes) serraient à bilan carbone neutre, auto-suffisantes et indépendantes en énergie. C’est notamment le cas de son projet Lilypad (voir vidéo ci-dessus). Ces projets de villes flottantes répondent notamment à un besoin d’infrastructure face à l’explosion des réfugiés climatiques qui devrait être observée dans les décennies à venir.

g11

vincent-callebaut-paris-2050-5

vincent-callebaut-paris-2050-4

0019b91ed6e0147fd16303

« Critiquer la société. C’est ça qui me stimule, pas simplement bâtir des immeubles. » – Vincent Callebaut


Source : parismatch / artnouveau