France : ce luthier construit des guitares à partir de palettes en bois recyclées

Depuis quelques mois, le luthier Jérôme Isaac a décidé de construire des guitares électriques à partir de bois de palettes. Les modèles « Skelter » se distinguent à la fois par la volonté du luthier d’utiliser un matériau de récupération et par leur esthétique épurée. Découverte des créations à mi-chemin entre l’art et la musique de cet artisan engagé.

« J’ai toujours été musicien, j’aimais le travail du bois, la combinaison des deux m’a semblé logique » se souvient Jérôme Isaac, qui a ouvert son premier atelier de lutherie en 1993, alors qu’il n’avait même pas 20 ans. Au collège, en troisième, il arrête l’école pour intégrer une formation en ébénisterie. Ne se sentant pas à l’aise dans le cadre scolaire qui lui était proposé, il met fin à son parcours pour se mettre à son propre compte en tant que luthier fabricant de guitares. Il a également un temps travaillé dans la photographie, la vidéo ainsi que comme graphiste avant de retrouver son premier métier il y a quelques années. Amoureux de musique, il continue de jouer dans un groupe punk-rock.

Les guitares en palettes ? « C’est d’abord un accident ! » 

Pourquoi s’être lancé dans la construction de guitares à partir de bois de palette ? « La palette, c’est un accident ! » nous répond Jérôme Isaac. Son amie, chaudronnière de profession, venait de construire une table basse dont le plateau était conçu à partir de cette matière. « Une fois la table terminée, il restait des morceaux », raconte le luthier. « Par délire, je me suis fait une gratte et j’ai été étonné de constater que ça sonnait super bien« , poursuit-il.

« Le look me plaisait et j’ai été encouragé par des amis », dont certains lui ont même commandé un modèle. Par ailleurs, le musicien nous confie avoir été séduit par l’idée que « ce bois a traversé le monde, qu’il en a vu des vertes et des pas mûres à droite et à gauche, qu’il a servi à transporter des caisses de tout et n’importe quoi ». Enfin, il estime que « le côté récup » a également « son charme », notamment parce que cela permet d’utiliser des matières destinées à être jetées, ce qui lui permet de s’engager à sa manière dans son métier (d’autant que la déforestation est aujourd’hui un problème environnemental majeur). « Maintenant, quand je vois une palette dans la rue, je suis obligé de m’arrêter » plaisante le quadragénaire, précisant toutefois « qu’on ne peut pas choisir n’importe quel morceau, il faut que le bois soit sec, sans moisissure ». Si certaines des palettes qu’il utilise sont également récupérées chez des amis, il se fournit par ailleurs auprès de magasins qui se trouvent à proximité de chez lui.

Un choix osé

Utiliser des matériaux de récupération en tant que fabricant d’instruments de musique, le pari est particulièrement osé. En effet, dans le milieu, certains défendent que le choix de l’essence doit se faire avec la plus grande des précautions. Si pour certains instruments, notamment ceux où la caisse de résonance joue un rôle primordial, le choix du bois est en effet essentiel, Jérôme Isaac estime qu’en ce qui concerne les guitares électriques, « les micros font 90 % du boulot ». Par ailleurs, les palettes sont en pin, une essence très utilisée pour ce type d’instrument. Il est donc convaincu que la technique qu’il développe permet de créer malgré tout des objets de qualité, non seulement du point de vue de l’esthétique mais également en ce qui concerne l’acoustique.

Aujourd’hui, Jérôme espère pouvoir poursuivre son activité en se consacrant essentiellement à ce type de guitares : « il y a une demande, mais je n’en vis pas encore ». Il faut dire que de construire une guitare de A à Z prend beaucoup de temps pour un marché déjà saturé de produits de série. L’artisan construit donc ses modèles sur commande et produit également ses propres idées, en fonction du temps qu’il a à sa disposition. Ses créations uniques peuvent être consultées sur son site internet, skelter-guitars.com ainsi que sur sa page Facebook.

Crédit image : Skelter Guitars


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à toi, lecteur. Soutiens-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕