Rebecca Francis est une américaine qui a pour passion de chasser les animaux sauvages. Elle se pavane régulièrement aux cotés des cadavres d’animaux fraichement tués et poste les clichés sur les réseaux sociaux. Ricky Gervais, un acteur et humoriste britannique, va se payer la tête de la chasseuse, soutenu par des millions d’internautes.

S’il fallait encore le démontrer, les réseaux sociaux sont devenus les nouveaux espaces du débat public. Plus que jamais, la question de la chasse divise et exacerbe les tensions entre ceux qui partagent une vision écolo-progressiste du monde face à un tendance résolument conservatrice.

Ricky Gervais est un acteur que vous avez peut-être déjà vu dans The Office (UK), L’invention du mensonge ou encore La nuit au musée. C’est aussi et surtout un grand humaniste et écologiste impliqué dans de nombreuses causes comme l’égalité des droits pour les homosexuels, la recherche sur le cancer ou contre la cruauté animale.

À la vue de ses « trophées » morbides, Ricky Gervais va se payer la tête de Rebecca Francis sur ses pages Twitter et Facebook. Ses réactions, non sans humour, sont devenues virales.

« Qu’est-ce qui a bien pu arriver dans ta vie pour te donner envie de tuer un si bel animal et de te coucher à coté en souriant ? »

En réponse, la jeune femme a expliqué qu’elle ne regrettait « pas une seule seconde » son geste en prétextant que l’animal était vieillissant et qu’il fallait bien nourrir les autochtones. De la chasse humanitaire ? Pas vraiment au gout de Ricky qui ressort d’autres clichés…

ricky_chasse

« Après avoir tué cette girafe par bonté du cœur pour nourrir les pauvres habitants, elle a pris ceux-là pour le dessert« 

En effet, qui pourrait croire une seconde qu’un safari sauvage aurait une quelconque utilité alimentaire ? Il apparait clair que les adeptes de ce type d’aventures morbides, dont le prix atteint parfois plus de 350.000 dollars, trouvent toutes les excuses du monde pour faire avaler la pilule, jusqu’à créer la confusion avec le chasseur local qui cherche à se nourrir.

« Ce bol de tofu et de riz était vieux et triste et voulait que je le tue. Maintenant je vais le manger. »

hunter-rebecca-francis-receives-death-threats-over-photos-posted-to-social-media_1

Suite au buzz, la chasseuse va recevoir énormément de messages d’indignation dont certains sont véritablement violents. Elle se questionne alors sur la raison de cette haine et pointe du doigt… le sexisme. Face à cette incapacité à se remettre en question, Ricky répond avec humour :

« Je tue des lions, des girafes, des ours avec des flingues, des arcs et des flèches pour poser tout sourire. Pourquoi les gens m’aiment pas ? Sans doute car ils sont sexistes ! »

gerais_sexist

Mais Ricky Gervais ne se limite pas au cas de Rebecca Francis. Quelques semaines avant, il avait déjà taclé une autre chasseuse qui posait tout sourire à côté d’un cadavres encore chaud de girafe.

« Félicitations ! Vous avez réussi à tirer sur une créature pacifique de 14 pieds, en position stationnaire, avec un fusil à grande vitesse. Très sportif. »

Cette réaction à chaud sur Twitter va être vue par 27 millions d’utilisateurs en seulement 24H, explique Ricky sur sa page.

 « Voici comment les vrais Hommes tirent sur les animaux.. »

 « Prenez une photo, pas un trophée ! »

Ricky Gervais se moque des « safaristes » dès qu’il en a l’occasion. Ainsi, il a transformé le mot hunting (chasser) en cunting, cunt signifiant un con.

cunting

« Nouveau mot.. Cunting; verbe. Acte lâche de chasser, c’est à dire de se cacher derrière un buisson avec un fusil lorsque l’animal n’a pas de pistolet et ne peut pas s’approcher de vous. »

Ce que Ricky Gervais souhaite aujourd’hui, c’est que la colère provoquée par ces images devienne un engagement citoyen en faveur de la cause animale. Il rappelle que beaucoup d’espèces sont menacées d’extinction et que ces pratiques moyenâgeuses doivent cesser pour faire place à un monde de raison. C’est en ce sens que ce type de « buzz » humoristique et engagé aura un jour le pouvoir de créer des vagues capables d’alerter le monde des décideurs.


Sources : huffingtonpost.co.uk / distractify.com