Corruption en Roumanie : de l’exode citoyenne. En 10 ans, la Roumanie a perdu 17% de sa population, classant le pays à la deuxième place de ceux qui connaissent le plus fort taux d’émigration au monde. Si 3,4 millions de Roumains sont allés voir ailleurs, c’est qu’ils ne peuvent plus s’imaginer vivre aujourd’hui dans un pays corrompu. Analyse de la situation.

Cinq ans, c’est le temps qu’aura passé Laura Codruta Kövesi à la tête de la Direction nationale anti-corruption (DNA). Nommée en 2013, la procureure roumaine a été remerciée le 9 juillet dernier par un décret présidentiel. Elle avait pourtant joué un rôle central dans la lutte contre la corruption, véritable fléau en Roumanie.

_MG_1266ed« Corruption endémique »

Onze ans après avoir rejoint l’Union européenne, le pays est toujours l’un des plus pauvres d’Europe, avec des infrastructures peu développées, un système de santé en déclin et un modèle d’enseignement dépassé. « L’indice de corruption est de 56 selon Transparency International (sur une échelle de 0 à 100, 100 correspondant à un pays sans corruption, ndlr) mais en Roumanie, on parle de « corruption endémique ». Cela ne touche pas seulement des politiciens de haut niveau, c’est partout dans les institutions, jusqu’au plus petit employé de la fonction publique », détaille Diana Voicu, membre de l’association Inițiativa România, engagée notamment pour la transparence des décisions publiques et contre la corruption.

Quelques années auparavant, le pays avait pourtant multiplié les efforts pour endiguer la corruption de son système, avec à la clé une adhésion à l’espace Schengen. En 2014, une vaste opération « mains propres » avait même été lancée pour lutter contre la pratique ordinaire des pots-de-vin. D’après Diana, « la DNA a poursuivi et inculpé un ancien premier ministre, 14 ministres et 53 parlementaires, pendant les 5 ans où Kövesi était à sa tête. 27 hauts fonctionnaires ont été condamnés et près de 2,3 milliards de dollars ont été saisis dans le cadre de ces affaires de corruption ». Mais rien ne semble y venir à bout.

Le 21 juin dernier, c’est le président du Parti social démocrate (PSD), Liviu Dragnea, qui a été condamné à 3 ans et de demi de prison ferme pour abus de pouvoir. Pourtant, l’élu échappe toujours à la réclusion, grâce à la modification du code pénal par les parlementaires. L’homme politique dirige le parti victorieux des élections législatives de 2016 et bénéficie d’un soutien sans faille des pouvoirs exécutif et législatif. « Les procureurs, Laura Kövesi en tête, sont devenus la cible privilégiée de la coalition au pouvoir, les sociaux-démocrates et les libéraux-démocrates. Depuis janvier 2017, ils mènent une politique dans le but d’étouffer la lutte anti-corruption et contrôler la justice », explique Diana. Le perdant dans l’histoire ? Le président Klaus Iohannis, du parti d’opposition de centre-droit, qui ne semble n’avoir plus aucun contrôle sur le gouvernement.

Résultat, face au climat délétère et aux impasses sociétales qu’il provoque, les Roumains vont voir ailleurs. Le pays a déjà perdu 3,4 millions de ses habitants entre 2007 et 2017. « La vague migratoire s’est intensifiée au cours des trois dernières années, avec une moyenne de 300 Roumains qui partent chaque jour », précise Diana. Ils sont près de 200 000, chaque année. Daniel, Gabriela et Razvan font partie de ceux qui sont partis. Originaire de Buzau à l’Est du pays, la famille s’est installée à Rennes il y a 3 ans. Daniel raconte avoir fait le choix du départ en 2014 : « À 45 ans, j’étais déjà censé prendre ma retraite. Je voulais continuer mon activité de médecin ailleurs et des amis m’ont parlé du système français. En plus ici, je travaille bien plus qu’en Roumanie. »

20180120_0028289
La résilience de la société civile

La Roumanie fait l’objet d’une véritable fuite des cerveaux, avec de plus en plus de jeunes diplômés et d’intellectuels qui prennent le large. Et cet exode « a un impact considérable sur l’avenir du pays, touché par une crise du travail et un déficit des fonds de pension, explique Diana. Le sentiment général chez ces gens est qu’ils ont perdu l’espoir de voir un jour leur pays prospère et bien gouverné ».

Daniel et Gabriela, eux, n’ont pas abdiqué. Leur pays sera un modèle d’exemplarité… un jour : « Il ne faut pas oublier que la Roumanie a un système capitaliste depuis seulement 1989. Il faudra du temps, 300 ans minimum, pour stabiliser les choses » estiment-ils. Mais cette vague migratoire ne touche pas seulement les plus jeunes et les plus qualifiés. Elle concerne aussi « une grande catégorie de Roumains, pour la plupart appauvris, qui ont travaillé à l’étranger au cours des dix dernières années et qui ont généralement pris en charge les emplois les plus difficiles en Europe : gardiens, travailleurs du bâtiment, agriculteurs… », selon Diana.

Malgré tout, la société civile n’entend pas se laisser faire. Après la récente modification du code pénal, ce sont des milliers de Roumains qui sont descendus dans les rues de Bucarest, Sibiu, Timisoara ou Brasov afin de dénoncer les manœuvres du gouvernement social-démocrate. « Des protestations, il y en a régulièrement depuis la chute du communisme, mais sincèrement, je pense que les gens se font manipuler », confie Gabriela, un peu amère. Diana, elle, ne s’avoue pas encore vaincue : « Nous avons une chance de construire une alternative politique forte aux partis traditionnels corrompus. C’est la détermination que nous voyons dans la société civile qui nous donne de l’énergie. »

Article publié en partenariat avec Cafebabel.com

Palatul Parlamentului, București


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation