Stig : la première application de démocratie universelle en mode 3.0

Imaginez une démocratie participative où chacun pourrait avoir son mot à dire concernant les grandes décisions collectives autant locales que régionales ou nationales. Ce rêve pourrait être à portée de main si on en croit les jeunes inventeurs français de « Stig » : une application qui souhaite réinventer la démocratie. Découverte.

Les pouvoirs ont pu s’en rendre compte ces dernières années, internet est un outil puissant de débat et d’organisation citoyenne. Scandales dévoilés, grandes pétitions, changements des modes de vie, le petit monde du web entraine des conséquences multiples dans le monde bien réel. Mais pourquoi rester au stade de l’échange d’opinions et d’informations quand on pourrait envisager d’y organiser collectivement la société ? C’est un peu ce que proposent les concepteurs de Stig, Jérémie Paret et Germain Lecourtois, deux jeunes français qui nous présentent leur application de démocratie citoyenne.

L’aventure Stig débute aux alentours d’avril 2014. L’idée de départ vient d’un sentiment : celui que les citoyens, qui sont souverains dans leur démocratie, n’ont pourtant aucun pouvoir si ce n’est celui du vote, et d’une manière très ponctuelle. Dès lors, quelles actions peuvent-ils entreprendre pour se faire entendre et surtout écouter entre chaque élection ? Pratiquement aucune. C’est pour répondre à ces questions que Jérémie Paret, co-fondateur de Stig, a imaginé cet outil au grand potentiel, de quoi « redonner du pouvoir aux citoyens, et du même coup, aider les élus dans leurs actions ». Quelques mois plus tard, Germain Lecourtois, binôme de longue date de Jérémie dans l’agence de formation où ils travaillent, rejoint l’aventure et devient CTO (responsable du développement) de Stig et co-fondateur.

Stig, l’appli qui réinvente la démocratie citoyenne

Le nom Stig vient du mot stigmergie, qui désigne une forme d’intelligence collective auto-organisée où les projets sont conduits par les idées plutôt que par une personnalité ou un groupe. « Proposer des idées, améliorer celles des autres citoyens et enfin voter, voilà les trois actions principales que vous pourrez effectuer en vous inscrivant sur Stig » expliquent-ils. Objectif : pouvoir visionner collectivement et en temps réel la volonté générale autant à l’échelle nationale que localement. Pour valider leur idée, Jérémie et Germain mettent en avant le fait, sur base d’un sondage réalisé par 20 Minutes, que 74% des Français souhaiteraient que les idées politiques viennent directement des citoyens. Et, en effet, l’envie d’une démocratie plus directe et participative peut se faire ressentir partout en société, dans un contexte où la population ne se sent plus toujours représentée par des élus dont les décisions déçoivent parfois, certains diront : trop souvent. Mais voilà, il n’est pas évident de déplacer des foules entières pour donner une opinion qui ne sera pas forcément entendue. La plateforme Stig règle le problème.

pva-1024x440

Bref, l’expression de la volonté générale version 2.0 !

« Mais comment exprimer la volonté générale si chacun donne son avis individuellement ? » se questionne Jérémie Paret. C’est là qu’il imagine cette fonction primordiale de leur application : le classement rationnel des propositions des citoyens dont découlerait cette volonté générale. Ainsi, les concepteurs proposent un cas concret où la population réclamerait, par exemple, que le vote blanc soit considéré lors d’une élection comme c’est le cas dans certains pays. L’idée se voit alors proposée, débattue, argumentée, votée… En fonction des réactions et votes des personnes, un « StigScore » est attribué sur base d’un algorithme conçu spécialement pour Stig.

Ce score permet de comparer facilement les idées entre elles et de les classer : des plus populaires, à celles qui divisent jusqu’aux plus sujettes à débat. Il est possible de changer à tout moment l’échelle de fonctionnement de Stig afin de consulter les idées qui concernent la France entière ou simplement votre localité. Évidemment gratuite, l’application ambitionne ainsi de « révolutionner la démocratie participative et le rapport des Français avec la politique » mentionne leur communiqué de presse. Début 2016, Stig était enfin disponible en version beta afin de tester concrètement ses capacités, détecter ses failles et s’améliorer au contact de la population.

echarpe

Un système perfectible ?

À ce jour, Stig n’a rien d’officiel. Mais qu’en sera-t-il demain si des millions d’utilisateurs embrassent l’outil ou si les institutions démocratiques décident de l’appliquer à large échelle ? Comment est gérée la modération des sujets refusés ? Que se passerait-il si les choix des individus étaient soudainement orientés par un fait-divers médiatisé entrainant des volées de clics, par exemple, en faveur d’une peine de mort ? Les entreprises pourraient-elles orienter des résultats en leur faveur ? Faut-il au contraire relativiser ces craintes liées aux effets de groupes ? Ainsi, il apparaît important que ce type d’application puisse être encadré par des conventions collectives fondamentales comme les Droits de l’Homme et plus généralement le respect des lois collectives. Une autre limite d’un tel système, c’est qu’il ne s’adresse forcément qu’à la population connectée possédant un smartphone, ce qui ne peut donc pas refléter avec exactitude la volonté de tous.

L’application n’a pas, à ce jour, pour ambition de remplacer le mode institutionnel de la démocratie représentative. Elle apparait plus comme une plateforme expérimentale permettant aux élus de connaître la volonté générale pour légiférer plus efficacement et en faveur de leurs votants. « Stig est un outil qui utilise la puissance d’Internet et du big data pour la mettre au service des citoyens et des élus afin de co-construire l’avenir. Les bonnes idées peuvent émerger de n’importe qui, n’importe quand. Stig est là pour les rassembler et mettre en lumière les plus plébiscitées par les citoyens, notamment auprès des élus ». expliquent-t-ils. Cependant, son potentiel est important et son développement sera observé de près. Vous pouvez rejoindre la béta-test de Stig dès maintenant pour vous faire votre propre jugement.

holding_base_11


Source : Interview de Stig recueillie par www.mrmondialisation.org / getstig.org