Si nous nous mettions tous à composter, 10 millions de tonnes de déchets ne seraient pas transformées en méthane ou en CO2, et 1 camion-poubelle sur 3 pourrait rester au garage. C’est de ce constat qu’est né le projet Activaterre, un lombricomposteur d’intérieur innovant. L’objectif ? Réduire les impacts environnementaux et économiques liés à la collecte et au traitement des déchets. Découverte.

La production de déchets par habitant en France ne cesse d’augmenter : en moyenne, un Français produit 374 kilos d’ordures ménagères et assimilées par an. Soit deux fois plus de déchets qu’il y a 40 ans. Bien qu’une légère diminution ait été constatée ces dernières années, il est nécessaire d’aller plus loin. On ne peut réduire sa production de déchets sans repenser le traitement et la collecte de ces derniers, tant leurs impacts environnementaux et économiques sont conséquents. En effet, qu’ils finissent enterrés, incinérés ou recyclés, la collecte et le traitement de tous ces déchets ont un prix financier et énergétique. La moyenne nationale du coût de gestion des déchets ménagers et assimilés s’élève à 95€ par habitant.

Et ce montant ne cesse de grandir, à mesure que les normes environnementales se renforcent pour inciter à réduire la production de déchets. L’ensemble de la chaîne du traitement de ceux-ci a également d’importantes conséquences sur l’environnement : la collecte, le stockage, la mise en décharge, l’incinération … autant d’étapes qui émettent des gaz à effet de serre (GES). En 2017, le traitement des déchets par stockage ou incinération, ainsi que le traitement des eaux usées, représentaient 3 % du total des émissions de GES de la France !

C’est pour répondre à ces défis, à la fois environnementaux et économiques, qu’Activaterre a été créé par un Français. Par la pratique du compostage en intérieur, le lombricomposteur souhaite répondre à la problématique de gestion des bio-déchets en ville. Fabriqué en France par des artisans qualifiés et uniquement à partir de matériaux naturels, son principe de fonctionnement a été pensé pour que la récolte du compost se fasse de manière intuitive, pratique et écologique. Explications.

De la nécessité de repenser le traitement et la collecte de déchets …

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) doivent être divisées par trois d’ici 2100 pour limiter à + 2°C l’augmentation de la température moyenne. Selon le rapport Carbone 4, l’empreinte carbone moyenne des Français, qui s’élevait à 10,8 tonnes de CO2 en 2017, doit diminuer d’environ 80% d’ici 2050 pour parvenir aux 2 tonnes de CO2 par an compatibles avec l’Accord de Paris. Or pour parvenir à cet objectif, il faut conscientiser toutes les actions du quotidien qui sont émettrices de GES. À commencer par la production des déchets.

Crédits photo : Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid), 2010

En effet, produire des déchets n’est pas anodin. Les émissions de gaz à effet de serre tout au long du processus de traitement des déchets font tâche dans le contexte climatique actuel. De la collecte des déchets à leur stockage, en passant par leur incinération … la chaîne de traitement des déchets a de lourdes conséquences environnementales. Chaque année, le transport des déchets représente 30 % des émissions de (GES) générées dans le domaine de la gestion des déchets (2,4 millions de tonnes équivalents CO2). Ces émissions sont produites majoritairement pendant la collecte des déchets. Ces déchets, pour la majorité, continuent ensuite leur chemin dans des centres de stockage ou décharges.

Le tassement des déchets provoque la fermentation des biodéchets dans un milieu sans oxygène, créant ainsi des conditions favorables à l’émission de méthane dans l’atmosphère. Or ce gaz a un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2 ! Ces émissions représentent 16% de nos émissions globales de méthane. Quant à l’incinération, qui constitue la plupart du temps la dernière étape de la chaîne, elle est loin d’être plus écologique. Les 130 usines d’incinération françaises (le plus grand parc européen) rejettent annuellement environ 5 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 2,3 millions de voitures.

Cet impact écologique s’accompagne de conséquences économiques importantes. Le budget des collectivités est fortement mis à mal par le poste de dépense que représente le traitement des déchets. Et le contribuable, par l’intermédiaire du prélèvement de l’impôt et de la Taxe ou Redevance d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM ou REOM), n’est pas épargné : la moyenne nationale du coût de gestion des déchets ménagers et assimilés s’élève à 95€ par habitant !

… Aux origines du projet Activaterre

Un tiers du contenu d’une poubelle d’ordures ménagères est constitué de déchets organiques. Si nous nous mettions tous à composter, 10 millions de tonnes de déchets ne seraient pas transformées en méthane ou en CO2 et 1 camion-poubelle sur 3 pourrait rester au garage. En proposant des solutions de compostage adéquates, nous pourrions alors éviter de retrouver ces déchets valorisables au beau milieu des déchets non
recyclables et donc limiter l’impact environnemental et économique de leur traitement. C’est l’objectif déclaré d’Activaterre. Ce projet innovant est né de l’imaginaire de Ferdinand Fraulob, un jeune designer industriel originaire de Strasbourg. Une fois son diplôme d’ingénieur mécanique en poche, il décide de travailler de manière indépendante. Le but ? Mettre en pratique ce qu’il a appris jusqu’à présent pour changer le système actuel, vers un monde plus résilient et respectueux de l’écosystème-Terre. Autrement dit, pouvoir élaborer et porter des projets respectant les valeurs qui l’animent au quotidien, à savoir l’écologie et le social.

Ferdinand, fondateur du projet (à gauche) et Pierre Siegfried, directeur de la Poterie Siegfried-Burger & Fils (à droite) / Crédits photo : Adrien Michel – madri.fr

Son premier projet a été pensé alors qu’il se posait la question suivante : comment composter lorsqu’on habite en appartement ? Il se met alors à imaginer Activaterre, un composteur d’appartement écologique et pratique. Le composteur a été pensé pour s’adapter à tout intérieur, tout en portant des valeurs sociales et respectueuses de l’environnement. Il est fabriqué en France, uniquement à partir de matériaux naturels (donc sans plastique), par les artisans qualifiés de la Poterie Siegfried-Burger & Fils basée en Alsace. Son principe de fonctionnement a été pensé pour que la récolte du compost se fasse de manière intuitive, pratique et écologique.

Et si on se mettait au lombricompostage ?

Habiter en appartement, tout revalorisant ses déchets verts et en allégeant sa poubelle grise, c’est possible : il faut s’équiper d’un lombricomposteur. Cette technique consiste à utiliser les vers pour transformer la matière organique (essentiellement les déchets de cuisine) en un terreau appelé lombricompost, qui peut être utilisé comme engrais dans un potager d’appartement ou pour ses plantes d’intérieur.

Activaterre, un lombricomposteur d’intérieur innovant / Crédits photo : Adrien Michel – madri.fr

Or le lombricomposteur d’Activaterre se démarque par sa démarche à la fois intuitive, pratique et 100% écologique. Les lombricomposteurs individuels fonctionnent sur le même principe de plateaux à base percée, empilés les uns sur les autres, souvent en plastique. Quand un plateau est plein, on dépose les bio-déchets dans le plateau du dessus dans lequel les vers sont sensés migrer. Or, on constate que les vers ne se déplacent pas aussi facilement de plateau en plateau et qu’en pratique, il faut toujours prendre du temps pour séparer les vers du compost que l’on souhaite récolter ; étape qui en freine plus d’un… Généralement, les lombricomposteurs sont lourds à soulever et récupérer le compost sans salir son intérieur s’avère fastidieux.

C’est après avoir fait ce constat qu’Activaterre a été conçu. Le système de récolte a été pensé de manière à ce que l’utilisateur puisse récupérer le compost sans perturber les vers et sans avoir à soulever de lourdes charges. Le composteur est alimenté en déchets organiques par le haut, ce qui a pour effet de faire monter les vers. Le compost, plus dense que les déchets, se dépose alors en partie basse et peut être ramassé pour être utilisé.

Crédits photo : Adrien Michel – madri.fr

Activaterre le prouve : réduire ses déchets et les composter, même en vivant en appartement, c’est possible sans de gros efforts. Un projet innovant « made in France » qui poursuit sa démarche écologique de la conception jusqu’à la fabrication, portant de belles valeurs.

– Camille Bouko-levy

Ferdinand Fraulob a travaillé deux ans en tant qu’ingénieur plasturgiste chez un machiniste agricole où il a notamment participé à la conception de pulvérisateurs agricoles avant de quitter ce métier et de se lancer en indépendant et de concevoir le lombricomposteur Activaterre. Retrouvez ses projets sur son site de designer indépendant.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Afin de perpétuer ce travail, soutenez-nous aujourd’hui par un simple thé 😉

Donation