Les industries les plus polluantes au monde sont-elles sous perfusion ? C’est ce que semble indiquer un récent rapport du Fond Monétaire International qui estime que les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) draineraient pas moins de 5 300 milliards de dollars (4800 milliards d’euros) de fonds publics chaque année.

Le chiffre avancé par le FMI est tout juste colossal. 5 300 milliards de dollars, c’est bien plus que l’ensemble des dépenses planétaires en soins de santé. Ce chiffre, qui représente le coût indirect des énergies fossiles pour la collectivité, devrait même être dépassé pour 2015. En effet, ce secteur industriel, dont l’impact sur l’environnement et la santé est désormais indéniable, coute chaque année de plus en plus cher à la collectivité.

Externalisation généralisée des coûts

Ce coût estimé repose en large partie sur les pollutions engendrées par ces diverses activités. En effet, les coûts environnementaux et sociaux de l’industrie fossile sont externalisés, c’est à dire, reportés sur d’autres acteurs de la société dont les collectivités. Ainsi, les auteurs de ces pollutions ne payent généralement pas (ou très peu) les conséquences de leurs exploitations. En comparant le prix payé par le consommateur pour accéder à l’énergie fossile et les frais supportés par la collectivité (qui s’endette donc toujours un peu plus), on peut mesurer le coût réel de ces exploitations.

Pour donner un ordre d’idée, le coût à la collectivité de l’exploitation des énergies fossiles équivaut à 10 millions de dollars par minute au niveau mondial. C’est près de 6,5% du PIB mondial. En tête dans le classement, le charbon, le combustible le plus polluant et toujours largement utilisé dans le monde, responsable autant de la pollution de l’air que des bouleversements climatiques. Ce secteur est responsable à lui seul de 50% de cette dette collective. Vient tout de suite après le secteur pétrolier qui décroche un tiers de ce coût global, le secteur gazier se partageant les restes.

FuelSubs_Numbers-3-0-0Graph : The Guardian – Coût collectif de l’industrie fossile par périodes

On change de paradigme ?

Pourquoi les institutions continuent-elles de subsidier et supporter une industrie dans il apparait désormais évident qu’elle impacte négativement la société dans son ensemble ? Si ces secteurs industriels devaient soutenir le véritable coût de leurs exploitations, le prix de l’énergie exploserait pour compenser ces pertes et la rareté croissante des énergies fossiles n’arrangerait rien. Alors que nos économies reposent en grande partie sur les déplacements de produits et l’accès à l’énergie bon marché, il y a peu de chance que le « système » actuel puisse y survivre. Mais n’est-ce pas également une bonne nouvelle ?

Plus que jamais, les faits semblent indiquer une nécessité à tous les niveaux d’abandonner graduellement les énergies fossiles pour une transition vers des énergies plus durables et plus locales. Le FMI indique d’ailleurs dans son rapport qu’un arrêt de ces subventions serait profitable pour réduire la pauvreté en permettant aux états d’investir dans l’éducation et la santé. Comment pourrait-on envisager la transition si, demain, le choix était fait de reverser l’ensemble des subventions en faveur des énergies durables ? Si ce « rêve » semble à portée des décisions politiques, il ne faut pas perdre de vue que les coûts des exploitations fossiles actuelles risquent de se reporter sur plusieurs générations, le temps de résorber les conséquences les plus à long terme.

FuelSubs_Components-3-0-0 Graph : The Guardian – Répartition des couts en fonction des conséquences

Et si était venu le temps de la fin d’un modèle dépassé ? Les subventions en faveur des énergies fossiles diminuent déjà dans de nombreux pays, notamment en Égypte, en Indonésie, au Mexique et en Thaïlande. Pour la première fois de son histoire, l’utilisation du charbon régresse en Chine. Même si la transition écologique semble encore lointaine et lente, les nombreux acteurs du monde politique ne peuvent plus nier les faits et des décisions fortes sont attendues par les populations du monde entier.

Donation