La France 100% renouvelable en 2050 : un rapport explosif dévoilé

L’article publié le 8 Avril par Mediapart a fait l’effet d’une petite bombe : le média indépendant a dévoilé en exclusivité le rapport de l’Ademe démontrant avec précisions que la France peut passer au 100% renouvelable d’ici 2050, sans que le coût ne soit beaucoup plus cher qu’un maintien du nucléaire. Alors qu’il devait être présenté officiellement les 14 et 15 avril prochains lors d’un colloque sur les énergies renouvelables, il fut retiré du programme quelques jours avant le colloque, qui s’intitulera finalement « 40 % d’électricité renouvelable en 2030 : la France est-elle prête ? ». Ce rapport dérangeait-il ? Nous vous le proposons en intégralité pour ouvrir le débat, nécessaire et quasi-inexistant en France.

Un rapport explosif mystérieusement repoussé

« Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050 » tel est le nom du rapport minutieux et officiel commandé par l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) qui devait être présenté au grand public les 14 et 15 avril prochains. Quelques jours avant sa publication, très attendue, le rapport fut retiré du planning et le colloque, renommé sobrement « 40 % d’électricité renouvelable en 2030 : la France est-elle prête ? » . Pourquoi un tel revirement alors que le rapport était terminé et attendu depuis plusieurs mois ?

Jointe par Mediapart, l’Ademe explique que « Cette étude exploratoire avait été annoncée, mais des travaux complémentaires sur certains points doivent être menés, afin de consolider l’étude » . Une réponse que l’on peut juger surprenante vu que la première page indique la mention version finale. Hydraulique, éolien, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie, méthanisation, énergies houlomotrice et marémotrice…ce rapport complet et précis de 119 pages, fruit de 14 mois de travail, fait le tour de toutes les possibilités permettant d’atteindre l’objectif ambitieux de 100% d’électricité renouvelable en 2050, avec force de chiffres, schémas et explications.

Mieux encore : le rapport démontre que, contrairement à la croyance largement répandue par les autorités et certains lobbies, le coût de cette transition pour les finances publiques ne serait pas beaucoup plus élevé qu’un maintien du parc nucléaire. Le rapport bat ainsi en brèche l’argument principal mis en avant par les nucléocrates : la transition énergétique vers le renouvelable couterait cher, trop cher, alors que l’atome seul permettrait d’économiser les précieux deniers publics…un argument qui se fragilise d’années en années au fil des rapports et expertises, des augmentations du prix de l’électricité, de la faillite d’Areva et des déboires de l’EPR.

Alors, pourquoi la publication du rapport a-t-elle été repoussée ? Est-ce sur décision de l’Ademe, d’un ministère ou de l’Élysée ? Mystère. Notre petit doigt nous dit que l’absence totale d’EPR et de nucléaire en 2050 dans un rapport officiel a dû en effrayer certains. Les enjeux seraient, en effet, colossaux si tout un pan de l’industrie française devait tout simplement disparaitre. En attendant, regardons d’un peu plus prêt ce que contient ce rapport :

Rapport complet de l’Ademe

Une transition techniquement possible et économiquement soutenable

La conclusion centrale du rapport concerne les capacités énergétiques insoupçonnées de l’hexagone. La France possède un potentiel de production renouvelable considérable, estimé à 1268 TeraWatt heure (TWh), de quoi satisfaire plusieurs fois la demande totale.

Pour atteindre ces 100%, plusieurs mix énergétiques possibles sont détaillés. Dans le cas de référence, le « mix optimal économiquement » répondant aux critères centraux de l’étude, la production se décompose entre 63 % d’éolien, 17 % de solaire, 13 % d’hydraulique et 7 % de thermique renouvelable (incluant la géothermie), pour une capacité totale installée de 196 GW. Une hausse de 56% par rapport à celle du parc actuel, accompagnée d’une baisse de la consommation de 14 %. Des chiffres qui s’expliquent par le développement constant de la sobriété (lutte contre le gaspillage) et de l’efficacité énergétique des maisons et appareils.

GisementsCarte des gisements obtenus par région

Les auteurs proposent 3 autres mix énergétiques alternatifs, faisant varier différents paramètres (stockage, transport inter-région, part de l’éolien et de la filière houlomotrice, etc.) afin de répondre aux incertitudes techniques et sociétales d’un tel développement de l’éolien mais aussi pour prendre en compte les variations climatiques possibles et les différentes hypothèses de coût des technologies d’ici 2050.

Le stockage est lui aussi expliqué en détails. Trois échelles sont étudiées : court-terme (batterie), infra-hebdomadaire (recours aux stations de transfert d’énergie par pompage STEP) et long terme (inter-saisonnier, par les filières power to gas (méthanation) et gas to power). La mixité technologique est aussi mise en avant, dans le soucis ne pas dépendre d’une seule technologie en cas de phénomènes météorologiques extrêmes. Les auteurs restent prudents dans leurs conclusions : « L’Ademe est tout à fait consciente que cette étude n’est qu’une première pierre à un édifice qu’il sera nécessaire de continuer de construire les années prochaines. Les résultats engendrent de nouvelles questions, que de futures études pourront très certainement traiter. »

Autre point crucial, explosif même, le coût. L’argumentation est claire : la transition renouvelable ne couterait pas beaucoup plus cher que de maintenir le nucléaire à 50 % du mix, argument pourtant rabâché par les tenant du nucléaire pour qui « il n’y a pas d’alternative » possible, tout en apportant d’immenses avantages : indépendance énergétique, moins de pollution, décentralisation et mixité de la production, fin de la production de déchets radioactifs, etc.

Mediapart indique : « Un mix électrique 100 % renouvelable est atteignable « à coût maîtrisé » . Pour le cas de référence en 2050, le coût annuel total est évalué à 50,1 milliards d’euros, répartis ainsi : 65 % correspondent aux coûts des énergies renouvelables, 8 % pour le stockage, 23 % pour les réseaux de distribution et de répartition, et 4 % pour le réseau de 400 kV » ce qui portera le prix du MegaWatt heure (MWh) à 119 euros, contre 117 euros pour un mix contenant seulement 40 % seulement de renouvelables en 2050 !

Évolution du coût de l’électricité en fonction de la part de renouvelables, en 2050


Le débat est ouvert

Ce rapport vient compléter d’autres expertises démontrant que la transition énergétique vers le 100% renouvelable est possible techniquement et économiquement, tels que les scénarios négaWatt, basés sur 3 axes : sobriété, efficacité énergétique et développement des énergies renouvelables. Un avenir beaucoup plus serein pour l’énergie est faisable à moyen terme.

Rappelons enfin que les fournisseurs 100% renouvelables existent déjà : en France, la coopérative Enercoop fournit de l’électricité 100% renouvelable, issue d’une production décentralisée à petite échelle. Idem pour Ecopower en Belgique. Le futur énergétique est déjà disponible pour qui souhaite s’engager et soutenir le développement des ENR. Les blocages semblent être uniquement d’ordre politique et lucratif.

En 2050, la France 100% renouvelable ? Voilà une vision optimiste et réaliste qui s’approchera peut-être de l’imaginaire de l’architecte Vincent Callebaut.

vincent-callebaut-architectures-paris-smart-city-2050-green-towers-designboom-02


Source : mediapart – Rapport complet : scribd.com / Image à la une illustrative : Vincent Callebaut