Valeur travail, capitalisme et angle Alpha : Frédéric Lordon vu par Usul

Dans sa série de vidéo intitulée « Mes chers contemporains », Usul, Youtuber qu’on ne présente plus, nous parle de Frédéric Lordon, économiste et philosophe méconnu. À travers une vidéo exploratoire, Usul nous offre l’occasion de revenir sur la « valeur travail » omniprésente dans les discours politiques et sur les conflits d’intérêts qui séparent travailleurs et patrons.

Avez-vous déjà entendu parler de l’angle Alpha ? Cette théorie développée par M. Lordon décrit l’angle Alpha comme étant l’écart entre le désir maître (celui de l’employeur) qui a enrôlé des puissances d’agir (les employés) au service des objectifs de l’entreprise et les désirs de ces mêmes employés. Il en résulte un écart de volontés, une zone d’incertitude, cause de dissonance pour le travailleur. Compliqué ? L’angle alpha, c’est un peu votre personnalité dissidente, votre faculté à dire « non » lorsque vous ne désirez pas étouffer vos désirs personnels au profit de désirs autres que les vôtres, le plus souvent à des fins marchandes.

Moins politique que philosophique, cette vidéo d’Usul tente, grâce aux thèses de Frédéric Lordon, de nous montrer de quelle manière les grandes entreprises nous saisissent, nous investissent et nous façonnent. Pour se faire, Usul analyse les propos tenus lors d’une émission tournée il y a quelques années alors que Frédéric Lordon était l’invité de Judith Bernard, venu pour parler du travail et du capitalisme d’un point de vue Spinoziste.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=87sEeVj057Q]


Une vidéo d’une rare pertinence qui nous familiarise avec quelques autres théories de Lordon, notamment sur l’existence des structures qui conditionnent nos choix, sur le néolibéralisme ou encore sur la mondialisation. Un discours à rebours de la doxa, qui ne trouve que peu de place dans les médias et tous les partages. Une question reste cependant en suspens à la fin du visionnage : pilule bleue ou pilule rouge ?

Si vous aimez ce type de philosophie critique, nous ne pouvons que vous conseiller de (re)découvrir cette réflexion sur la génération Y des 18-35 ans qui pourrait bien détenir les clés d’un autre monde.

usul_generationY


Source : MrUsul2000