Ils sortent l’application qui aide à détecter les dégradations de l’environnement urbain

    Au-delà du simple fait de voter, que pourrions-nous faire concrètement pour être un citoyen actif dans sa localité ? Deux jeunes Bordelais répondent à cette question avec une application smartphone pleine de bon sens qui allie citoyenneté et nouvelles technologies.

    Constatant la disparition progressive des bonnes pratiques citoyennes, qui consistaient notamment à être attentifs à la dégradation de notre environnement (un nid de poule sur la chaussée, des poubelles éventrées, un lampadaire cassé, une signalisation absente, du mobilier urbain défectueux,…), et convaincus que les nouvelles technologies du numérique pouvaient améliorer la qualité de vie des citoyens, deux Bordelais – Baptiste Yvenat et Julien Boyé – ont développé et lancé un ambitieux projet début 2015. Le principe est simple, si vous détectez un problème en ville, vous le communiquez en un éclair à votre mairie.

    unnamedLes deux inventeurs de Jaidemaville

    Avant de se lancer, les deux entrepreneurs ont mené une étude sur les dispositifs Allô mairie qui existent dans la plupart des grandes villes. « 10 % des administrés utilisent cet outil. C’est peu connu et ça ne marche pas », ont-ils estimé. Décidés à moderniser les services de proximité (appeler la mairie prend parfois beaucoup de temps), ils ont créé la plateforme digitale participative Jaidemaville qui permet à tout citoyen de signaler à sa mairie une situation nécessitant son intervention dans le domaine public, de lui suggérer une idée ou de la féliciter pour une action accomplie. Basé sur un principe de participation, Jaidemaville renforce donc la connexion entre le citoyen souhaitant améliorer son confort de vie et la collectivité qui voudrait démontrer son implication quotidienne auprès des habitants.

    10646717_344673949056738_77877511524208514_n

    Comment peut faire le citoyen intéressé ? Il doit d’abord télécharger l’application, s’identifier puis prendre une photo de ce qu’il souhaite signaler en indiquant l’adresse correspondante. Il peut ensuite choisir une rubrique (mobilier urbain, signalisation, propreté, voirie…) et envoyer l’information aux modérateurs du site. Des spécialistes sont chargés d’en vérifier la pertinence du contenu pour éviter les abus ou la délation. Une fois validé, le renseignement apparaît dans le listing des signalisations, avec une carte pour le géolocaliser. Les internautes qui le souhaitent peuvent soutenir ce signalement afin de lui donner plus de portée. Dans l’idée d’en faire un jeu d’utilisé collective, chaque signalement peut faire gagner des badges et des points. Le service prévoit même un système de “grades” pour ses membres les plus contributifs qui leur permet notamment d’être récompensés par la commune via des petits avantages.

    unnamed-4

    Jaidemaville a également conçu un « back office » complet et malléable réservé aux mairies qui souhaitent optimiser leurs services municipaux ou communiquer efficacement avec leurs citoyens. Les administrations peuvent indiquer qu’elles ont pris en compte, vont ou ont traité les demandes des habitants via des notifications et des commentaires automatisés. Les concepteurs pensent aussi proposer aux communes d’utiliser ce service pour avertir les riverains lorsqu’il y a des travaux dans une rue ou leur indiquer quand les services propreté ou nettoyage des rues vont passer dans leur quartier.

    Le nombre d’inscrits à Jaidemaville dépasse le millier. Plusieurs villes, en Ile-de-France, dans la région Centre mais aussi dans l’agglomération bordelaise, se disent prêtes à tester le dispositif. L’outil est gratuit pour les citoyens, seules les collectivités doivent souscrire un abonnement qui varie en fonction du nombre d’habitants par commune. Tout le monde n’a pas la chance d’être « connecté » mais c’est tout de même une belle idée vers plus de citoyenneté…

    Télécharger pour iPhone

    Téléchargement pour Android

    unnamed-4

    unnamed-2

    unnamed-1


    Sources : sudouest.fr / bordeaux7.com / facebook.com