En Uruguay, l’association Efecto Cine utilise un concept original de cinéma : pour pouvoir regarder le film, les spectateurs vont devoir pédaler sur un vélo et ainsi produire l’énergie nécessaire à la projection. Écologique, convivial, sportif et mobile, le cinéma Efecto Pedal a tout pour faire des adeptes.

Sous le ciel bleu de Montevideo, capitale de l’Uruguay, un cinéma en plein air fait le bonheur des spectateurs. À l’arrière du public on peut cependant assister à une scène inattendue : une vingtaine de personnes s’affairent à pédaler sur des vélos. Ceux-ci ne font pas l’objet d’une expérience douteuse ou d’une clip commercial quelconque : ce sont eux, par la force de leurs mollets, qui produisent l’électricité nécessaire au bon déroulement de la séance.

L’association Efecto Cine voyage de village en village et propose son programme même dans des régions dépourvues d’électricité. Mais le cinéma s’arrête également dans les plus grandes villes, où l’idée originale suscite l’intérêt des cinéphiles et amateurs de projets engagés. Si le dispositif est simple de conception (le dispositif utilisé a été développé par l’entreprise anglaise Electric Pedals), il n’en reste pas moins ingénieux et utile dans le pays. En effet, de nombreux villages en Uruguay sont isolés et ne disposent pas d’accès à l’électricité. Une vingtaine de vélos reliés les uns aux autres alimentent un générateur dont l’énergie peut être exploitée pour assurer la projection du film sur un écran gonflable. Les spectateurs se relaient sur les bicyclettes.

Efecto_Pedal_05

Concept original

À n’en pas douter, l’expérience de ce cinéma se distingue de celui des cinémas traditionnels. Le sentiment de participer de manière commune à la production de la séance rapproche inévitablement les individus les uns des autres et les pousse à discuter après la séance. À certains égards donc, le cinéma peut être considéré comme fournissant aux habitants l’occasion de se rencontrer et de co-construire. Selon le Directeur de l’association, Efecto Pedal rencontre un succès important : « Les gens qui pédalent ne voient en général pas le temps passer. Et quand le film s’arrête, ils sont applaudis par les spectateurs, et s’applaudissent eux-mêmes car c’est une vraie fierté pour eux d’avoir participé ».

Si bien évidemment le projet possède une dimension écologique et permet d’introduire des solutions alternatives dans la production d’énergie, son intérêt réside surtout dans sa simplicité et dans la possibilité pour d’autres de se réapproprier la technique à leur tour. À la place d’outils coûteux, l’association utilise des objets simples qu’elle peut acquérir pour un prix raisonnable. En mettant ainsi en commun ces moyens de production, c’est alors une véritable économie fondée sur le partage qui prend vie au profit du tissu social. Raison de plus pour adhérer à cette initiative résolument conviviale et participative.

Efecto_Pedal_04

Ailleurs, l’idée se développe également

Au Sénégal, où une grande partie des zones rurales n’a pas accès à l’électricité, le cinéma itinérant Cinécyclo propose, tout comme Efecto Cine, d’aller à la rencontre des villages les plus reculés. L’association diffuse de cette manière des documentaires sur des thèmes cruciaux comme l’agriculture, ou encore des films d’animation à destination des enfants. La technique utilisée y est résolument low-tech.

Efecto_Pedal_01

Même en France, le concept a fait des adeptes. La start-up Ludik Énergie qui a également adopté le dispositif de Electric Pedals, propose désormais un service similaire. Collectivités et associations font alors appel à l’entreprise afin d’animer des festivités locales ou des journées de sensibilisation au vélo et au développement durable.

Un accès à la culture qui mêle donc le « faire soi-même » à faible impact environnemental ainsi que l’entraide au sein de la population, et auquel on ne peut qu’adhérer. Une très belle initiative ludique et participative, qui, on l’espère, continuera son chemin sur les routes du monde entier.


Sources : efectocine.com / positivr.fr / rfi.fr / Toutes les photos à la discrétion de efectocine.com et Youtube/EfectocineUruguay

Donation