Enfin une alternative aux emballages plastiques ?

Dans les grandes surfaces, les produits « bio » sont bien souvent emballés afin de les distinguer des produits issus de l’agriculture conventionnelle. Un paradoxe difficile à justifier par son non-sens écologique. Une enseigne allemande, REWE, expérimente actuellement le marquage au laser de ses légumes bio, afin de réduire drastiquement les emballages plastiques. 

Voilà bien des années que la chaîne de magasins REWE a mis en place une politique de réduction des emballages plastiques. Après avoir encouragé la mis au ban des sachets plastiques à la caisse, remplacés par les sacs réutilisables, l’enseigne souhaite mettre un terme aux emballages plastiques dans ses rayons de fruits et légumes. Il faut dire que, bien souvent, le consommateur se voit imposé des fruits et légumes pré-emballés, même quand ceux-ci sont biologiques. Le projet pilote, qui aspire à éradiquer le plastique par une technique de marquage à même le fruit, porte pour le moment sur quelques légumes bio. Bientôt, la technique pourrait être généralisées à d’autres produits.

MarySloA / Flickr

Un principe innovant

Avocats et patates douces seront les premiers légumes à être marqués au laser. Cette nouvelle technique, qui n’affecte pas la qualité des produits, décolore en surface la peau des légumes et permet d’indiquer les informations utiles à leur vente. Alors que ces légumes sont souvent emballés à la pièce pièce ou par deux, cette innovation a le mérite d’éviter l’usage de quantités importantes de plastique. REWE assure que le laser n’altère ni la qualité du produit, ni son goût, ni sa durée de vie. Aucun élément chimique n’étant nécessaire pour mettre en œuvre le marquage, il pourrait également être employé pour les fruits et les légumes dont on mange la peau.

REWE espère que la réussite de l’expérience permettra d’éviter toute forme d’emballage, au moins pour les produits bio, par soucis de cohérence. Jusqu’à présent, les plastiques permettaient avant tout, selon les responsables de la marque, à distinguer les produits bio de ceux issus de l’agriculture conventionnelle. La phase de test sera lancée à la mi-mars dans les magasins REWE du Land Nord-Rhein-Westfalen. La réaction des consommateurs devraient déterminer la viabilité du projet. Il n’est pas impossible qu’une partie d’entre eux se détourne de ces produits par peur irrationnelle ou méconnaissance de la technique.

Encore beaucoup de chemin à faire pour la grande distribution

L’initiative est louable : cela fait longtemps que les magasins de la grande distribution sont dans le viseur des critiques, en raison du suremballage fréquent des produits. L’initiative lancée par la marque allemande marque la volonté de faire évoluer la situation et de répondre de manière positive à la pression croissance venant de la part des consommateurs. Cependant, limitée aux produits bio pour des raisons de marketing commercial, la portée de l’initiative reste limitée. L’année passée, un quotidien allemand avait mis en lumière que la grande distribution emballait de manière presque systématique les bananes et des oranges – indépendamment de leur caractère bio -, deux fruits qui possèdent pourtant une protection naturelle efficace qu’est leur peau. Par ailleurs, les produits vendus dans les grandes surfaces sont souvent issus d’exploitations fortement industrialisées et les pratiques de la grande distribution engendrent un gâchis alimentaire bien important.

Notons que d’autres points de vente, notamment les magasins bio, ont bien souvent entièrement bannis les emballages plastiques de leurs rayons de fruits et légumes. D’autres enseignes, tels les magasins sans-emballage, sont allés encore plus loin dans leur volonté de supprimer les déchets plastiques, couteux d’un point de vue énergétique et nuisibles pour l’environnement. En tout état de cause, résume un magazine allemand, le mieux est d’éviter les emballages de toute sorte et de porter ses achats dans ses propres sacs réutilisables.

Garrett Coakley Flickr

Sources : morgenpost.de / rewe-group.com / welt.de