Alors que la production et la diffusion des images sont devenues des objets de consommation, de plus en plus d’initiatives indépendantes proposent des manières alternatives d’accéder à l’information et à la culture, à contre-courant des grands acteurs du milieu. C’est le cas de Doc’it Yourself, une société de production et de diffusion de films qui tente d’imaginer un nouveau rapport au cinéma et à l’audiovisuel. L’association expérimente d’autres voies de création et de diffusion, en favorisant le partage de savoirs et en renouant le lien entre ceux qui font les films et ceux qui les voient. En plus d’organiser un festival ambulant de cinéma de rue chaque année, Doc’it Yourself lance aujourd’hui sa plateforme de streaming à prix libre, une première dans ce milieu.

Créée en 2015, la plateforme Doc’it Yourself est d’abord pensée comme une communauté de créateurs, qui permet à chacun de produire des documentaires et autres contenus de qualités. A l’origine du projet, Kevin Rumley se passionne pour le monde du cinéma et, après diverses expériences dans le milieu des documentaires, il part faire le tour du monde pour aller à la rencontre de cinéastes de tous horizons. C’est à cette époque qu’il crée Doc’it Yourself. Trois ans et un long voyage plus tard, il décide de transformer cette communauté grandissante en société de production et de distribution à but non lucratif, basée en Suisse.

Révéler de nouveaux talents

L’objectif de l’association est de produire des documentaires, des séries, des courts ou longs métrages de manière collaborative, afin de proposer d’autres modes de création et de diffusion que ceux qui sont généralement admis. Comme son nom l’indique, Doc’it Yourself accompagne ainsi les indépendants à créer eux-mêmes leurs projets, et à les « auto-distribuer » dans le cadre de festivals, dans les salles de cinémas, à la télévision suisse ou encore via des voies de distribution alternative. Une manière de rendre ce 7eme Art accessible au plus grand nombre.

Doc’it Yourself se veut avant tout un lieu de rencontre entre des créateurs. @Doc’it Yourself

S’appuyant sur une communauté internationale de cinéastes indépendants, ce projet vise également à révéler de nouveaux talents, à les promouvoir et à leur donner une visibilité. Une quinzaine de membres actifs adhèrent à l’heure actuelle à l’association, qui est aussi, et surtout, une toile de rencontres favorisant les échanges, les soutiens et les transmissions entre passionnés du vaste monde de l’audio-visuel. Des rencontres qui ont par exemple lieu dans le cadre du festival Doc’it Yourself.

Un festival de cinéma de rue

« En 2020, a eu lieu la première édition d’un festival ambulant de cinéma de rue à prix libre où on se rend dans plusieurs villes suisses à vélo pour projeter des films » explique Kevin Rumley. Né de l’envie de partager des films qui n’entrent pas dans les standards de la diffusion, ce festival s’est installé au cœur de l’espace public. Le vidéoprojecteur construit un autre espace de diffusion pour faire vivre la discussion, prolonger les histoires et créer des liens. Ce cinéma de rue, itinérant et libre, pose ses bagages ici ou là et propose des films qui invitent à l’échange d’expériences, de points de vue et de questionnements.

Que ce soit en s’associant à des structures artistiques et culturelles déjà existantes ou en créant des événements singuliers, Doc’it Yourself s’approprie des endroits du quotidien, comme une façade monumentale, un mur urbain ou des ruelles à exploiter et à mettre en valeur. En tendant une toile dans un parc ou même en projetant des images sur la surface d’un lac, il s’agit de valoriser des lieux originaux et de les utiliser à des fins cinématographiques. Ce premier festival ambulant, qui s’est tenu entre août et septembre 2020, a permis à l’association de réaliser qu’elle répond vraiment à un besoin culturel sur le terrain. Les projections ont su inviter le public à discuter avec les réalisateurs, souvent présents.

Une plateforme de vidéo à la demande à prix libre

Parmi les films projetés, citons le documentaire maintes fois récompensé Tandems, de Cyril Delachaux, une immersion dans un monde sombre et flou, à la rencontre d’hommes et de femmes qui défient leur handicap visuel en pratiquant le ski et le court-métrage La Logique de l’escargot, réalisé par Justine Baudet et disponible gratuitement, qui raconte le parcours d’une jeune femme qui tente de rencontrer un homme qui vit seul, au rythme de son cheval qui tire sa roulotte. La série documentaire Les Jardiniers de Gaïa, qui sera projeté lors du festival 2022, est un projet collaboratif ayant pour but de faire redécouvrir une dizaine de métiers lié à la nature et l’environnement, dont on connaît parfois les clichés véhiculés par les médias ou la politique, et non le quotidien.

En attendant la prochaine édition, Doc’it Yourself lance ce 1er février une plate-forme de streaming inédite, à prix libre. « C’est quelque chose qui à notre connaissance n’existe pas encore aujourd’hui, précise le fondateur, Kevin Rumley. Le spectateur paie le prix qui lui plait pour voir nos films. Il peut même le voir gratuitement s’il n’a pas de moyens. » En plus de permettre l’accès à l’information et à la culture au plus grand nombre, ce modèle permet en parallèle de lutter contre le piratage de films sur internet. Le premier film distribué en vidéo à la demande par Doc’it Yourself est « AlternaSuisse », réalisé par Kevin Rumley et Karen Cooper, qui a remporté le prix de Best Cinematography au festival Art is Alive à New York et le prix du Best Screenplay à Arte Non Stop à Buenos Aires.

En promouvant des créateurs engagés, Doc’it Yourself propose un autre rapport au cinéma et à l’audiovisuel, plus inclusif, qui favorise le partage des connaissances et l’accès à la culture pour tous. Si elle n’a pas vocation à remplacer les canaux existants tels que les festivals de cinéma, les projections en salles, les programmes télévisés ou les vidéos à la demande, cette plateforme peut participer à l’émergence d’un nouveau type de diffusion, au plus proche des spectateurs.

Donation