À Ouarzazate, la première phase d’un projet énergétique au nom de « Noor » est en passe d’être finalisée… Il s’agit d’un parc solaire d’une capacité de 580 Mégawatts, capable d’alimenter en électricité 6 million de foyers. Il devrait bientôt être le plus grand parc solaire au monde.

Alors que le Maroc doit accueillir fin 2016 la prochaine conférence internationale sur le climat (au cours de laquelle les premiers résultats des mesures prises lors de la COP21 seront analysés), le royaume achève en toute hâte la construction du premier élément d’un parc solaire à une vingtaine de kilomètres de Ouarzazate, qui devrait être connecté au réseau électrique national à la mi-décembre. En effet, si le Maroc est une terre dépourvue d’hydrocarbures, sa position idéale en termes d’ensoleillement est un atout que les dirigeants entendent bien exploiter : d’ici 2020, le projet de développement énergétique marocain prévoit de satisfaire 42% de ses besoins en énergie grâce au soleil.

Cette première installation qu’on appelle « Noor-1 » n’est qu’une partie du programme global de renouvellement énergétique entamé par le Maroc. Il s’agit d’un parc de 500.000 miroirs « cylindro-paraboliques » disposés en 800 rangées sur 450 hectares pour suivre progressivement la course du soleil dans le ciel. Les miroirs font converger les rayons vers un fluide caloporteur (qui emmagasine la chaleur), celui-ci alimentant une turbine à vapeur. Il ne s’agit donc pas d’un parc photovoltaïque classique comme on pourrait le penser.

Avec une capacité de 160 Mégawatts (sur les 580 du projet global), Noor-1 devrait alimenter 1 million de foyers et permettre au Maroc d’émettre 240.000 tonnes de CO2 en moins par an. Lorsque Noor-2 et Noor-3, les étapes suivantes du projet, seront finalisées (respectivement en 2016 et 2017), ce sont 522.000 tonnes que le Maroc ne rejettera plus dans la nature. Pour autant, le solaire n’est pas le seul axe de développement de cette politique d’énergies renouvelables du Maroc : Fin 2014, le royaume a inauguré à Tarfaya le plus grand parc éolien d’Afrique avec une capacité de 300 mégawatts. Ces installations représentent 60% de l’investissement en énergie du Maroc d’ici 2020, soit environ 12 milliards d’euros. Enfin, ces investissements vont de paire avec un projet gazier de 4,2 milliards d’euros dont l’objectif est de réduire la dépendance énergétique du Maroc.

Rappelons que l’objectif environnemental du Maroc est de réduire de 32% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, et que pour se faire, le solaire compte autant que l’éolien. Il devrait fournir 2000 mégawatts d’ici 2020 selon Abdelkader Amara, ministre marocain de l’Énergie et de l’Environnement. Une nouvelle enthousiasmante à observer de près. L’enjeu est très important pour un pays dont l’énergie repose à ce jour sur les énergies fossiles à hauteur de 97%…

Ouarzazate-Solar-Power-Station-Bakkoury-10Photographie : Abdellah Azizi Photography


Source : sciencesetavenir.fr / edition.cnn.com / Photographie à la une : Abdellah Azizi Photography

Donation