Tam Tam ! La « guerre » contre l’austérité est déclarée en Belgique

Un Tout Autre Modèle pour un Tout Autre Monde, est-ce possible ? Oui, affirme le jeune mouvement inter-associatif belge Tam Tam, qui entend utiliser les réseaux sociaux pour dénoncer les logiques néolibérales et débattre de sujets de société tels que l’avenir de la sécurité sociale, du travail et de la justice. La forme du mouvement : regrouper de très nombreuses associations belges engagées de longue date dans une forme de lutte contre les dérives d’un système.

À l’image de la France où le mouvement citoyen Startuffenation.fail alerte des conséquences visibles des logiques néolibérales, le collectif belge Tam Tam, qui réunit des acteurs issus de toutes la société civile depuis le monde académique et les syndicats, jusqu’aux associations, souhaite également faire entrer ces thématiques dans le débat démocratique. En effet, comme ailleurs, le sentiment selon lequel les partis politiques se seraient tous soumis aux dogmes de l’économie triomphante est particulièrement fort ici : le collectif Tam Tam cherche à montrer que des alternatives sont possibles.

Faire émerger un mouvement citoyen a-partisan d’importance nationale

Le collectif s’inquiète des dérives politiques qui ont été observées ces dernières années, mouvement qui s’est accompagné d’une remise en cause des droits sociaux et qui tend à précariser le quotidien des citoyens. « Les logiques néolibérales, qui ont guidé les gouvernements fédéraux de ces dernières années, font des dégâts extrêmement durs sur les citoyens du pays et dans tous les secteurs de la société. Nous devons expliquer ces logiques, vulgariser les mesures prises par les gouvernements et enfin mobiliser pour leur faire barrage », explique dans le communiqué de presse de lancement Brieuc Wathelet, porte-parole de la campagne. En Belgique comme ailleurs en Europe sévit le règne de l’austérité. En dépit d’un PIB ayant pratiquement doublé en à peine 10 ans, le pays fait reculer toutes les avancées sociales acquises durant le sciècle dernier.

Fanny Dubois, @jerome.vanspring et @brieucwathelet répondent aux questions du personnel de @solidarisbe sur la @campagnetamtam ce midi. La campagne se prépare. #workinprogress #mobilisation #ilfauttuertina #TamTam

A post shared by Campagne Tam Tam (@campagnetamtam) on

Fanny Dubois, également membre du mouvement, insiste sur la volonté du collectif de se démarquer « des enjeux partisans liés aux prises de pouvoir », au bénéfice d’un mouvement citoyen transversal qui rappelle à quel point « les politiques d’austérité impactent l’ensemble des citoyens ». Le fond plutôt que la forme. Elle s’inquiète notamment du fait que la sécurité sociale se transforme en une « variable d’ajustement budgétaire » soutenue au gré des fluctuations économiques, en dépit du fait que cette institution est « un bien commun qui doit bénéficier à tous les citoyens ». En filigrane, c’est un processus de privatisation des services publics qui s’intensifie ainsi qu’une croissance manifeste des inégalités économiques entre les citoyens.

« Ces sujets étant très techniques, on en parle très peu », regrette-t-elle. Avec Tam Tam et la volonté de vulgariser ces questions pour pouvoir les aborder plus facilement en public, cela changera, espèrent les membres du mouvement.

liberalismeLes réseaux sociaux comme outil d’information

La campagne, qui a démarré ce 5 février, se prolongera jusqu’au mois de juin. Elle sera marquée par la diffusion de vidéos pédagogiques à propos des différentes thématiques sur lesquelles le collectif souhaite interpeller. La première « capsule », réalisée par #DataGueule, traite des conséquences pour les citoyens « du milliard et demi d’euros de coupe dans le budget des soins de santé en Belgique ». Par la suite, ce seront les thèmes liés à la justice et au travail qui seront abordés. Ainsi, avant que se tiennent les élections législatives fédérales belges de 2019, les membres du mouvement veulent peser dans les débats et provoquer des discutions à propos de sujets qui interrogent l’avenir du pays, le quotidien des citoyens et des citoyennes et le vivre ensemble de manière générale.

« Face aux nouvelles violences institutionnelles, la campagne Tam Tam offre de nouvelles formes d’actions et de convergence », peut-on lire dans leur communiqué. Les membres du mouvement comptent non seulement sur la force d’un collectif composé de structures venant d’horizons différents, mais aussi sur les réseaux sociaux pour diffuser leurs idées et débattre le plus largement possible.

Pour aller plus loin, retrouvez la campagne de Tam Tam sur Facebook et le site internet.


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à 600 de nos lecteurs. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé 😉 ☕ Source : propos recueillis par Mr Mondialisation.

Photographie d’entête : Collectif Krasnyi