Hommage à Bilal Berreni, jeune street artiste assassiné

Le 29 juillet 2013, Bilal Berreni, dessinateur et street artiste, connu sous le nom de Zoo Project, est tué à Détroit alors qu’il n’avait que 23 ans. Quatre années plus tard, collaborateurs, artistes, et amis, se sont réunis au sein de l’association La Maison du Directeur, pour rendre hommage autant à l’œuvre de Zoo Project qu’à sa personnalité et sa démarche engagée, indépendante et libre. Ensemble, ils préparent pour le printemps 2018 plusieurs évènements qui réuniront expositions, installations, édition de plusieurs ouvrages et sortie en salles du film C’est assez bien d’être fou. Pour que le projet puisse voir le jour, un crowdfunding est actuellement en cours.

Bilal Berreni a toujours tenu à préserver son indépendance et à préserver son œuvre de toute démarche commerciale. De cette manière, il voulait conserver sa liberté de parole, et sa manière de faire et de dessiner. La rue lui offrait une vaste toile d’où il pouvait adresser son message aux passants, tout en limitant les contraintes et en multipliant les possibilités. Défendant indéniablement une vision engagée de l’art, Bilal Berreni a souvent donné à ses dessins un sens politique.

« Bilal a toujours dessiné, partout, tout le temps, comme un fou »

En effet, en dépit de sa jeunesse, l’artiste s’est rapidement distingué par ses choix artistiques. Il commence sa carrière en peignant dans le XXème arrondissement de Paris. Par la suite, après avoir été remarqué pour avoir dessiné pendant le Printemps arabe les visages des martyrs sur les murs de Tunis, il s’est rendu à la frontière Libyenne, où il a rendu hommage par ses peintures aux réfugiés. Quel que soit l’endroit dans lequel il décide de peindre, Bilal Berreni interroge incontestablement la société, ses structures et mécanismes, mais aussi le rapport des individus entre eux.

Malgré les nombreuses collaborations qui lui sont proposées, Bilal Berreni résiste, comme si toute monétisation de son œuvre devait en altérer son contenu. « Bilal a toujours été très clair sur sa démarche et son éthique de travail. Il n’était pas récupérable par qui que ce soit. Il ne monnayait jamais son travail. Il peignait dans la rue, donnait ses dessins. Il ne faisait aucun compromis et ne cédait jamais à l’attrait de la célébrité », témoigne Antoine Page pour l’équipe de Zoo Project 2018.

Crédit photo : Tom Médigault
Crédit photo : Étienne Lebled

« L’important pour nous, à travers cet hommage, c’est de faire perdurer l’état d’esprit de Bilal, valoriser l’indépendance, la quête de liberté, la passion »

En 2018, plusieurs évènements seront entièrement consacrés à cette œuvre particulière. Les organisateurs du Zoo Project 2018 prévoient notamment plusieurs expositions dans des lieux publics, en plein air, avec « des installations gigantesques ». Dans le même temps, sous l’impulsion des proches, un projet d’édition comprenant plusieurs livres est en train de voir le jour. Pour rester en cohérence, celui-ci ne sera pas vendu, mais offert à « des lieux de consultations publiques pour que tous les ouvrages soient accessibles, tout le temps ». Enfin, c’est également à l’occasion de cet hommage que sortira le film C’est assez bien d’être fou, réalisé par Antoine Page, qui a collaboré pendant 4 années avec le street-artiste.

Les proches de Bilal Berreni ont souhaité que cet hommage se fasse dans le respect de l’état d’esprit qui caractérisait l’artiste. « Pour être en cohérence avec la démarche de Bilal Berreni, et parce que nous y souscrivons, tous les événements seront conçus et réalisés sans objectif commercial, en totale indépendance. Les expositions se feront dans l’espace public, le film sera auto-distribué, les livres (8000 en tout) ne seront pas vendus mais offerts aux bibliothèques publiques et aux établissements scolaires », nous expliquent-ils.

La tenue du projet est en partie conditionnée à la réussite du crowdfunding. Cependant, assure Antoine page, même en cas d’échec, « nous nous débrouillerons pour réaliser cet hommage comme nous l’avons rêvé ». Que Bilal compte sur nous pour honorer sa mémoire.


Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation

Pour aller plus loin : twitter.com / zoo-project.com