De part le monde, chacun prend peu à peu conscience des dégâts générés par nos sociétés industrielles, en particulier ceux causés par le plastique, un poison pour l’environnement de moins en moins discret. Des initiatives citoyennes se font jour tout autour du globe pour réutiliser le plastique ou le remplacer. Mais en marge de ces efforts collectifs et individuels, les industriels trouvent encore le moyen d’user de suremballage de manière inutile, absurde et dangereuse. Pour dénoncer ces pratiques Greenpeace Canada a décidé de lancer le hashtag #RidiculousPackaging / #EmballageRidicule qui a trouvé (doit-on s’en réjouir ?) de nombreux contributeurs sur les réseaux sociaux.

Notre quotidien où l’usage du plastique est omniprésent fait payer un lourd tribut à la nature, aux animaux qui la peuplent et en dernier lieu à l’Homme. Mais il semblerait que l’industrie agro-alimentaire ne se sente toujours pas concernée par les dégâts environnementaux causés par cette pollution. Au contraire même, des industriels poussent le culot jusqu’à faire culpabiliser le consommateur pour les dégâts engendrés par le plastique qu’ils produisent alors même que le recyclage n’est pas une solution viable à terme. Les gouvernements, eux, restent sourds à l’urgence environnementale, qui, rappelons-le, ne s’arrête pas aux changements climatiques.

View this post on Instagram

[LU] Dir wäert Är Schalimoen nom Betruechte vun dëser Foto net méi d'nämmlecht ukucken … Haut ass den Dag op deem mir all d'Ressourcen erschöpft hunn, déi eise Planéit an engem Joer produzéiere kann. Am Joer 2000 war dësen "Earth Overshoot Day" den 1. Oktober. Och wann dëse Berechnung oft kritiséiert gëtt, sou stellt se dach den Iwwer-Konsum an de Mëttelpunkt vun der Debatt. Besicht eis Website www.greenpeace.lu, fir gewuer ze ginn, wat Dir dogéint maache kënnt. . [FR] Vous ne regarderez plus votre paille de la même façon… Aujourd'hui, nous avons épuisé toutes les ressources que la planète peut produire en une année. En 2000, ce "jour du dépassement" était le 1er octobre. Si ce calcul est critiqué, il permet de mettre la surconsommation au coeur des débats. Visitez notre site www.greenpeace.lu pour apprendre comment vous pouvez agir. . . #plastic #plasticpollution #ocean #greenpeace #dailyphoto #instadaily #photooftheday #picoftheday #breakfreefromplastic #millionactsofblue #ridiculouspackaging #marinelife

A post shared by Greenpeace Luxembourg (@greenpeacelux) on

Donation

Mais avec la campagne #RidiculousPackaging Greenpeace rappelle la source du problème : la production même de plastique, ici employé abusivement comme emballage, que le consommateur même éclairé ne peut pas toujours éviter d’acheter par manque d’alternatives ou de solutions à proximité. Par ailleurs, le boycott et le recyclage ont démontré leurs limites. Le plastique représente une source de pollution actuelle, nécessitant des actions immédiates et structurelles. D’où la nécessité de dénoncer avec force et collectivement les abus, ce que les internautes se sont empressés de faire. Voici donc une sélection d’emballages ridicules et inutiles exposé par les internautes.

Qui a trouvé pertinent de perdre du temps à peler ces oranges pour ensuite les vendre « protégées » individuellement dans une boite plastique ?

View this post on Instagram

Ihr findet das absurd eine geschälte Orange in Plastik zu verpacken? Wir alle machen das Tag täglich mit anderen Dingen die völlig unnötig eingepackt werden! Seht einmal genauer hin und dann fragt euch ob das wirklich nötig ist. Z.b. Gurken, Kiwis, Bananen und co die eine natürliche Schale besitzen in eine Tüte zu packen oder in Plastik ein zu schweißen.. was nämlich genauso sinnlos ist wie die geschälte Orange in Plastik auf dem Bild! Kauft niemals Obst und Gemüse in Plastikverpackung, dann wird sich auch etwas ändern! #ridiculouspackaging #breakfreefromplastic #fruits #vegetables #packaging #plasticworld #PlasticPollution #singleuseplasticsucks #china #savetheplanet #orange #cucumber #vegan #kiwi #veggi #stopoceanpollution #4ourplanet #sameoceans #stupidhuman #wakeup #changeyourhabits #avoid #recycle

A post shared by 4ourPlanet (@4_our_planet) on

Dommage que la nature n’ait pas pensé à mettre une peau autour des bananes. Oh wait !

Des bouteilles en verre emballées avec du fromage. Les mots nous manquent…

Parce que la marque doit bien justifier un prix trois fois plus élevé, on coupe l’avocat et on l’emballe dans une jolie boite.

Spoiler : préférez les pommes en vrac… et locales si possible.

View this post on Instagram

Decisions, decisions. While bundling your Australian Grown Pink Lady apples in plastic may be more convenient when transporting from the grocery store, the wrappings will quickly enter the waste stream and pollute our land and waters 🌏👎 ••• We’re calling on Woolworths and Coles to stop using excessive single-use plastic packaging in their produce aisles. This means ceasing wrapping of own-brand produce in plastic and moving to sourcing fruit and veggies from producers that do not use single-use plastic packaging 🍎🌱🍏 ••• Join the movement to take the well being of our future environments back into our own hands Head to the link in our bio to add your name to the fight against #ridiculouspackaging ✍ ••• Photo taken by Megan from Toowoomba Ridge Woolworths. Thank you for your contribution!

A post shared by Ridiculous Packaging (@ridiculouspackaging) on

« Fruit issu de pratiques agricoles écologiques et responsables ». Comment dire…

Nous ne sommes déjà pas fans de l’eau en bouteille, alors en brumisateur et conditionnée sous plastique à 15 euros, c’est non.

La normalité aujourd’hui… On en reparle dans 20 ans ?

Nous nous également prêtés au jeu. Notre équipe a donc sélectionné la fraise kotoka, importée du Japon, placée tel un œuf précieux dans un nid en styrofoam, le tout dans sa boite plastifiée, exportée par avion pour garantir sa fraîcheur. Jouant sur le sentiment d’exclusivité et de rareté, c’est la fraise la plus chère actuellement vendue dans le monde. Comptez 20 euros pièce en guise de cadeau prestigieux à offrir. Et même à ce prix, le souci écologique ne semble pas la priorité.

#RidiculousPackaging #Mr Mondialisation

En attirant l’attention sur ces emballages aussi dangereux que grotesques, Greenpeace espère faire coup double : d’une part mener une campagne de sensibilisation sur la question du suremballage auprès de la population et d’autre part inciter les industriels à changer leurs pratiques. Si la tentative est noble, on ne peut que se questionner : pourquoi les industriels et les grandes surfaces changeraient-ils si rien ne les y oblige ? La logique économique actuelle n’incite-t-elle pas au contraire à aller toujours plus loin dans l’absurdité ? Pourquoi systématiquement s’en remettre à leur sacro-sainte liberté de faire n’importe quoi ?

#RidiculousPackaging : les photos les plus ridicules pour se moquer du suremballage

Au concours du pire suremballage, qui est le champion ? Découvrez-le en vidéo.

Publiée par Greenpeace France sur Vendredi 21 décembre 2018


Sources : positivr.fr / instagram.com /

Donation